Maroc 4 régions créent 50% du PIB

Maroc 4 régions créent 50% du PIB

Selon les derniers chiffres des comptes régionaux de 2011 publiés par le Haut Commissariat au Plan (HCP), les régions de Casablanca, Rabat, Chaouia et Marrakech sont à l’origine de près de 50% de la richesse nationale.

Une valeur de 24,6 milliards de dirhams, tel est le montant de l’écart absolu entre le PIB des différentes régions marocaines et le PIB régional moyen. Cet écart s’est donc creusé de 7,7 milliards de dirhams par rapport au niveau observé en 2004 (16,9 milliards de dirhams). Ces chiffres dévoilés par le Haut-Commissariat au Plan dans ses derniers comptes régionaux arrêtés à fin 2011 démontrent en effet une évolution contrastée des 16 régions du Maroc. De ce total, sept régions ont affiché une croissance de leur PIB supérieure à la moyenne nationale en 2011. Le pic a été observé dans la région de Chaouia-Ouardigha dont le PIB a grimpé de 25,8%.

Suivie des régions du Sud qui ont enregistré une évolution de 10% de leur PIB contre des hausses de 8% pour le Doukkala-Abda, de 7,3% du Gharb-Chrarda-Béni Hssen, de 7,2% du Grand Casablanca et de 6% de Meknès-Tafilalet. En outre, le Sous-Massa Drâa et Tanger–Tétouan ont affiché pour leur part une variation inférieure à la moyenne nationale, soit une évolution de 3,9% pour chaque région. La région de Taza-Al Hoceima-Taounate a enregistré une légère hausse de son PIB, soit une croissance de 0,9% arrêtée à fin 2011. En revanche, les PIB du Marrakech-Tensift-Al Haouz et Fès Boulemane se sont détériorés de 2,8 et 2% pour la même période. Même constat pour l’Oriental et Rabat–Salé-Zemmour-Zaër dont le PIB a reculé de 1,4 et 0,3%.

En structurant le PIB par région, le Haut-Commissariat au Plan démontre dans son analyse que «4 régions sur 16 créent environ la moitié de la richesse nationale, soit 48,9% du PIB en valeur». A cet égard, le Grand Casablanca a contribué à hauteur de 19,8% contre une contribution de 12% pour la région de Rabat, de 8,8% pour la Chaouia et 8,3% pour Marrakech-Tensift-Al Haouz.

Tétouan, le Souss, Doukkala et Meknès y participent pour plus de 27,9 % du PIB national, contre une participation cumulée de 23,2 % pour l’Oriental, le Gharb, Fès, Taza, Tadla et les trois régions du Royaume. S’agissant de la consommation des ménages, les dépenses restent inégalitaires. Selon le Haut-Commissariat au Plan, l’écart absolu moyen a atteint 14 milliards DH en 2011 contre 12,8 milliards DH en 2010. Par répartition régionale, Casablanca arrive en tête des régions les plus consommatrices, soit 14,6% de la consommation finale.

La région de Tanger-Tétouan arrive en seconde position avec une part de 11,8% dépassant de peu la région de Rabat (11,1 %). La part de Marrakech-Tensift-Al-Haouz est de 10,3% de la consommation finale des ménages contre 8,6% enregistré au niveau du Souss-Massa-Drâa. «Ces cinq régions participent pour environ 67 % des dépenses de consommation finale», relève-t-on du Haut-Commissariat au Plan. Et d’ajouter que «les autres régions ont des contributions comprises entre 3,5% à Tadla-Azilal et 6,4% à l’Oriental».

En évaluant les dépenses par habitant, il ressort que sept régions affichent des niveaux de dépense par tête supérieurs à la moyenne nationale, soit une valeur de 14.667 DH en 2011. Ainsi, Rabat-Salé-Zemmour-Zaër a dépensé en 2011 près de 20.058 dirhams contre 18.647 dirhams pour Tanger-Tétouan et 18.088 dirhams pour les régions du Sud. Les dépenses du Grand Casablanca s’élèvent, quant à elles, à 17.626 dirhams contre 15.148 dirhams pour l’Oriental, 14.932 pour Fès-Boulemane et 14.697 pour Marrakech-Tensift-Al Haouz. 

Contribution régionale à l’activité économique nationale

Le secteur primaire reste le secteur phare de six régions. Il s’agit du Souss-Massa-Draâ, du Gharb-Chrarda-Beni Hssen, du Doukkala-Abda, de Meknès-Tafilalet, de Marrakech-Tensift-Al Haouz et de la Chaouia-Ouardigha.

Se référant aux données du Haut-Commissariat au Plan, chacune des régions précitées contribue à hauteur de 10% environ dans la valeur ajoutée nationale du secteur. Le secteur secondaire reste pour sa part concentré dans les régions du Grand Casablanca et la Chaouia-Ouardigha, accaparant ainsi plus de 42% de la valeur ajoutée nationale de ce secteur. Par ailleurs, Casablanca et Rabat-Salé-Zemmour-Zaër contribuent à elles seules pour 39% environ à la valeur ajoutée des activités tertiaires.

PIB par habitant et par région : Chaouia en tête de liste

«Le taux d’accroissement du PIB par habitant dans la région de Chaouia-Ouardigha a atteint 25 % en 2011 confirmant ainsi les performances déjà relevées par le passé avec des taux de 24,4% entre 2007 et 2009 et 15,7 % entre 2009 et 2010». C’est ce qu’on relève de l’analyse du Haut-Commissariat au Plan relative aux comptes régionaux de l’année 2011. 
A cet égard et en termes de PIB par habitant, la région de Chaouia a rejoint le niveau observé dans le Grand Casablanca environ 40.600 dirhams, alors qu’en 2004 ce dernier était deux fois plus élevé, soit 33.011 DH contre 16.000 dirhams. Par ailleurs, trois autres régions présentent un PIB par tête supérieur à la moyenne nationale évalué à 24.490 dirhams, à savoir Rabat-Salé-Zemmour–Zaër avec 36.732 dirhams, les trois régions du Sud avec 35.491 dirhams et Doukkala–Abda avec 26.657 dirhams. 

Pour les régions restantes, le PIB s’inscrit dans un intervalle allant de 12.544 dirhams pour Taza-Al Hoceïma–Taounate à 21.149 dirhams pour Tanger-Tétouan. 
L’écart absolu moyen du PIB par habitant s’est creusé passant de 7.040 dirhams en 2010 à 8.258 dirhams en 2011.

SOURCE WEB Par Kawtar Tali  Aujourd’hui Le Maroc

Le : 2013-10-10

 

Tags : Haut Commissariat au Plan (HCP)- 4 régions sur 16 créent environ la moitié de la richesse nationale, soit 48,9% du PIB en valeur-