Nouvelles fusions au sein du Pôle Tourisme de la CDG

Nouvelles fusions au sein du Pôle Tourisme de la CDG

Le processus de restructuration des actifs hôteliers et touristiques du groupe CDG (Caisse de Dépôt et de Gestion) se poursuit.

Après avoir liquidé les deux structures, Société Immobilière de la Mer (SIM) et Med Resort SA, dont les actifs hôteliers (respectivement les unités marocaines gérées par son partenaire français Club Med et une unité hôtelière à Al Hoceima), ont été apportés à Madaef, la vieille dame a procédé à un autre regroupement entre cette holding de son Pôle Tourisme et les deux structures SDRT (Société de Développement des Résidences Touristiques) et SDRT IMMO.

Aussi, ces filiales qui avaient été créées en 2009 pour porter les projets initialement co-développés au Maroc avec le groupe français Pierre & Vacances, viennent d’être absorbées par Madaef qui détient la quasi-totalité des actifs touristiques du groupe CDG (en dehors des participations dans les stations touristiques), lesquels dépassent, désormais, en capacité la barre de 15.000 lits, ce qui en fait le leader au Maroc en lits touristiques en exploitation loin devant RISMA (la structure qui porte la quarantaine d’hôtels gérés au Maroc sous les marques du groupe Accor Hotels).

A l’instar des opérations précédentes, les nouvelles fusion-absorption visent l’exploitation des synergies, notamment sur un plan administratif, comptable, juridique et organique entre deux entités présentant une complémentarité fonctionnelle et exerçant des activités similaires.

Rappelons qu’à l’origine, SDRT et SDRT IMMO étaient des joint-ventures entre la CGI (promoteur immobilier détenu par la CDG) et le groupe Pierre & Vacances avant que ce dernier ne se désengage discrètement du Maroc en vendant ses parts à son ex-partenaire marocain. De 1,3 milliard de DH que ces deux filiales devaient investir entre l’Oasis Noria et l’Oasis Eco Resort, deux complexes touristiques et hôteliers à Marrakech, seules quelques centaines de millions de dirhams ont été, in fine, effectivement engagées.

Le 22 décembre 2019

Source web Par challenge

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Risma : Du bon cru malgré la crise

Risma : Du bon cru malgré la crise

Malgré une conjoncture touristique titubante, Risma semble avoir tiré son épingle du jeu en 2016, avec une embellie durant les premiers mois de 2017, avec la...