TSGJB BANNER

#MAROC_Tourisme_Interrogations_Reprise: L’arrêt des arrivées françaises risque de repousser encore la reprise

#MAROC_Tourisme_Interrogations_Reprise: L’arrêt des arrivées françaises risque de repousser encore la reprise

Avec la fermeture des frontières françaises, les opérateurs touristiques voient s’envoler leur dernier espoir d’une reprise au printemps. Selon Lahcen Zelmat qui préside la fédération des hôteliers du Maroc, l’arrêt des arrivées françaises reportera à l’été le début de la reprise et à 2024 le retour à une activité normale. Moins pessimiste, une source officielle avance que le 1er marché émetteur du Maroc, frustré et assoiffé de voyages, reviendra en force en juillet après la fin de sa campagne de vaccination.

S’il est encore trop tôt pour mesurer les conséquences sur le Maroc de la récente fermeture des frontières françaises, il est probable qu’en raison des nombreuses contraintes imposées aux candidats à un voyage à l’étranger, le flux de touristes déjà très faible se tarisse complètement et reporte encore la reprise de l’activité d’une industrie plus que sinistrée.

« Par mesure de précaution, la France a décrété la fin du tourisme international »

Appelé à réagir, Lahcen Zelmat, président de la fédération des hôteliers du Maroc, pense que cette décision ne manquera pas d’impacter négativement le tourisme marocain déjà très mal en point.

« Si pour l’instant, il y a toujours des liaisons aériennes dans les deux sens, avec les motifs impérieux désormais exigés par les autorités françaises pour voyager qui excluent de facto le tourisme, il va devenir impossible aux candidats français à un séjour touristique de se rendre au Maroc.

La date de la fin de la campagne de vaccination reste une grande inconnue

« C’est pourquoi la profession espère que la campagne de vaccination qui se déroule au Maroc et dans ses principaux marchés émetteurs créera rapidement une immunité collective qui permet de mettre fin aux mesures restrictives de circulation aussi bien locales qu’internationales.

« Si certains supposent que 60% des Marocains et des clients européens seront vaccinés en avril 2021, en réalité personne n’est capable de déterminer la date de la fin de la campagne de vaccination. 

« En l’absence d’agenda précis, les Etats apeurés se contentent d'imposer des mesures de prévention (couvre-feu, frontières fermées …) même si cela peut parfois engendrer des aberrations comme au Maroc.

Aucun début de visibilité avant le retour de la mobilité

« Si l’industrie, le textile, l’immobilier ont commencé à redémarrer, le tourisme n’est pas près de reprendre à cause d’une mobilité restreinte à partir de Casablanca qui limite le tourisme national et de la fermeture des marchés émetteurs comme la France, l’Espagne et l’Angleterre qui empêchent toute nouvelle arrivée étrangère », résume l’hôtelier.

2024, un horizon trop lointain pour les hôteliers les plus fragiles ?

A la lumière de ces problèmes, le président de la FNIH affirme qu’il est impossible de se projeter, d’autant plus que même le secrétaire général de l’organisation mondiale du tourisme attendu demain (3/01) à Marrakech est incapable de donner des chiffres ou un agenda de reprise.

« La seule certitude est que nous ne retrouverons pas le niveau d’activité de 2019 avant au moins 2024 », conclut pessimiste Zelmat pour qui ce lointain horizon ne manquera pas de provoquer plusieurs faillites d'hôtels.

La réouverture des frontières provoquera un afflux des Français frustrés

Bien plus optimiste, une source ministérielle affirme que la fermeture des frontières françaises, couplée à une reconduction incessante du couvre-feu en France, ne manquera pas d’engendrer des effets bénéfiques sur le tourisme marocain dès que le gouvernement français y mettra un terme.

« En effet, les Français ont plus que jamais besoin de vacances à l’étranger d’autant plus que les amateurs de voyages internationaux ont déjà eu l’occasion de visiter leur propre pays durant l’été dernier.

« Nombre d’entre eux étaient plutôt contraints et forcés de voyager en France tout simplement parce qu’ils redoutaient de tomber malades et de se retrouver bloqués dans un pays étranger dont le système sanitaire ne correspondait pas aux standards de leur pays.

Des tour-opérateurs très sollicités pour des séjours au Maroc en été

« Si le désespoir de nos opérateurs est compréhensible avec de nouvelles tuiles qui tombent toutes les semaines, il convient d’être encore un peu patient sachant que le Maroc exerce toujours autant d’attractivité sur les visiteurs français et européens en général.

« En effet, selon plusieurs tour-opérateurs étrangers, la demande française de séjour touristique au Maroc est toujours aussi forte, voire davantage qu'avant, notamment pour les mois de juillet et août prochains qui s'annonceraient sous les meilleurs auspices.

 « Le pire est désormais derrière nous grâce aux différents vaccins disponibles »

« Aujourd'hui, le plus dur est derrière nous car la planète dispose de plusieurs vaccins qui mettront un terme à cette terrible pandémie et même si celle-ci continue de faire des ravages dans les marchés émetteurs français ou anglais, le bout du tunnel est proche.

« Pour s’en convaincre, il faut citer l’exemple d’Israël très encourageant pour le Maroc car ce pays devrait acquérir une immunité collective avant l’été », conclut notre interlocuteur qui fonde son optimisme sur le fait que chaque sortie de crise internationale a été suivie d’une période de prospérité comme les trente glorieuses ou le boom japonais post-2ème Guerre mondiale …

Le 02/02/2020

SOURCE WEB Médias 24

Les tags en relation

 

Les articles en relation

La « bonne étoile » de Hamid Bentahar

La « bonne étoile » de Hamid Bentahar

L’Assemblée Générale Elective de la CNT a consacré, dans une ambiance exceptionnelle de cette après-midi du samedi 17 juillet,, Hamid Bentahar nouveau Pr...