Les images saisissantes des chutes Victoria asséchées

Les images saisissantes des chutes Victoria asséchées

EN IMAGES - Les chutes très touristiques, qui marquent la frontière entre le Zimbabwe et la Zambie, sont touchées par la sécheresse qui frappe l’Afrique australe.

Depuis des décennies, les chutes Victoria, où le fleuve Zambèze d'Afrique australe se déverse en cascade sur 100 mètres dans un profond canyon, attirent des millions de touristes au Zimbabwe et en Zambie pour leurs vues magnifiques. Mais une sécheresse sans précédent depuis un siècle a ralenti les chutes d'eau et alimenté les craintes que le changement climatique ne tue l'une des plus grandes attractions touristiques de la région.

REUTERS Ici en janvier 2019 REUTERS/Staff

REUTERS/Staff

Le même endroit 11 mois plus tard REUTERS/Staff

chutes-VictoriaUne comparaison des niveaux d'eau le 17 janvier 2019 (en haut) et des bas niveaux d'eau après une sécheresse prolongée le 4 décembre 2019 (en bas) aux chutes Victoria, au Zimbabwe. REUTERS/Staff

Bien qu'ils ralentissent généralement pendant la saison sèche, les responsables déclarent que cette année l’Afrique australe est en proie à une baisse sans précédent des niveaux d'eau. Alors que les dirigeants mondiaux se réunissent à Madrid à l'occasion de la COP25 pour discuter des conséquences du réchauffement climatique pour la planète, l'Afrique australe subit déjà certains de ses pires effets : les robinets se tarissent et quelque 45 millions de personnes a besoin d'aide alimentaire en raison de mauvaises récoltes.

fleuve-Zambèze

Une section sèche du fleuve Zambèze est visible du côté zambien des chutes Victoria. REUTERS/Mike Hutchings

Le Zimbabwe et la Zambie ont subi des coupures d'électricité car ils sont fortement tributaires de l'hydroélectricité des centrales du barrage de Kariba qui se trouve sur le fleuve Zambèze en amont des chutes d'eau. Les tronçons de cette merveille naturelle d'un kilomètre de long ne sont rien d'autre que de la pierre sèche. Le débit d'eau est faible dans d'autres.

 Zambezi-River

Le débit d'eau est à son plus bas niveau depuis 1995. REUTERS/Staff

Les données de la Zambezi River Authority montrent que le débit d'eau est à son plus bas niveau depuis 1995 et bien en dessous de la moyenne à long terme. Le président zambien Edgar Lungu l'a qualifié de «rappel brutal de ce que le changement climatique fait à notre environnement». Pourtant, les scientifiques sont prudents lorsqu'il s'agit de blâmer catégoriquement les changements climatiques. Il y a toujours des variations saisonnières dans les niveaux.

Source web Par air-journal

Les tags en relation

 

Les articles en relation

La COP 25 prête-t-elle au scepticisme ?

La COP 25 prête-t-elle au scepticisme ?

Le Maroc figure parmi les pays les plus engagés dans la lutte contre les assauts du dérèglement climatique, selon un rapport onusien rendu public à l’occa...