Nucléaire Les Iraniens saluent un accord historique

Nucléaire   Les Iraniens saluent un accord historique

Les grandes puissances et l'Iran ont salué l'accord historique pour contenir le programme nucléaire de Téhéran, obtenu de haute lutte, dimanche à Genève. Les Iraniens, premiers concernés, ont accueilli leur négociateur en héros et fêté cet accord porteur d'espoir quant à la levée des sanctions économiques qui les étouffent à petit feu depuis des années.

La principale préoccupation des Iraniens n’est pas la religion ou le nucléaire, mais la consommation, d'où l'intérêt de cet accord intérimaire. /DR 

Après cinq jours d'âpres négociations à Genève, les grandes puissances et l'Iran ont annoncé, dimanche, un accord au terme duquel la république islamique acceptera de limiter son programme nucléaire, en échange d'un allègement des sanctions économiques. Un accord préliminaire, qui a pour objectif de permettre de rétablir pas à pas la confiance entre Téhéran et les grandes puissances, après des décennies de tensions, et qui ouvre une nouvelle période de pourparlers sur le fond pendant six mois.

Les Américains avaient engagé des négociations secrètes avec le gouvernement de Mahmoud Ahmadinejad: selon plusieurs médias américains, qui n'ont pas été contredits par la Maison Blanche, l'accord, intervenu dimanche 24 novembre à Genève, a été précédé d'une série de contacts qui ont débuté en mars et dont les alliés des Etats-Unis n'ont pas été informés pendant des mois.

Les Occidentaux veulent mettre en œuvre rapidement cet accord historique, avec la levée de certaines sanctions prévue dès le mois prochain, malgré la colère d'Israël, qui dénonce une erreur “historique”.

Ainsi, l'Union européenne lèvera ses premières sanctions imposées à l'Iran “en décembre”, a assuré lundi le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius. Une levée qui sera cependant “limitée, ciblée et réversible”.

L'industrie automobile, primordiale pour l'activité économique iranienne, devrait être le premier secteur concerné par cet allègement.

Un bol d'air frais

À Téhéran dimanche soir, les négociateurs de l’accord historique conclu à Genève ont été accueillis en héros. Sur les réseaux sociaux, un déferlement de réactions enthousiastes a accompagné l'annonce du ministre des Affaires étrangères iraniennes, Mohammad Javad Zarif, sur cet accord intérimaire.

Lundi matin, la quasi totalité des journaux iraniens a salué l'accord nucléaire avec les grandes puissances, en mettant l'accent sur le succès personnel du chef de la diplomatie.

De nombreux Iraniens sont restés éveillés dans la nuit de samedi à dimanche dans l'attente d'une issue positive. Et pour cause, cet accord suscite en effet de vifs espoirs dans un Iran en récession depuis deux ans, dont la population subit de plein fouet les sanctions économiques.

“Ils ont trouvé un accord : ils veulent alléger les sanctions et nous pouvons poursuivre l'enrichissement d'uranium. Tout cela est positif et plein de promesse. Et cela soulage la population.”

UN HABITANT DE TÉHÉRAN.

Cette mesure devrait considérablement soulager les Iraniens, qui pâtissent depuis trente ans de lourdes restrictions économiques et d’une pénurie de produits d’importation.

Six mois de test

Pour la première fois, le régime iranien a consenti à un accord formel avec les Etats-Unis, en passant aussi par une poignée de main publique, avec la puissance américaine et la communauté internationale, que la république islamique avait jusque-là toujours rejetée.

Cet accord porte sur “une première étape de six mois, renouvelable par consentement mutuel”, selon la Maison Blanche. Il prévoit en particulier l'arrêt par l'Iran de l'enrichissement d'uranium à plus de 5% pendant 6 mois, la suspension des activités du réacteur à l'eau lourde d'Arak et un accès accru des inspecteurs internationaux aux sites sensibles.

Ceci en échange d'un allègement des sanctions, équivalent à quelque sept milliards de dollars, même si la plupart des sanctions américaines, commerciales et financières resteront en vigueur dans les six mois à venir. Six mois de test durant lesquels les Iraniens seront observés de près.

Il va donc falloir encore beaucoup de travail et des heures de négociations pour réussir à transformer ce premier accord temporaire en accord plus global sur le désarmement nucléaire iranien. “Maintenant, la partie vraiment difficile commence”, a assuré dimanche soir le secrétaire d'Etat américain, John Kerry.

SOURCE WEB Par Aufait

25/11/2013 à 15:32

Tags : l'accord, intervenu dimanche 24 novembre à Genève, a été précédé d'une série de contacts qui ont débuté en mars- colère d'Israël, qui dénonce une erreur “historique- la quasi totalité des journaux iraniens a salué l'accord nucléaire avec les grandes puissances- soulager les Iraniens, qui pâtissent depuis trente ans de lourdes restrictions économiques et d’une pénurie de produits d’importation- Cet accord porte sur “une première étape de six mois, renouvelable par consentement mutuel-