TSGJB BANNER

#Maroc_Tourisme_Marrakech : Des femmes «non accompagnées» interdites d’accès à un hôtel

#Maroc_Tourisme_Marrakech : Des femmes «non accompagnées» interdites d’accès à un hôtel

La discrimination et l’atteinte aux droits des femmes ont la peau dure. Mardi, quatre femmes se sont vu refuser l’accès à un hôtel 5 étoiles à Marrakech au moment de la réservation car «non accompagnées» par leurs maris ou un membre de leurs familles. L’établissement a, quant à lui, brandi l'«application stricte de la législation» marocaine.

A Marrakech, la discrimination des femmes s’étend désormais même à l’hôtel lorsqu’elles sont célibataires et/ou non accompagnées. Un constat qui paraît absurde dans le Maroc du XXIe siècle. Pourtant, les faits se sont déroulés ce mardi, lorsqu’un groupe de personnes composées de deux familles avec des enfants et quatre femmes dont des célibataires, s’est vu refuser l’hébergement dans un hôtel 5 étoiles à Marrakech.

«Nous avons fait la réservation sur une plateforme, qui a été ensuite confirmée», nous confie ce mercredi Samed, l’un des membres du groupe. Marié et papa de deux enfants, il ajoute qu'en lisant le règlement intérieur de l’hôtel, le groupe a été surpris par une condition qui le pousse à contacter l’établissement. En fait, la plateforme envoie automatiquement, en cas de confirmation de la réservation, un mail avec les conditions du séjour, le règlement ainsi que différentes brochures. La plateforme précautionneuse précise que «l'établissement assume l'entière responsabilité du contenu de ce message envoyé via (la plateforme)», indique-t-on dans le mail consulté par Yabiladi.

Oui aux familles, non aux femmes célibataires !

Car ce règlement peut contenir des conditions spéciales ou des services à payer en supplément, mais surtout des clauses qui peuvent s’avérer discriminatoires, comme dans ce cas. «Nous avons par hasard découvert le règlement qui, dans sa première phrase, annonce que l’établissement n’accepte pas les femmes de nationalité marocaine, non accompagnées par leurs maris ou un membre de la famille», nous explique Laila B., l’une des filles célibataires du groupe. Sous la mention «remarques importantes», l’hôtel déclare en effet qu'il applique «strictement la législation du Royaume du Maroc en matière de tourisme» et confirme sa position dans le document accompagnant la réservation.

«L’accès à l’établissement se verra strictement refusé à toute femme de nationalité Marocaine n’étant pas accompagnée de son mari ou de sa famille. Des preuves et justifications seront demandées lors du check-in.»

Extrait du règlement intérieur de l'hôtel

Samed précise que le groupe a «appelé l’hôtel pour vérifier si cette condition s’applique». La réceptionniste leur a dit alors de patienter le temps de consulter le manager avant de revenir vers eux et confirmer cette clause. «Elle nous a indiqué que les filles célibataires n’ont pas le droit de venir», poursuit-il, en ajoutant que l’hôtel a maintenu sa position en leur suggérant même d’annuler la réservation. «On leur a donc demandé de nous écrire cela par mail, chose qu’ils ont faite. Nous étions indignés», indique-t-il.

Laila de compléter : «Au début, on s’est dit que l’hôtel souhaite peut-être garder un aspect familial. L’amie qui a réservé a donc appelé pour expliquer notre situation. Ils ont répondu que les deux familles peuvent venir… mais pas les autres. Choquées, les filles célibataires ont ressenti une atteinte à leur droit.»

«Nous avons trouvé cela bizarre car il n’y a aucune loi au Maroc qui nous prive du droit de prendre une chambre d’hôtel. On n’a pas compris pourquoi nous, filles célibataires, devons être exclues sans raison.»

Laila       

Des excuses inachevées

Les ennuis du groupe avec ledit établissement ne se sont pas arrêtés à ce niveau. En publiant des captures d’écran sur les réseaux sociaux, chose qui a provoqué une vive polémique, l’hôtel a adressé un message pour «présenter des excuses et évoquer une mauvaise formulation», rapporte Samed. Son amie précise, de son côté, que «le patron de l’hôtel a appelé la maman qui a fait la réservation et lui a d'abord dit qu’il compte nous proposer un arrangement et trouver une solution pour que tout le monde puisse venir». «On lui a répondu que par principe, nous ne venons plus», poursuit Laila. Suite aux informations publiées sur les réseaux sociaux quant à l'incident et les réactions des internautes, le patron de l’hôtel est monté au créneau. «Il a commencé à menacer de nous poursuivre en justice en indiquant que son établissement mandatera un avocat pour nous attaquer», ajoute la jeune femme. Pour Laila, le groupe s’attendait «à des excuses» de la part de l’hôtel suite à cette discrimination et cette mesure «contraire à la loi marocaine».

Yabiladi a tenté à plusieurs reprises de joindre l’hôtel Domaine Abiad ce mercredi, en vain.

Domaine Abiad reconnaît une «faute grave» et présente ses excuses

Réagissant à des avis des utilisateurs suite à cette polémique, Domaine Abid a présenté ses excuses aux clients, mécontents sur la page d'avis Google. «Nous sommes profondément désolé et présentons nos plus sincères excuses envers vous suite à cette mauvaise communication que nous n’avions pas maîtrisée au sujet des règles d’admissions au sein de notre complexe», assure l’établissement qui dit avoir «complètement délaissé la partie communication au sujet de l’admission de [ses] sœurs Marocaines au sein du domaine Abiad».

«Bien évidemment que vous pouvez venir séjourner chez nous. La phrase écrite par notre directeur de communication : "L’accès à l’établissement se verra strictement refusé à toute femme de nationalité Marocaine n’étant pas accompagnée de son mari ou de sa famille" est d’une absurdité sans nom», poursuit l’hôtel.

«Nous assumons entièrement la responsabilité quand à cette phrase qui ne représente absolument pas nos valeurs ni les valeurs des femmes Musulmanes à travers le Royaume et à travers le monde.»

Qualifiant l’incident de «faute grave», Domaine Abiad annonce avoir décidé de prendre plusieurs mesures applicables dès aujourd’hui. Il cite la «mise à pied du directeur de communication jusqu’à nouvel ordre», effective jusqu’à ce que cette affaire soit «tirée au clair avec les membres de la direction générale». L’établissement promet d’offrir «une nuitée gratuite pour tout week end passé (2 jours ou plus en réservation directe) pour les mois de juillet et aout 2021 et cela pour toutes les femmes qui se sont sentient offensées en écrivant un avis sur Google» afin de «montrer» son «attachement au statut de la femme Marocaine dans le Royaume». «Nous nous prenons très au sérieux ce sujet et que nous ne laisserons personne faire de la discrimination sous quelque forme», assure-t-on encore.

LE 07/07/2021

SOURCE WEB PAR YABILADI

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Commission mixte : Parlons-en !

Commission mixte : Parlons-en !

Dans un précédent post, nous déplorons le fait que la liste envisagée des candidats à présenter pour la commission mixte du privé, appelée à être le v...

La CNT tire la sonnette d'alarme

La CNT tire la sonnette d'alarme

Abdellatif Kabbaj, Président de la CNT & Fouzi Zemrani, Vice-Président Général de la CNT La Confédération Nationale du Tourisme a tenu hier à Casab...