La Chine et les Etats-Unis face au tourbillon du changement climatique

La Chine et les Etats-Unis face au tourbillon du changement climatique

La Chine et les Etats-Unis ont entamé une nouvelle phase ambitieuse des négociations sur la réduction de leurs émissions de dioxyde de carbone que les observateurs qualifient de développement prometteur en 20 ans de négociations sur la question du changement climatique. Le manque de coordination entre les deux superpuissances, dont les émissions combinées correspondent à environ celles du reste du monde, a miné les cycles précédents des négociations internationales sur le climat, y compris le sommet de Copenhague de 2009. Mais le couple vient d’entamer des discussions détaillées sur les questions sensibles sur leurs objectifs en matière de réduction de CO2 au moment où les leaders mondiaux tentent de sceller un accord mondial sur le climat à Paris l’année prochaine qui reposera sur un accord américano-chinois. Xie Zhenhua, le négociateur en chef chinois en matière de climat, a déclaré au quotidien britannique Financial Times que les pourparlers « terre à terre » entre Pékin et Washington ont ouvert la voie au renforcement des relations entre les deux grands pays. « Nous devons être sûrs que la réunion de Paris ne sera pas un autre Copenhague », a t-il averti. Et d’ajouter que la pollution de l’air qui étouffe les villes chinoises oblige Pékin à construire une économie plus verte, indépendamment de la pression extérieure. Todd Stern, l’émissaire US au climat, a confirmé qu’il y avait un nouveau niveau d’intensité dans les négociations, lancées l’année dernière peu après la nomination de John Kerry – champion du climat- à la tête du département d’Etat américain« Le rythme de nos efforts de coopération accélère et je pense qu’ils sont extrêmement prometteurs » a déclaré M. Stern. Et d’ajouter que la Chine s’est désormais clairement engagée à prendre des mesures importantes. «Leur problème de pollution atmosphérique est extrêmement grave, et je pense qu’ils sont saisis au plus haut niveau par la nécessité de prendre des mesures qui traitent de la pollution de l’air et les changements climatiques en même temps ». Robert Stavins, professeur à l’Université de Harvard, et expert dans les négociations mondiales sur le climat, a affirmé que la mesure dans laquelle les États-Unis et la Chine ont coopéré a marqué un changement significatif.«Il s’agit du développement le plus prometteur depuis le protocole de Kyoto », a-t-il précisé, se référant au traité de 1997 sur le climat. Le seul pacte climatique de l’ONU juridiquement contraignant à être consenti. Mais il est moribond car les États-Unis ne l’ont jamais ratifié et la Chine n’était pas liée par ce pacte. Lord Stern, économiste du climat britannique, a indiqué que l’engagement de l’administration Obama envers l’action climatique et l’appétit chinois pour lutter contre sa pollution signifient qu’il y a beaucoup plus de convergence entre les deux pays que dans le passé. Et d’ajouter qu’« il y a eu un changement remarquable par la qualité de ce qui s’y traite » 

Le 8 mai 2014._SOURCE WEB Par Financial Times /L'observateur 

Tags : La Chine et les Etats-Unis ont entamé une nouvelle phase ambitieuse des négociations sur la réduction de leurs émissions de dioxyde de carbone que les observateurs qualifient de développement prometteur en 20 ans de négociations sur la question du changement climatique- manque de coordination entre les deux superpuissances- sommet de Copenhague de 2009- objectifs en matière de réduction de CO2- Xie Zhenhua, le négociateur en chef chinois en matière de climat- la pollution de l’air qui étouffe les villes chinoises oblige Pékin à construire une économie plus verte- nomination de John Kerry – champion du climat- à la tête du département d’Etat américain- Il s’agit du développement le plus prometteur depuis le protocole de Kyoto », a-t-il précisé, se référant au traité de 1997 sur le climat-Lord Stern, économiste du climat britannique, a indiqué que l’engagement de l’administration Obama envers l’action climatique et l’appétit chinois pour lutter contre sa pollution signifient qu’il y a beaucoup plus de convergence entre les deux pays que dans le passé-