Rassurer les TO ? Pari difficile !

Rassurer les TO ? Pari difficile !

L’initiative du DG de l’ONMT d’aller expliquer au marché français la disponibilité du Maroc à accueillir les touristes français est, dans le fonds, certainement louable. Mais ses réponses aux questions, relevant plutôt du répertoire de l’inquisition qu’une montée aux nouvelles, ont laissé les pros marocains sur leur faim, du moins pour la plupart. Le poseur de la première question, pendant la réunion, savait à quoi s’en tenir cherchant la limite de ce qu’Adel El Fakir pouvait apporter sur l’ouverture véritable des frontières et les conditions de séjour sans anicroches pour les potentiels voyageurs français. Mais le DG de l’ONMT, bien que déterminé à convaincre coûte que coûte, ne pouvait avoir de réponses clef en mains, exceptées celles adoptées dans les décisions du Gouvernement et largement divulguées par la presse et les réseaux sociaux. Du moins, El Fakir aura pris sur son compte les « critiques » émises et promis de rapporter le tout au Gouvernement pour déblocage. En fait, il se trouvait désormais en mauvaise posture, visiblement gêné et fort à plaindre comme cet étudiant qui rate son oral. En réalité, il ne pouvait mieux faire. On dirait même mission impossible.

Peut-être qu’il se serait senti plus armé si une délégation de professionnels expérimentés et audacieux était du voyage. Justement, pourquoi continue t-on à prospecter la reprise par l’ONMT tout seul ? Où est passée cette mixité public-privé pour une destinée commune, celle d’une image améliorée et adaptée du Maroc ? Pourquoi aucun professionnel partenaire de TO français n’a pas et même presque jamais été invité à ces sorties importantes pour le secteur? En fait, il y a beaucoup de retard difficile à rattraper, en regard de la vitesse de tortue avec laquelle avancent nonchalamment les entames de déblocage pour la reprise qui n’arrangent presque rien, il faut l’avouer. Comment, en effet, aller battre campagne auprès des marchés sachant pertinemment que l’on manque cruellement de capacité hospitalière même pour le citoyen marocain ? Pire, sur la liste diffusée des laboratoires test Covid, Marrakech capitale touristique du pays, est absente tandis qu’Agadir, la grande station balnéaire du Maroc, n’y est agréé qu’un seul laboratoire. Pourtant, ce sont 2 destinations privilégiées par les TO étrangers. Est ce ainsi que l’on peut rassurer des partenaires? Sur quoi s’engager par rapports aux demandes des TO que l’on est allé convaincre de revenir au Maroc ?

Comment l’expliquer ? Comment l’ONMT ou carrément le ministère du Tourisme peuvent défendre le Maroc sans garanties sanitaires pour les clients étrangers ? Ce serait défendre le diable !

Jusqu’à quand les réclamations professionnelles légitimes d’élargir la représentativité des professionnels au Conseil d’Administration de l’Office est écartée ? Qui plus est, pourquoi aucun représentant élu et durement élu par les Fédérations de métiers de la CNT ne peut siéger dans la véritable commission de co-sponsoring financier des compagnies aériennes et TO ? Jamais d’évaluation à postériori ? Peut-on être satisfait de cette situation ? Absolument pas et, à défaut de changement radical, c’est le désarroi, le silence et la tentation réelle de se reconvertir dans d’autres métiers autres que le tourisme qui, à ce train là, semble maudit par le Gouvernement!

Dommage même pour Mme la Ministre qui donne l’impression de privilégier les avis souvent erronés en la matière de certains de ses Directeurs, comme ce fut d’ailleurs le cas pour les Ministres qui l’ont précédée…

Le 18 septembre 2020

Source web Par : premium travel news

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Un million de touristes anglais en 2020?

Un million de touristes anglais en 2020?

Troisième marché pourvoyeur de touristes au Maroc, la Grande-Bretagne recèle un potentiel encore inexploité qui pourrait à terme égaler les marchés fran...