Les pilotes de la RAM contrattaquent et se dirigent vers débrayage

Les pilotes de la RAM contrattaquent et se dirigent vers débrayage

L’aérien au Maroc et dans le monde se porte mal. Il a été le secteur le plus touché par la crise sanitaire  et économique qu’a engendrée la pandémie du coronavirus (Covid-19) et si la plupart des compagnies aériennes charrient au meilleur des cas les 90% d’activité c’est déjà un exploit. Aussi chacune d’entre elles, a pour limiter les dégâts dû se rendre à l’évidence de décisions douloureuses à l’encontre de son personnel pour espérer survivre à une crise dont la sortie estimée par l’IATA n’aura de concret que vers l’horizon fin 2023 et début 2024.

Pilote

Dans le Royaume le licenciement collectif dont 140 salariés de la Royal Air Maroc (RAM) (une première) ont été victimes, ne cesse de faire jaser. Non pas sur le fond que d’aucuns ont estimé du  domaine de la nécessité mais sur la forme en elle-même. En effet à ce sujet l’Association marocaines des pilotes de ligne (AMPL) qui a vu 65 de ses membres sommés d’abandonner le manche (commandants de bord et pilotes) crie haro sur la direction.

En plus de refuser cette décision, l’AMPL estime que le choix des licenciés est arbitraire, et a tout du règlement de comptes, le considérant comme un nettoyage social au regard de la procédure engagée par la direction RAM dont l’ensemble des règles a été bafoué dans l’irrespect le plus total de la réglementation.

Selon le président de l’AMPL, Hicham Falaki, il y a eu ciblage de personnes à 90%. La plupart des licenciés ont été un jour ou l’autre responsable au sein de l’Association et donc ont été visés en ce sens. Cela en plus du processus global engagé par la direction RAM depuis le début qui n’aurait pas répondu aux normes légales selon l’AMPL.

Aussi, face à cette situation et en guise de solidarité, l’AMPL dans un communiqué intitulé « Résolution du référendum », a décidé de donner suite à la proposition donnée lors d’une visio-conférence la veille à savoir «Organisation d’un référendum (du 31 au 2 août) durant lequel les membres sont invités à se prononcer sur les quatre points suivants: exigence de baisse des émoluments des pilotes de ligne à concurrence de l’économie  sur la masse salariale induite par les licenciements et réintégration des 65 concernés et port du brassard pendant toute la durée de la crise sanitaire »

pilote-royal-air-maroc

Il est dit également «qu’en cas de refus dans un délai fixé par le bureau AMPL, dépôt d’un préavis de grève dont la date sera ultérieurement fixée par le bureau en fonction de l’évolution des événements et du contexte sanitaire».

Et enfin, action immédiate collective ainsi qu’un écrit individuel ou collectif à la DAC, DGAC… sur la baisse du niveau de sécurité des vols. En outre il est dit dans le document que les membres de l’AMPL assignent aux membres du bureau les tâches actuelles jusqu’à la fin de leur mandat.

L’AMPL par le biais de son président se dit croire en l’Etat de droit et se réserve d’autres recours dont celle de s’en référer aux instances publiques voire plus.

Le 31/08/2020

Source web par : hespress

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Royal Air Maroc au bord du gouffre

Royal Air Maroc au bord du gouffre

Royal Air Maroc (RAM) et d’autres compagnies aériennes de l’Afrique et du Moyen-Orient sont au bord du gouffre en raison de l’inaction des gouvernements ...

LES CAHIERS CDS DU TOURISME (IV)

LES CAHIERS CDS DU TOURISME (IV)

Les ailes brisées de l’aérien Il y a quelques jours, le PDG de la RAM défendait sa compagnie devant le Parlement et, partant, le mode de gouvernance ado...