TSGJB BANNER

La FNTT-CGEM se réunit avec le ministère du Transport

La FNTT-CGEM se réunit avec le ministère du Transport

Consciente d’une reprise imminente mais dont le destin reste encore hypothéqué par la fermeture intermittente des marchés touristiques étrangers, la FNTT membre de la CNT affilée à la CGEM prend son mal en patience et continue à espérer la résorption d’une crise qui aura trop duré pour les affaires et les salariés du secteur.

Ainsi et persévérant dans sa série de partenariat avec les pouvoirs publiques et des administrations de tutelle, la FNTT a participé, hier 31 mars, à une réunion organisée par le ministère de l’Equipement et du Transport.

Réunion qui a permis à la délégation de la fédération de faire part des doléances légitimes de ses membres, notamment :

-le décret du 12/12/19 relatif aux véhicules 3eme série : à ce sujet il a été jugé inopportun de publier le décret en pleine crise pandémique (juillet 2020) surtout que le processus de sa validation en amont par les professionnels n’est pas allé jusqu’au bout

– certaines dispositions du décret ont été jugées inadaptées notamment les caractéristiques techniques requises surtout pour la catégorie TLS, elles doivent selon les professionnels rester une option

-En cette période de crise inédite, et du poids de l’endettement  et de la menace qu’il fait peser sur la profession, il serait judicieux selon les professionnels, et à titre exceptionnel, d’assouplir les conditions de seuil relatif au parc pour les sociétés en exercice afin de leur permettre de se délester d’une partie de leur parc pour se désendetter.

– les professionnels ont regretté les contraintes administratives et autres autorisations imposées aux professionnels pour le peu d’opérations qu’ils peuvent encore organiser, ils ont demandé au ministère d’intervenir auprès des autorités compétentes pour les assouplir.

Dans le même registre ils ont invité le ministère à sévir contre toute concurrence déloyale en cette période de disette et de veiller à réserver le transport touristique domestique au transport touristique.

-Les professionnels ont déploré le manque de solidarité, de soutien explicite et franc du ministère et son indifférence quand au naufrage financier du secteur

Certaines propositions formulées par notre fédération :

Afin de favoriser le cas échéant le rebond  du secteur  il est impératif aux yeux des professionnels de lever certains obstacles réglementaires qui sont de nature à obstruer le redémarrage d’un secteur en convalescence,  spécifiquement :

– Agrément: supprimer la limite de 7 ans

-Améliorer  les procédures administratives et les mettre en harmonie avec la nouvelle loi de simplification, en terme de raccourcissement des délais et de simplification du parcours administratif,  Leur digitalisation serait un meilleur gage pour plus d’efficacité et de satisfaction des professionnels

Exemples :

-Supprimer la procédure du recours systématique, pour validation, auprès de l’administration du transport à chaque renouvellement d’assurance, visite technique,  etc

-Les modifications concernant le changement d’adresse, de gérant de dénomination doivent être signalées au ministère du transport pour information et ne doivent pas faire l’objet de la procédure lourde et lente actuelle (réunion de la commission de transport)

-Le délai d’octroi d’autorisations supplémentaires doit être significativement raccourci

– Réformer, alléger, simplifier la procédure d’homologation des véhicules et la décentraliser.

-Revoir le process de formation des chauffeurs pour plus d’efficacité et de facilité d’accès

-Simplifier les conditions d’accès à la carte professionnelle.

– Le ministère doit prendre en considération la pandémie et ses effets dévastateurs sur la profession pour ajuster, ne serait ce que provisoirement, les contraintes liées aux délais et aux conditions imposées par certaines procédures

En réaction aux doléances des professionnels le ministère a exprimé sa disposition à examiner toutes les propositions formulées tout en assurant de  sa solidarité avec le secteur  Elle a invité par ailleurs les professionnels à se projeter dans l’après crise en élaborant un contrat programme qui arrimerait le secteur dans la mobilité de demain : durable, responsable et fortement structurée par le digital, FNTT/CNT/CGEM.

Le 1 avril 2021

Source web Par : premium travel news

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Ftour de la CNT à Marrakech

Ftour de la CNT à Marrakech

La CNT organise, le vendredi 31 mai, un ftour au Kenzi Ménara Palace Marrakech. L’objectif en est de discuter de la mise en place de la Fédération Régiona...

Tourisme. Pourquoi le Maroc stagne ?

Tourisme. Pourquoi le Maroc stagne ?

Alors que la stratégie touristique 2020 visait 20 millions de touristes, le Maroc est encore loin du compte avec seulement 11 millions d’arrivées. La digita...

Le patronat propose son contrat social

Le patronat propose son contrat social

L’Etat doit s’occuper des politiques sociales, de l’enseignement, la santé et la législation du travail. L’entreprise se charge du dialogue social, de...

La CNT réajuste ses structures

La CNT réajuste ses structures

La CNT n’est pas en congé. Sa nouvelle configuration semble saisir les opportunités pour les ériger en sentiers d’application de sa feuille de route. Aus...

Tsunami des professionnels du tourisme

Tsunami des professionnels du tourisme

Ce mois d’août, pourtant synonyme de vacances et d’apaisement, a été l’occasion pour les fédérations de métiers du tourisme de se faire entendre co...