Produits de terroir Un engouement sans précédent

Produits de terroir   Un engouement sans précédent

«Depuis 2010, plus de 200 groupements de producteurs ont été accompagnés pour le renforcement de leurs capacités en vue de la maîtrise des bonnes pratiques de production et de valorisation, de l'offre produits», a noté Nabil Chaouki. Ph : DR

Les consommateurs marocains et étrangers manifestent de plus en plus un engouement grandissant pour les produits de terroir, connus par leurs bienfaits nutritionnels et cosmétiques et reconnus pour être naturels et sains.L'accroissement de la demande de ces produits s'explique par la naissance d'un marché de consommateurs exigeant d'une qualité spécifique liée à l'origine, à l'histoire et au savoir faire, qui va de pair avec l'émergence de nouveaux modes de vie alimentaires.La prise de conscience de l'important potentiel de ce créneau de l'agriculture, un des leviers du développement local, est de plus en plus forte, aussi bien de la part des pouvoirs publics qu'au niveau des différents acteurs dans ce domaine. Ainsi, ce n'est pas un hasard que les produits de terroir seraient à l'honneur lors de la 9e édition du Salon international de l'agriculture au Maroc (SIAM), qui s'ouvrira le 24 avril à Meknès, avec pour objectifs majeurs de mettre en avant la richesse et la diversité des produits de terroir marocains.«L'approche stratégique du Plan Maroc vert vise à transformer le secteur des produits de terroir d'un secteur traditionnel à un secteur moderne et attrayant offrant un éventail de produits de bonne qualité, à haute valeur ajoutée», a déclaré à la MAP, le directeur de développement des filières de production au ministère de l'Agriculture et de la Pêche maritime, Nabil Chaouki.C'est dans ce contexte qu'on assiste à l'enregistrement de nouveaux labels de produits du terroir : safran de Taliouine, clémentines de Berkane, huile d'argan, amandes de Tafraout, miel Zaqqoum de Tadla-Azilal, dattes de Boufkous et de Fuiguig Et le reste à venir.Chaouki a précisé qu'un chantier national de mise à niveau du secteur a été lancé et concerne toute la chaine de valeur des produits de terroir, notamment l'organisation des acteurs, le développement de la production, la valorisation des produits, ainsi que l'amélioration des conditions de commercialisation.«Depuis 2010, plus de 200 groupements de producteurs ont été accompagnés pour le renforcement de leurs capacités en vue de la maitrise des bonnes pratiques de production et de valorisation, l'amélioration des conditions de production, l'accompagnement et l'appui pour l'intensification de la production et l'amélioration de l'offre produits», a noté Chaouki.Le responsable a fait savoir que des actions spécifiques ont été mises en place pour la promotion et l'appui à la commercialisation des produits du terroir, axées essentiellement sur les campagnes de communication, la participation massive aux différentes manifestations internationales à caractère promotionnel et commercial, l'insertion des produits dans la grande et moyenne distribution et l'organisation de manifestations régionales et nationales sous forme de foires et d'expositions. Ces mesures ont permis à ces produits d'occuper une place de choix avec une meilleure commercialisation des produits du terroir et l'émergence d'une multitude de groupements de producteurs conduisant dans le futur vers une professionnalisation certaine du secteur.«Les clients manifestent de plus en plus d'intérêt pour la qualité et les bienfaits nutritionnels et cosmétiques des produits du terroir», a déclaré, pour sa part, Fatema, membre de la coopérative «la maison d'Argan», mettant en relief ces produits qui constituent une alternative très prometteuse pour le développement local, viable et durable particulièrement dans les zones enclavées et difficiles d'accès.Fatema a donné l'exemple des coopératives de production d'huile d'argan, qui ont permis à plusieurs centaines de familles de changer de mode de vie en leur favorisant un revenu régulier.Chaque région regorge d'une multitude de produits qui pourraient générer des opportunités économiques et sociales pour le pays. La région de Souss par exemple est la seule au monde où on trouve l'arganier, patrimoine forestier mondial, alors que celle de Chefchaouen est connue pour l'huile d'olive. Pour sa part, Tafilalet est réputé pour son potentiel en produits du terroir, tels que les dattes, le henné, le caroubier ou encore les plantes aromatiques et médicinales. Dans la région de Tiznit-Sidi Ifni, des coopératives agricoles cultivent plusieurs milliers d'hectares de cactus pour en faire de la confiture et des fruits confits.

 

Publié le : 22 avril 2014 – SOURCE WEB Par MAP/Le Matin

Tags : Depuis 2010, plus de 200 groupements de producteurs ont été accompagnés pour le renforcement de leurs capacités- Les consommateurs marocains et étrangers manifestent de plus en plus un engouement grandissant pour les produits de terroir- naissance d'un marché de consommateurs exigeant d'une qualité spécifique liée à l'origine, à l'histoire et au savoir faire- nouveaux modes de vie alimentaires- les produits de terroir seraient à l'honneur lors de la 9e édition du Salon international de l'agriculture au Maroc (SIAM)- L'approche stratégique du Plan Maroc vert vise à transformer le secteur des produits de terroir d'un secteur traditionnel à un secteur moderne- enregistrement de nouveaux labels de produits du terroir : safran de Taliouine, clémentines de Berkane, huile d'argan, amandes de Tafraout, miel Zaqqoum de Tadla-Azilal, dattes de Boufkous et de Fuiguig- coopératives de production d'huile d'argan- l'arganier, patrimoine forestier mondial- Chefchaouen est connue pour l'huile d'olive- Tafilalet est réputé pour son potentiel en produits du terroir, tels que les dattes, le henné, le caroubier ou encore les plantes aromatiques et médicinales- région de Tiznit-Sidi Ifni, des coopératives agricoles cultivent plusieurs milliers d'hectares de cactus pour en faire de la confiture et des fruits confits-