Terres collectives Un levier de développement-socio-économique

Terres collectives   Un levier de développement-socio-économique

La rencontre sur les terres collectives, qui s'est tenue à Ouarzazate. Importance de l'intégration des ayants droit des terres collectives dans le processus du développement économique. Ph : DR

Les terres collectives constituent un véritable levier de développement économique local et national, a affirmé mardi, à Ouarzazate, Abdelmajid El Henkari, gouverneur, directeur des affaires rurales au ministère de l'Intérieur.

Intervenant lors de la cérémonie d'ouverture des travaux de la 3e Rencontre régionale du Débat national sur les terres collectives (22-23 avril) organisée sous le Haut patronage de S.M. le Roi Mohammed VI, El Henkari a souligné l'importance de l'intégration des ayants droit des terres collectives dans le processus du développement économique.

La réalisation des objectifs assignés pour ce dialogue national reste tributaire de l'efficacité de l'approche adoptée, qui doit être fondée sur le dialogue et la concertation, a-t-il ajouté.

Tout en relevant la pertinence de la thématique du Dialogue national sur les terres collectives («les terres collectives : pour un développement humain durable»), qui traduit l'importance de la question des terres collectives, El Henkari a appelé tous les intervenants concernés par cette question à adhérer à ce dialogue national.Le Débat national sur les terres collectives intervient à un moment où cette question attire de plus en plus l'attention des acteurs politiques, économiques, sociaux et des médias, et intervient dans un contexte marqué par la pression foncière sur les terres Soulaliates en raison de l'urbanisation galopante et les exigences du développement économiques en milieu rural et urbain, a relevé El Henkari.Il a, en outre, rappelé les grands espoirs fondés sur ce Débat national, qui exigent de tous les intervenants de s'atteler sur la question de la réforme du cadre juridique régissant la gestion de ces terres collectives.El Henkari a souligné que cette 3e Rencontre régionale à laquelle participent les régions Guelmim-Smara et Souss-Massa-Drâa, doit déboucher sur des propositions pour l'élaboration d'une vision prospective sur l'avenir de la gestion de ces terres collectives.

Le gouverneur de la province de Ouarzazate, Saleh Ben Yettou, a pour sa part, mis en relief le rôle important de ces terres collectives dans le développement économique et social, relevant que ce débat national intervient dans un contexte marqué par la réalisation de plusieurs avancées au niveau politique et socioéconomique.Les participants sont appelés à répondre à plusieurs défis relatifs notamment à la réforme du cadre juridique régissant la gestion des terres collectives ainsi que la question de l'intégration des ayants droit dans le processus du développement économique, ainsi que les questions de la représentativité des ayants droit de ces terres, le rôle du Parlement et des instances élues dans la résolution de problèmes se rapportant à la gestion des terres collectives, a-t-il ajouté.Les autres intervenants à cette 3ème Rencontre régionale du Débat national sur les terres collectives ont présenté le contexte général du Débat national sur les terres collectives.

Ils ont, en outre, fait savoir que la superficie globale des terres Soulaliates dans la région Souss-Massa-Drâa avoisine 3.123.134 hectares alors que celle de la région Guelmim-Smara est estimée à 1.270.420 hectares.Ils ont, par ailleurs, appelé à l'institutionnalisation du droit des femmes de bénéficier des terres collectives.Les participants ont aussi recommandé d'encourager les investissements dans ces terres et d'adopter une approche participative dans la résolution des litiges.Les intervenants ont aussi mis l'accent sur l'importance de lever tous les obstacles au niveau de la conservation foncière.Ont pris part à la cérémonie d'ouverture de cette rencontre, les gouverneurs des provinces de Zagora et de Tinghir, les parlementaires et élus locaux et les représentants des secteurs gouvernementaux en plus des représentants de la société civile et des terres Soulaliates.

Publié le : 22 avril 2014 –SOURCE WEB Par MAP/Le Matin

Tags : Les terres collectives constituent un véritable levier de développement économique local et national, a affirmé mardi, à Ouarzazate, Abdelmajid El Henkari, gouverneur, directeur des affaires rurales au ministère de l'Intérieur-3e Rencontre régionale du Débat national sur les terres collectives (22-23 avril) organisée sous le Haut patronage de S.M. le Roi Mohammed VI, El Henkari a souligné l'importance de l'intégration des ayants droit des terres collectives dans le processus du développement économique- ce dialogue national reste tributaire de l'efficacité de l'approche adoptée- pression foncière sur les terres Soulaliates en raison de l'urbanisation galopante et les exigences du développement économiques en milieu rural et urbain, a relevé El Henkari- s'atteler sur la question de la réforme du cadre juridique régissant la gestion de ces terres collectives-El Henkari a souligné que cette 3e Rencontre régionale à laquelle participent les régions Guelmim-Smara et Souss-Massa-Drâa, doit déboucher sur des propositions pour l'élaboration d'une vision prospective sur l'avenir de la gestion de ces terres collectives- réforme du cadre juridique régissant la gestion des terres collectives- la superficie globale des terres Soulaliates dans la région Souss-Massa-Drâa avoisine 3.123.134 hectares alors que celle de la région Guelmim-Smara est estimée à 1.270.420 hectares- institutionnalisation du droit des femmes de bénéficier des terres collectives- encourager les investissements dans ces terres et d'adopter une approche participative dans la résolution des litiges- lever tous les obstacles au niveau de la conservation foncière-