TSGJB BANNER

AstraZeneca : aux Etats-Unis, nouveau coup dur pour le laboratoire

AstraZeneca : aux Etats-Unis, nouveau coup dur pour le laboratoire

Un institut américain, qui supervise les essais cliniques sur les vaccins, a remis en doute mardi l'efficacité du sérum pourtant revendiquée la veille par AstraZeneca.

Nouveau coup dur pour AstraZeneca. La pression monte pour le laboratoire qui produit le vaccin contre le Covid-19. Déjà dans le viseur des autorités européennes pour ne pas honorer ses livraisons, le groupe pharmaceutique est désormais pointé du doigt outre-Atlantique. Mardi, l'Institution national des maladies infectieuses et des allergies (NIAD), qui supervise les essais cliniques des vaccins, a remis en doute l'efficacité du sérum, revendiquée plus tôt par le laboratoire. Selon l'agence américaine, le groupe suédo-britannique a pu utiliser des données "obsolètes" durant ses essais cliniques. Par conséquent, l'évaluation de l'efficacité du vaccin peut être "incomplète".

Un vaccin "efficace à 80%". Lundi, le laboratoire avait revendiqué une efficacité de 79% pour prévenir les cas symptomatiques du Covid-19, et de 100% pour empêcher les formes sévères de la maladie, après des essais cliniques de phase III réalisés aux Etats-Unis sur 32.449 participants. AstraZeneca a également assuré que son sérum, qui n'est pas encore approuvé outre-Atlantique, n'augmentait pas le risque de caillots sanguins. Des résultats obtenus grâce à l'utilisation de données antérieures au 17 février, a précisé le laboratoire. Désormais, il est pressé par le NIAD de "rendre publiques au plus vite" les données "les plus précises, les plus récentes et les plus efficaces possibles". Ce sera chose faite dans les 48 heures, a promis le groupe pharmaceutique.

"C'est regrettable". Selon le Washington Post, des experts indépendants avaient adressé un courrier à AstraZeneca afin de recommander à l'entreprise d'indiquer plutôt une efficacité de 69 à 75%, plutôt que les 79% d'efficacité communiqués lundi. "C'est regrettable que ce soit arrivé", a déclaré le docteur Anthony Fauci, directeur du NIAD, sur la chaîne américaine ABC. Il souligne des "données plutôt bonnes", mais un communiqué de presse "pas complètement juste".

Plusieurs erreurs. Entre les autorités américaines et le laboratoire suédo-britannique, les relations de confiance ont été entamées par plusieurs évènements. En septembre dernier, les essais cliniques sont interrompus pendant six semaines aux Etats-Unis, après qu'un participant à l'essai britannique soit tombé malade. Cet incident, qui a entraîné des suspensions courtes à travers le monde, n'aurait été connu des autorités américaines que quelques jours plus tard, via les médias. En novembre, AstraZeneca annonce des résultats intermédiaires marqués par des erreurs et imprécisions qui contraignent le laboratoire à annoncer des études supplémentaires. Echaudés, les responsables américains préfèrent attendre le résultat des essais nationaux avant d'autoriser le sérum.

Un bon départ. Les autorités américaines avaient pourtant misé rapidement sur le vaccin AstraZenca, dans le cadre de l'opération "Warp Speed" lancée au printemps 2020 par l'équipe de l'ancien président Donald Trump. Une commande de 300 millions de doses est passée et le pays promet un accompagnement financier pour permettre au laboratoire de développer ses infrastructures et ses essais cliniques.

Un vaccin devenu inutile? Les Etats-Unis vaccinent déjà avec trois sérums autorisés : Pfizer, Moderna et Johnson&Johnson. Le gouvernement Biden a promis que l'ensemble des adultes américains pourraient être vaccinés d'ici la fin du mois de mai, grâce à des contrats passés au fur et à mesure qui garantissent déjà des livraisons de doses suffisantes. Si une demande d'autorisation en urgence doit être prochainement déposée par AstraZeneca, le temps que les données de l'essai clinique soient étudiées puis validées par l'Agence des médicaments (FDA), les doses du vaccin suédo-britannique pourraient bien arriver trop tard. L'administration Biden envisage aussi d'envoyer plusieurs millions de doses d'AstraZeneca, en stock, vers ses voisins directs, le Mexique et le Canada.

Le 24 mars 2021

Source web Par : lejdd

Les tags en relation

 

Les articles en relation

« IL » EST LÀ !

« IL » EST LÀ !

Ce que tout le monde redoutait tout en espérant en secret que le Maroc serait épargné, est désormais arrivé. Le Covid-19 fait partie aujourd’hui du pa...