Sahara L'Algérie demande à ses députés d’aider financièrement le Polisario

Sahara L'Algérie demande à ses députés d’aider financièrement le Polisario

Le site d'information algérien Tamurt.infos a révélé lundi que le Parlement algérien a publié un appel, signé de son vice-président, pour demander aux députés de verser 10.000 dinars (plus de 1.000 DH) de leur salaire aux séparatistes du Polisario. Un appel qui intervient dans un contexte marqué par le soulèvement des populations de Tindouf contre les dirigeants de ce mouvement.

Du côté des camps de Tindouf, le soulèvement des Sahraouis s'est poursuivi durant le weekend, après l'assassinat de deux des leurs par l'armée algérienne. /DR

L’Algérie poursuit son chantage contre le Maroc, avec de nouvelles méthodes. Le weekend dernier, les journaux algériens proches du régime se sont attaqués au quotidien marocain Al Ittihad Al Ichtiraki, bras médiatique de l'Union socialiste des forces populaires (USFP). Motif : une interview du chef de la diplomatie égyptienne, Nabil Fahmi, en marge de la 20e session du Comité Al-Qods à Marrakech, dans laquelle, il a déclaré que l'Egypte soutient le Maroc dans le conflit du Sahara. Une déclaration qui n'a pas été du goût des autorités algériennes.

Quelques journaux algériens, dont Echourouk, ont cité dans leurs éditions de dimanche et de lundi une mise au point adressée par l'ambassade de l'Egypte au Maroc au journal Al Ittihad Al Ichtiraki, dans laquelle elle dément les propos attribués à Nabil Fahmi.

Les députés algériens appelés à mettre la main à la poche

Une contre-attaque qui intervient au lendemain de l'affaire des Syriens expulsés d'Algérie, mais également au moment où des pays commencent à sérieusement réfléchir sur la reconnaissance accordée à la “République arabe sahraouie démocratique” du Polisario.

Mais pour l'Algérie, il n'est pas question de changer de stratégie. Le site d'information Tamurt.infos a révélé lundi que le conseil national du Polisario “fait face à une crise financière”. De ce fait, les députés algériens sont appelés à cotiser afin de renflouer les caisses du mouvement. “Le Parlement algérien a publié un appel, signé de son vice-président, pour demander aux députés de verser 10.000 dinars de leur salaire à l’organisation paramilitaire du Polisario”, écrit le site d'information.

Le régime algérien, dirigé par les militaires, est également pointé du doigt par le journal.

“Des milliers de Marocains sont pris en otage dans les camps de réfugiés à Tindouf. Des informations font état de viols de femmes par des militaires algériens, mais ces scandales sont étouffés par le régime algérien. (...) L’Algérie fait tout son possible pour diviser le Maroc. Une politique illusoire qui n’aboutira jamais.”

TAMURT.INFOS.

À Tindouf, le soulèvement continue

Dans les camps de Tindouf, le soulèvement des Sahraouis s'est poursuivi durant le weekend. Cette grogne sociale est causée par l'assassinat de deux Sahraouis par l'armée algérienne, au niveau de la frontière algéro-mauritanienne. Mohamed Alian Abbih et Khatri Hammad Haddoud, de la tribu Rgibat, faisaient du transport illégal de carburant leur gagne-pain depuis plusieurs années.

Dimanche, les manifestants ont même tagué les murs de quelques écoles et du siège de Haut-commissariat des Nations unis pour les réfugiés (HCR), appelant à la condamnation des assassins et au départ du wali du camp Dakhla.

Au Maroc, la famille Rgibat Souaâd s'est mobilisée pour soutenir les familles des victimes. Dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, cette famille a exprimé son indignation face à la répression des manifestations à Tindouf.

Elle a également plaidé pour une intervention en urgence pour libérer les détenus dans ces camps et d'assurer leur droit à l'expression et à la circulation, conformément au droit international.

SOURCE WEB Par aufait Maroc

Mise à jour le 04/02/2014 13 :00

Tags : soulèvement des populations de Tindouf- Tamurt.infos- L’Algérie- chantage contre le Maroc- l'Union socialiste des forces populaires (USFP)- quotidien marocain Al Ittihad Al Ichtiraki- conseil national du Polisario “fait face à une crise financière”- Haut-commissariat des Nations unis pour les réfugiés (HCR)- secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon-