Course à l’armement – Le Maroc sur le point de prendre une longueur d’avance sur l’Algérie

Course à l’armement – Le Maroc sur le point de prendre une longueur d’avance sur l’Algérie

Les deux grands pays du Maghreb poursuivent leur course aux armements sur fond de divergence sur la question du Sahara, le Maroc optant pour des avions de chasse américains tandis que l’Algérie s’en tient à son fournisseur russe, souligne le site anglophone « The North Africa Post ».

A maintes occasions le Maroc a tendu la main à l’Algérie mais s’est heurté à une fin de non recevoir de la part d’un régime algérien confronté aux protestations continues des pro-démocratie qui réclament des réformes socio-politiques urgentes.

Le soutien d’Alger aux milices du Polisario reste ainsi au cœur de l’impasse maroco-algérienne.

Les deux pays du Maghreb ont été classés par le « Stockholm International Peace Research Institute » (SIPRI) comme les plus grands acheteurs d’armes en Afrique, représentant respectivement 26% et 30% des ventes totales d’armes sur le continent.

Le Maroc a récemment été autorisé par l’administration américaine à acquérir 25 avions de chasse F16 d’une valeur de 3,8 milliards de dollars et de mettre à niveau 23 autres F16 que le pays exploite déjà.

Le Royaume, le plus grand client américain d’armes en Afrique, entend aussi renforcer ses capacités offensives avec 24 hélicoptères AH-Apache pour un coût total de 1,6 million de dollars.

Pour sa part, l’Algérie aurait signé des contrats pour l’acquisition de 14 avions de chasse russes Sukhoi Su-34 et Sukhoi Su-57.

Toutefois, les espoirs d’acquérir les avions de chasse russes restent entourés d’incertitudes après la mort du tout-puissant général Gaïd Salah.

Le récent accord montre que l’Algérie reste embourbée dans une doctrine militaire de l’époque soviétique en mettant l’accent sur les troupes au sol tandis que le Maroc se concentre davantage sur la puissance aérienne.

2C86249C8778

+ Les plus grandes manoeuvres militaires d’Afrique organisés chaque année avec les États-Unis au Maroc +

Un autre point de supériorité pour le Maroc sont les deux satellites de reconnaissance qui sont utilisés à des fins civiles, mais qui peuvent aider militairement si nécessaire.

En plus des avions de chasse, la récente acquisition par le Maroc de chars Abram, des lanceurs de missiles, ainsi que son intérêt pour l’achat des systèmes Patriot de défense aérienne, montrent que les Forces armées royales restent cohérentes dans leurs efforts de modernisation.

Les récentes acquisitions du Maroc auraient pu faire pencher la balance dans la course régionale aux armements avec l’Algérie. Mais les armes seules ne font pas la différence sans une formation adéquate.

Le Maroc a organisé régulièrement des exercices maritimes, terrestres et aériens, y compris les plus grandes manoeuvres militaires d’Afrique organisés chaque année avec les États-Unis et d’autres armées.

L’Algérie, pour sa part, a été l’otage d’une doctrine militaire qui interdit l’intervention étrangère et s’est abstenue de participer aux exercices militaires multinationaux de la taille de l’African Lion.

Un rapport publié par le « Strategic Defence Intelligence (SDI) » indique que le Maroc est en passe de devenir la première armée africaine en 2022 grâce à ses acquisitions d’équipements très avancés. Un pronostic qui devrait se réaliser, le Maroc étant sur le point de dépasser une Algérie en proie à des conflits internes et à une baisse des revenus.

Le Maroc « importe régulièrement des armes et des munitions avancées telles que des avions de combats et d’entraînement, des navires, des missiles, des chars et des frégates pour renforcer ses forces armées, une tendance qui devrait se poursuivre au cours de la période de prévision », indique le rapport intitulé « L’avenir de l’industrie marocaine de la défense – Attractivité du marché, paysage concurrentiel et prévisions jusqu’en 2022 ».

Le 11/01/2019

Source web Par Article19

Les tags en relation

 

Les articles en relation