Brexit : les diplomates britanniques sommés de rompre avec leurs anciens alliés européens

Brexit : les diplomates britanniques sommés de rompre avec leurs anciens alliés européens

Au lendemain du Brexit, les diplomates britanniques ont reçu des consignes. Et ce alors que Boris Johnson fourbit ses armes pour son offensive contre Bruxelles. Il va dévoiler lundi une partie de son arsenal.

Le ton est donné. Selon un message, envoyé par le ministre des Affaires étrangères Dominic Raab à toutes les ambassades britanniques de la planète et dont le Sunday Times a eu copie, les diplomates britanniques doivent désormais « s’asseoir à l’écart des diplomates européens » dans les sommets internationaux. Ils doivent abandonner toute idée de « rechercher une influence résiduelle » auprès des pays de l'UE et « adopter plutôt une position de pays indépendant confiant ». Le chef de la diplomatie britannique prévient que les responsables bruxellois ne pourront pas empêcher le Royaume-Uni d’avoir, dès la période de transition (qui court jusqu’au 31 décembre 2020), son propre chemin. Il ne faudra pas « être timides » si la Grande-Bretagne choisit de « ne pas tenir compte des positions de politique étrangère de l'UE » dit-il.

Cette fuite intervient alors que Londres et Bruxelles montrent chacun leurs muscles avant des négociations qui vont bientôt commencer. Et elles promettent d’être rudes. Fidèle à sa manière, Boris Johnson semble décider à attaquer frontalement, en jouant au besoin de la menace. Dans son premier discours depuis le Brexit, lundi 3 février, il devrait indiquer clairement qu’il veut un accord commercial limité, qui ressemble à celui conclu avec le Canada. C’est d’ailleurs ce qu’a dit Dominic Raab dimanche sur Sky News : « Nous reprenons le contrôle de nos lois, nous n'allons donc pas avoir un alignement élevé avec l'UE (…) Mais nous voulons coopérer et nous attendons que l'UE respecte son engagement envers un accord de libre-échange à la canadienne. » Selon le Times, Boris Johnson pourrait aussi dire qu'il est prêt à accepter un accord de type australien avec l'UE - c'est-à-dire selon les termes de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) – ce qui reviendrait à un Brexit sans accord déguisé.

Pression

Londres rejette aussi la possibilité pour la Cour Européenne de Justice d’arbitrer les relations commerciales entre le Royaume-Uni et l’Europe. Les négociateurs de Boris Johnson seraient furieux que Bruxelles tente d’imposer cette supervision, comme pour une relation plus étroite à la norvégienne. « Ils essaient de faire pression pour une relation avec toutes les obligations du modèle norvégien mais avec les restrictions d'accès au marché du Canada » a confié l’un d’eux. Selon le Daily Telegraph, proche du gouvernement conservateur, Boris Johnson pourrait aussi annoncer le rétablissement de contrôles douaniers aux frontières pour tous les biens européens importés en Grande-Bretagne à compter de l'année prochaine, afin de faire pression sur l'UE.

De son côté, le négociateur européen Michel Barnier doit lui détailler ses priorités pour la nouvelle phase de discussions. « Une chose est claire : les intérêts de l'Europe, de chaque État membre et de tous nos citoyens passent avant tout » a-t-il averti samedi. Un haut responsable britannique a confié au Times que des positions radicales des deux côtés pourrait conduire au départ de la Grande-Bretagne de l’UE sans accord commercial. Estimant que c’était une possibilité « considérablement sous-évaluée ».

Le 02/02/2020

Source web Par Le Figaro

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Espérer du

Espérer du "Regrexit"

LONDRES – Jusqu’à ce que les Britanniques décident de la quitter, le plus grand problème de l’Union européenne semblait être la crise des réfugiés,...

Brexit : Londres rassure Rabat

Brexit : Londres rassure Rabat

La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne n’aura "aucun impact sur les liens économiques avec le Maroc". C’est ce qu’a déclaré l’ambassadeur ...