Dakhla. Futur Eldorado pour la production de la myrtille

Dakhla. Futur Eldorado pour la production de la myrtille

En raison de l’avantage de précocité qu’offre le climat de Dakhla, les groupes exportateurs implantés dans la région ont lancé des essais pour le développement de la culture des fruits rouges, en l’occurrence les myrtilles.

Une nouvelle culture renforcera d’emblée la production végétale à Dakhla. Connue jusqu’à présent par le maraîchage sous serres des melons et tomates de segmentation, la région est en passe de développer sa production de fruits rouges. C’est du moins l’affirmation faite par plusieurs professionnels ayant participé, à la quatrième édition, de la Foire agricole internationale de la Région Dakhla-Oued Eddahab (FAID) qui a clôturé, ses portes, le dimanche dernier. Et la course pour développer cette culture, en particulier la myrtille qui résiste mieux aux conditions de transport avec une durée de vie d’un mois, a été lancée par les principaux groupes exportateurs qui se sont implantés dans la région. Il s’agit des Domaines agricoles, le groupe Soprofel-Idyl à travers Tawarta production agricole en plus du groupe Maraîchage du Sahara, filiale du groupe Derham ainsi que la société Maraissa du groupe Azura. En effet, la plupart de ces groupes ont pris part à la quatrième édition de la FAID.

Des essais pour produire la myrtille

Il faut rappeler que les conditions climatiques favorables à Dakhla offrent un avantage de précocité pour les maraîchers pouvant être commercialisées sur le marché 2 à 3 semaines avant celles cultivées dans les autres régions. C’est la raison qui explique le lancement des essais par les opérateurs précités sur des superficies inférieures à 2 ha en prenant en considération les paramètres hydrologiques et climatiques en plus des techniques de production (hors sol ou pleine terre). En attendant, le secteur des fruits rouges en est à sa troisième décennie de développement au Maroc, depuis ses débuts dans les périmètres du Loukkos et du Gharb puis son développement dans les régions du Souss, l’Oriental et prochainement à Dakhla.

5.000 ha à partir du dessalement

Toutefois, c’est le nouveau périmètre irrigué de 5.000 ha à partir du dessalement de l’eau de mer dans la Région Dakhla-Oued Ed Dahab qui donnera plus de visibilité aux investisseurs en particulier devant les difficultés de mobilisation du foncier agricole dans la région. En effet, sur un potentiel de 100.000 ha de superficie agricole utile (SAU), seuls 950 ha sont actuellement équipés et exploités au niveau de la Région. «Ce projet qui est constitué de 2.500 ha consacrés à l’agriculture moderne et 2.500 ha à l’agriculture solidaire est au stade d’étude. Le marché de la construction de l’usine de dessalement destinée à l’irrigation et du parc éolien a été déjà adjugé», confie Ahmed Baba Amar, président de la Chambre d’agriculture de Dakhla-Oued Eddahab.

Le défi de la logistique

Cette nouvelle superficie additionnelle sera mise en exploitation sous le schéma PPP au profit d’investisseurs agricoles et jeunes promoteurs. Mais, il faudra relever le défi logistique. Là, il faut rappeler que la capacité du port Dakhla est limitée et que la production destinée à l’exportation devrait parcourir près de 1.200 km pour arriver à la première zone primeuriste du royaume (Chtouka-Aït Baha) pour le conditionnement. Cela dit, la quatrième édition de la Foire agricole internationale de la Région Dakhla-Oued Eddahab (FAID) a accueilli prés de 40 exposants dont 10 sociétés de nationalité étrangère et 30 marocaines. Lors de cette édition, une délégation espagnole, mauritanienne et française présidée par le secrétaire général de la Chambre d’agriculture de la région de l’île de France et du maire de la commune de Janvry ont fait le déplacement pour participer à la foire. Durant cette foire, un accord de principe a été signé pour le jumelage entre la commune de Janvry et la commune El Argoub relevant de la région de Dakhla. Pour rappel, la Chambre d’agriculture de la Région Dakhla-Oued Eddahab, avait pris part, à Janvry dans le département de l’Essonne en région Île-de-France, au premier Salon international des dromadaires et des camélidés organisé par la Fédération française des camélidés (FFC) en partenariat avec la Fédération française des chameaux de Bactriane et des dromadaires (FFCBD).

Le 07 octobre 2019                

Source web Par Les Eco

Les tags en relation

 

Les articles en relation