Essaouira La Sqala, une poubelle …

Essaouira  La Sqala, une poubelle …

Samedi 19 Avril, je me suis décidé à ôter ma casquette habituelle pour enfiler celle du touriste. J’ai dû sillonner les ruelles de l’ancienne Médina – classée patrimoine mondial de l’UNESCO – où je me suis arrêté pendant un moment à la Sqala de la Kasbah, et le résultat fut alarmant : des monuments en piètre état d’hygiène, des ordures éparpillées dans tous les sens ainsi que des odeurs nauséabondes.

La Sqala : besoin d’être réhabilitée …

La Sqala, ancien monument témoignant de la grandeur de Mogador d’antan se trouve actuellement dans un état critique, le ministère de la culture ainsi que les visiteurs sont tous responsables de l’état actuel des lieux.

Des ordures jetées n’importe où

C’est décevant de voir un tel monument dans un état aussi délabré, trop d’ordures, des visiteurs irresponsables et aucune mesure n’est mise en place pour le nettoyage des lieux. Après tout, ce n’est pas si mal de laisser son détritus n’importe où …

Les coins des murs ne sont pas des toilettes messieurs, un peu de civilisation …

Heureusement que les photos ne dégagent pas l’odeur nauséabonde de l’urine sur les murs. Ce fut triste de voir des scènes de la sorte, et encore une fois, aucun dispositif de nettoyage des lieux n’est pris … Tant qu’on ne menace pas l’ordre public, on fait ce qu’on veut, ce n’est pas grave …

Des canons anciens et des murs fragiles transformés en bancs …Stand up … du respect pour l’histoire chers visiteurs

Les visiteurs sont totalement inconscients de la richesse historique du lieu. Des canons anciens ayant protégé la ville contre les pirates et les assaillants sont tout simplement abîmés par des comportements irresponsables de la part des visiteurs (marocains et étrangers bien entendu). C’est le résultat de l’absence d’une personne veillant sur les lieux.

Solutions ?

La solution est simple à mon avis, non seulement elle permettra de garder intacte toute une partie de l’histoire de la ville, mais devrait générer par la suite des revenus supplémentaires pour le ministère de la culture. L’approche que je leur propose s’articule autour de 3 points essentiels:

•Puisque les constructions sont dans une bonne condition, il n’est pas question de procéder à une rénovation totale de l’édifice. Cette opération concernera uniquement l’accès à la Sqala dont l’état laisse à désirer …

Ces trous ont besoin d’être supprimés …

•La seconde action est de procéder à l’ouverture des ‘‘chambres’’ fermées à clé, et qui ne sont d’aucune utilité dans leur vocation actuelle ni aux visiteurs, ni au ministère de la culture. Je propose qu’elles soient louées aux artisans qui exposent leur marchandise sous le soleil brûlant. Ceci sera bénéfique aux deux parties : un lieu fixe pour ces artisans et des revenus supplémentaires pour le ministère de tutelle.

Offrez ces lieux fermés aux artisans …

•La troisième solution c’est d’instaurer des droits d’entrées audit monument … Ceci empêchera les personnes indésirables d’y accéder (tant que c’est gratuit, on peut y faire ce qu’on veut : écrire sur des murs par exemple …).

Des écritures insignifiantes sur le mur

A mon avis, ces actions devraient être entreprises dans l’immédiat, des excuses du genre : ‘‘On n’a pas assez d’argent pour effectuer ce genre de travaux ou autres’’ ne servent absolument à rien. Recrutez un gardien chers responsables, qui procédera au maintien du lieu dans un excellent état de propreté. Ayez une vision sur le long terme, cela ne peut que se répercuter positivement sur l’image de la ville. Notre tourisme en a besoin.