Pourquoi les entreprises du tourisme voient rouge en 2020

Pourquoi les entreprises du tourisme voient rouge en 2020

Projections 2020 de CA, prêts garantis, pertes financières… : le cabinet Roland Berger a sondé les pros du tourisme sur tous ces sujets.

Roland Berger publie les résultats de la 2e édition de son Baromètre des dirigeants du tourisme et des loisirs, pour mesurer les conséquences de la pandémie. Hébergeurs, distributeurs, producteurs, acteurs du loisir : 66 décideurs ont répondu à cette nouvelle enquête en ligne, menée du 15 au 22 mai (à lire, les résultats de la première édition du baromètre).

Premier enseignement : selon les professionnels interrogés, le chiffres d’affaires 2020 sera amputé de 51% par rapport au prévisionnel, soit avant la crise sanitaire du nouveau coronavirus. Le pourcentage culmine à 70% pour les tour-opérateurs.

tour-opérateurs

Des pertes (presque) inéluctables en 2020

Autre chiffre à retenir : près de 80% des entreprises sondées ont demandé un prêt garanti par l’Etat – deux tiers l’ayant déjà obtenu. Le pourcentage grimpe à 88% pour les sociétés « intermédiaires », qui affichent 10 à 100 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Le sondage s’est également intéressé à l’attitude des bailleurs. Seules 12% des entreprises du tourisme ont obtenu une franchise de loyer, sur la période de fermeture.

Si un parfum de reprise souffle sur le mois de juin, la saison estivale s’annonce toutefois compliquée. La moitié des hébergeurs et opérateurs de loisirs envisagent de rouvrir l’ensemble de leur parc. Et 73% d’entre eux n’opéreront pas à pleine capacité. « Cet été, les acteurs souffriront d’abord sur les volumes et devraient pratiquer des discounts de -15/-20% », estime Roland Berger.

Les mesures de soutien du gouvernement (exonération de cotisations, chômage partiel, prêts…) sont fortement saluées, pareils à de bons amortisseurs de crise. Mais après un printemps atone et un été compliqué, la quasi-totalité des acteurs anticipent des pertes en 2020, est-il ajouté, graphique à l’appui. Agences, TO et villages de vacances sont en première ligne. En termes de chiffre d’affaires et d’Ebitda, le retour au niveau d’avant crise n’interviendra pas avant 2022 voire 2023, estiment les décideurs.

rolandberger

rolandberger-2

Le 08/06/2020

Source web par : lechotouristique

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Fès : Manifestation

Fès : Manifestation "contre la crise"

Brassards rouges et verts sur les bras et slogans hostiles aux responsables de la ville de Fès. Quarante personnes environ ont manifesté, hier 29 novembre, à...

La RAM se met au service du tourisme

La RAM se met au service du tourisme

Grande nouveauté, la Royal Air Maroc vient de lancer un portail proposant des milliers d’hôtels en ligne avec paiement. Une belle initiative qui va permettr...