Tourisme Maroc : Equation à plusieurs inconnues

Tourisme Maroc : Equation à plusieurs inconnues

Les professionnels marocains gagneraient, en toute complicité, à fédérer leurs efforts, toutes fédérations de métiers comprises, pour se faire entendre, surmonter les handicaps, résorber les manques à gagner et relancer l’industrie touristique marocaine sur de bons rails.

Le report pathétique de signature du contrat-programme Tourisme, prévue initialement pour juillet suscite autant d’interrogations que d’appréhensions. Probablement dépassé, son contenu porte plusieurs professionnels à pressentir quelque part de l’improvisation au lieu d’une adaptation opportune aux derniers développements survenus dans la scène touristico-sanitaire. Mais ce qui est moins compréhensible, c’est que ce report n’ait pas été officiellement décidé par écrit, encore moins la date alternative prévue en lieu et place, contrairement à toute attente.

Le secteur vit une véritable crise due à la propagation crescendo de la pandémie ces derniers jours et à la fermeture des marchés classiques émetteurs d’Europe. Effet immédiat sur les opérateurs du tourisme : une rentabilité nulle et, du coup, de la non visibilité pour les prochaines saisons. Une date annoncée d’ouverture des frontières aurait permis d’avoir une idée claire sur les mesures à prendre pour atténuer les craintes et entreprendre l’effort collectif devant unir décideurs et professionnels pour sortir de l’impasse. Nenni pour le «plus beau pays du monde».

Or, les professionnels ont besoin plus que jamais de savoir d’avance à quoi s’en tenir, car le secteur ne cesse d’être malmené par la conjoncture et par le peu d’intérêt que le Gouvernement lui accorde. L’absence de lobbying professionnel solide est condamnable élargissant le hiatus et séparant, de plus en plus, les professionnels, malgré toutes les bonnes fois qu’ils peuvent avoir.

En effet, les professionnels craignent une année «blanche». Des sentiments de malaise sont perçus à cause du spectre de la faillite dans la profession et le peu d’espoir mobilisateur qui les animait mais qui a fini par vider les lieux.

Outre les facteurs exogènes de conjoncture, des dossiers chauds s’imposent avec force à Mme la Ministre et qui exigent beaucoup de courage.

De leur part, les professionnels marocains gagneraient, en toute complicité, à fédérer leurs efforts, toutes fédérations de métiers comprises, pour se faire entendre, surmonter les handicaps, résorber les manques à gagner et relancer l’industrie touristique marocaine sur de bons rails.

Le 05 août 2020

Source web par : premium travel news

Les tags en relation

 

Les articles en relation

1ère édition du Tourism Marketing Days

1ère édition du Tourism Marketing Days

L’Office National Marocain de Tourisme organise la 1ère édition du Tourism Marketing Days le mardi 17 décembre prochain. Il s’agit d’un symposium qui r...