Rallye Dakar : comment l'Arabie saoudite a mis le turbo pour redorer son image grâce au sport

Rallye Dakar : comment l'Arabie saoudite a mis le turbo pour redorer son image grâce au sport

La voiture de deux organisateurs du Dakar lors d'une reconnaissance en Arabie Saoudite, le 18 octobre 2019. (FRANCK FIFE / AFP)

Le royaume wahhabite s'est lancé dans une course frénétique aux investissements dans le sport, à commencer par le célèbre rallye. Une boulimie tout sauf désintéressée.

Trente ans en Afrique, dix ans en Amérique latine et désormais les paysages désertiques d'Arabie saoudite pour décor. Les concurrents du rallye Dakar, qui s'élance de Djeddah dimanche 5 janvier, n'ont pas eu leur mot à dire sur le choix des organisateurs de déplacer la course dans un pays peu regardant sur les droits de l'homme, ceux des minorités ou encore des femmes. On vous explique ce qui se joue autour de l'arrivée fracassante du royaume wahhabite dans le monde du sport.

dakar-rallly

Une politique assumée et un budget illimité

L'Arabie saoudite n'a pris personne en traître : sa soudaine boulimie d'événements sportifs est inscrite noir sur blanc dans le programme Vision 2030 dévoilé peu avant l'arrivée au pouvoir du prince Mohammed ben Salmane en 2017. L'objectif est grosso modo de copier la stratégie des voisins du Qatar ou des Emirats arabes unis en diversifiant son économie, jusque-là très dépendante des énergies fossiles. Avec une force de frappe autrement plus conséquente que ses voisins aux airs de confettis sur la carte du monde. "Le prince Mohammed m'a dit : 'Abdul Aziz, tu fais ça pour ton pays. Si c'est pour le bien des Saoudiens, tu n'as aucune limite'", affirme Abdul Aziz ben Turki Al Faisal, chargé de mettre en musique la stratégie saoudienne, dans le Financial Times (article payant, en anglais).

Effectivement. En quelques mois, le royaume a raflé l'organisation de la Supercoupe d'Italie, de la Supercoupe d'Espagne (moyennant un chèque de 180 millions pour six éditions), du combat de boxe au sommet entre Anthony Joshua et Andy Ruiz, a hérité d'une étape régulière sur l'échiquier de la WWE, la toute-puissante fédération de catch, mais aussi récupéré l'organisation d'un tournoi d'exhibition de tennis rassemblant, entre autres, Rafael Nadal et Novak Djokovic... et même la Coupe du monde de billard (à vos agendas, l'événement se déroulera du 23 au 28 juin 2020). Des rendez-vous ont été organisés entre le lobbyiste en chef de l'Arabie saoudite sur le sol américain et les pontes de la Formule 1 ou de la NBA – Kobe Bryant, par exemple. Au sommet du tableau de chasse saoudien, le Dakar, fleuron du sport automobile, acheté cinq fois le prix négocié avec le Pérou et l'Argentine. "On a l'impression que l'Arabie saoudite s'est rendu brutalement compte du retard accumulé", souligne sur franceinfo Carole Gomez, chercheuse à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris) et spécialiste de l'impact du sport dans les relations internationales.

naymar

Le footballeur brésilien Neymar reçoit un trophée des mains du prince Abdul Aziz ben Turki Al Faisal après un succès en amical contre l'Argentine, le 16 octobre 2018, à Djeddah (Arabie Saoudite).

Avec parfois un choc des cultures. Le pays a ainsi accueilli pour la première fois un combat de catch féminin, mais les deux combattantes ont dû transpirer sur le ring en leggings et avec une tenue couvrant la majeure partie de leur corps. L'année passée, des vidéos promotionnelles diffusées entre les rounds d'un match de catch masculin montrant des combattantes en petite tenue avaient fait s'étouffer les religieux.

De la même façon, pour le combat de boxe Joshua-Ruiz, pas l'ombre d'une "ring girl" en bikini pour brandir une pancarte indiquant le numéro du prochain round. Même le trash-talk habituel des interviews d'avant-match a été remisé au placard. Anthony Joshua et Andy Ruiz ont paisiblement devisé en conférence de presse... après une prière collective vers la Mecque, raconte le Financial Times. Eddie Hearn, le manager du boxeur britannique, avait bien appris sa leçon à 70 millions de dollars (le montant de la bourse destinée à son poulain) : "Les Saoudiens veulent montrer qu'ils sont en train de changer. Et ils veulent véhiculer une image plus positive en organisant de grands événements. Ce n'est pas ça qu'ils devraient faire ?"

Des buggys pour faire oublier l'affaire Khashoggi

Il s'agit en tout cas d'un changement de cap à 180 degrés. "Jusqu'à très récemment, il n'y avait tout simplement pas de politique de valorisation du pays, souligne Pierre Conesa, auteur du livre Docteur Saoud et Mister Djihad : la diplomatie religieuse de l'Arabie saoudite (éd. Robert Laffont).

Leur stratégie, c'était 'moins on parle de l'Arabie saoudite, mieux c'est' et ils ne faisaient rien pour contrer leur image de pays rétrograde coincé au Moyen-Age.Pierre Conesaà franceinfo

Désormais, le but est d'attirer le chaland au maximum, notamment grâce aux cartes postales envoyées par le passage du Dakar dans les (superbes) paysages du désert saoudien. Et de faire oublier l'affaire Khashoggi, du nom de ce journaliste saoudien découpé en morceaux avant d'être dissous dans l'acide dans l'enceinte de l'ambassade saoudienne d'Istanbul. Pour les Saoudiens, l'affaire est classée depuis la timide contrition de Mohammed ben Salmane sur le plateau d'une chaîne américaine et le procès de quelques lampistes en toute fin d'année 2019. "L'Arabie saoudite, qui est cliente des cinq plus grandes agences de communication du monde [dont les françaises Publicis et Image 7], a repris la main sur des sujets périphériques, à commencer par le sport", estime Pierre Conesa.

S'il paraît douteux que des hordes de touristes occidentaux vont se ruer dans le royaume wahhabite aux seules vues des images de buggys gravissant des dunes, l'impact d'un événement comme le Dakar pourrait se mesurer plus rapidement en interne. "Au-delà des touristes étrangers, l'idée du plan Vision 2030 est aussi de faire rester les Saoudiens dans leurs pays, souligne Quentin de Pimodan, spécialiste de la péninsule. Aujourd'hui, les plus riches dépensent leur argent dans les grands hôtels des grandes capitales, ceux qui sont un peu aisés filent au Liban et ceux qui restent partent à Bahreïn, en nombre. Certains week-ends, vous pouvez avoir jusqu'à 300 000 Saoudiens qui débarquent."

Le miroir (high tech) aux alouettes

D'où les annonces de chantiers pharaoniques pour donner l'image d'un royaume ouvert et à la pointe de la technologie. Prenez la ville nouvelle de Neom, dont les plans, dévoilés par le Wall Street Journal, font passer le dernier Star Wars pour un aimable grand huit de parc d'attraction sur le déclin. Une lune artificielle faite de drones pour éclairer les immeubles futuristes la nuit, des combats de robots dans des cages pour distraire le chaland sans blesser d'animaux (les coqs ou les chiens, c'est tellement XXe siècle). Une rumeur tenace affirme qu'on pourrait même y boire de l'alcool.

Le souci, c'est que cette ville futuriste, où seuls les palais princiers et royaux sont sortis de terre, risque de devenir une ville fantôme sous peu. "Prenez les projets antérieurs, soutient Pierre Conesa. La 'tech city' du roi Fahd se résume aujourd'hui à quelques immeubles vides. Les entreprises ne se bousculent pas dans un pays dépourvu de code du commerce."

Même les dernières avancées sociétales sont à relativiser dans un pays où les religieux conservent une influence prédominante. "Il y a un décalage considérable entre ce que vendent les sociétés de relations publiques et la réalité du pays, illustre Pierre Conesa. Le régime a récemment annoncé l'ouverture de cinémas. Mais ils n'ont pas toujours été interdits dans le royaume. Savez-vous qui les avait fermés ? Le roi Fahd, en contrepartie de l'autorisation d'installer des bases américaines en 1991, pour donner du grain à moudre aux religieux." Des mollahs à qui cette arrivée massive de mécréants sur le sol sacré donnait de l'urticaire.

N'allez pas croire que le seul Mohammed ben Salmane, un jeunot de 34 ans, est à l'origine de ces timides ouvertures sociétales. "Il a profité d'arriver au pouvoir alors que ces mesures étaient déjà dans les tuyaux, souligne Quentin de Pimodan. Si vous prenez l'autorisation donnée aux femmes de conduire, on trouvait déjà un article de la Saudi Gazette qui en parlait en 2013, au détour d'un sujet sur les femmes bédouins obligées de prendre le volant." Pas sûr qu'une victoire d'étape d'une des treize femmes pilotes (au volant dans une tenue ignifugée plutôt masculine) ravirait un régime qui s'est tout sauf ouvert ces dernières années.

Reste que même un concert d'indignation ne suffirait pas à saboter l'avancement d'une stratégie de soft power qui a fait ses preuves chez les voisins des Saoudiens. "Il est encore un peu tôt pour juger du succès global du Qatar, nuance Carole Gomez. Pour cela, il faudra attendre la tenue du Mondial 2022. Mais les objectifs de faire connaître le pays et d'obtenir un poids diplomatique sont déjà très largement atteints."  Pour l'Arabie saoudite, rien que le fait d'obtenir un vernis sympathique sur une image bien terne constituerait déjà une victoire. Pour rappel, le pays pointe à la 141e place sur 145 au classement de l'égalité homme-femme du Forum économique mondial, 161e sur 167 sur l'index de la démocratie établi par The Economist ou encore 172e sur 180 au classement de la liberté de la presse de Reporters sans frontières.

Le 03 janvier 2020

Source web Par Francetvinfo

Les tags en relation

 

Les articles en relation