Les riches et la politique : Le chef du PAM tacle Akhannouch et Elalamy

Les riches et la politique : Le chef du PAM tacle Akhannouch et Elalamy

Les députés membres de la Commission de Justice, Législation et Droits de l'Homme à la Chambre des représentants ont examiné, mardi 15 septembre, le projet de loi n°46.19 relatif à l'Instance Nationale de la Probité, de la Prévention et de la Lutte contre la Corruption.

Déposé le 2 juillet 2020 par le gouvernement El Othmani à la Chambre haute, le texte a été présenté par Mohamed Benchaaboun, ministre l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'Administration.

La réunion a permis au secrétaire général du PAM de tacler ses adversaires au sein du RNI, Aziz Akhannouch et Moulay Hafid Elalamy. Sans les citer nommément, le député Abdellatif Ouahbi s’est prononcé pour éloigner les riches des «centres de prises des décisions politiques comme un ministère qui légifère pour les carburants et un autre pour les assurances». Des piques que Benchaaboun a accueillies avec un petit sourire.

En effet, l’article 33 de la loi organique n°065.13 relative à l’organisation et la conduite des travaux du gouvernement et au statut de ses membres précise que les ministres  «doivent suspendre toute activité professionnelle ou commerciale dans le secteur privé pendant la durée de l’exercice de leurs fonctions».

Le texte pointe notamment «leur participation dans les organes de direction, de gestion et d’administration des entreprises privés à but lucratif et, de manière générale, toute activité pouvant entrainer un conflit d’intérêt». Malgré ses critiques, le chef du PAM a défendu le droit des grands patrons à «faire de la politique mais dans une certaine mesure».

En novembre 2018, Abdelilah Benkirane avait invité Aziz Akhannouch à «s’occuper de ses affaires et abandonner la vie politique, puisqu’il n’est pas fait pour ce domaine».

Le 15/09/2019

Source web Par : yabiladi

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Responsabilités politiques

Responsabilités politiques

Il a fallu plus de trois semaines de désarroi dans l’opinion publique, d’attaques contre des entreprises pour que le chef de gouvernement vienne enfin deva...