Maintien de la paix L'engagement du Maroc "Une volonté permanente"

Maintien de la paix  L'engagement du Maroc  "Une volonté permanente"

Omar Hilale : «L'engagement du Maroc dans le maintien de la paix, une volonté permanente de pérenniser la paix internationale»

L'ambassadeur du Maroc à l'Onu, Omar Hilale, a réaffirmé, mercredi, devant le Conseil de sécurité de l'Onu, que l'engagement du Maroc dans le maintien de la paix, reflète une «volonté permanente» du Royaume de pérenniser la paix internationale.

«L'attachement de mon pays au maintien de la paix est une constante qui ne s'est jamais démentie, et ce depuis son indépendance», a déclaré le représentant permanent du Royaume auprès de l'Onu, lors d'un débat du Conseil de sécurité sur «Les opérations de maintien de la paix des Nations unies : Nouvelles tendances». 

Cet engagement, a-t-il dit, «reflète une volonté permanente de pérenniser le concept de sécurité collective et paix internationale qui sous-tend l'existence de notre Organisation».

Lors de cette réunion initiée par la Russie, qui assure la présidence tournante de l'Organe exécutif pour le mois en cours, Hilale, tout en faisant part de l'«hommage appuyé» du Maroc au personnel et aux forces des missions des opérations de maintien de la paix sur le terrain, a formé le voeu de voir ce débat contribuer à des «réflexions utiles» qui peuvent «résulter en des mesures concrètes pour améliorer et renforcer le maintien de la paix onusienne».

«Dynamiques par nature», les opérations de maintien de la paix ont progressivement évolué, faisant face par conséquent à de «nouveaux défis» lesquels, a-t-il souligné, ont «suscité le lancement de discussions approfondies sur les moyens de renforcer les opérations de maintien de la paix et de les rendre plus efficaces».

C'est dans cet esprit que le Maroc, en tant que grand contributeur de contingents africains, et qui participe depuis plus d'un demi-siècle avec plus de 60.000 personnels dans les opérations de maintien de la paix à travers le monde, souhaite contribuer à la «fixation d'un objectif ambitieux qui puisse rapprocher les réalités sur le terrain» du siège de l'Onu à New York. 

«Cet objectif ne peut être atteint que par le biais du dialogue, de l'interaction et de la réflexion collective», a estimé l'ambassadeur au cours de ce débat en présence du Secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon.

La base du succès de toute opération de maintien de la paix quelle que soit sa portée est liée, a-t-il dit, à des facteurs interdépendants tels que le «réalisme des mandats établis par le Conseil de sécurité, la coopération triangulaire entre le secrétariat (de l'Onu), les pays contributeurs de troupes et l'instance exécutive dans les phases de planification et de mise en oeuvre de ces mandats ainsi qu'à de véritables stratégies de sortie (de crise) accompagnée de mesures assurant un développement durable».

Toutes ces «activités et ces stratégies doivent continuer à obéir aux principes fondamentaux qui régissent le maintien de la paix au sein des Nations unies, notamment le consentement des parties, l'impartialité et le non recours à la force, sauf en cas de légitime défense, le respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale des pays concernés, la non-ingérence dans leurs affaires intérieures ainsi que la prise en compte de la spécificité de chaque situation». 

Afin de doter les opérations de maintien de la paix de toutes les chances possibles de succès, «il est nécessaire, a-t-il insisté, que les mandats établis par le Conseil de Sécurité soient pleinement respectés par toutes les parties concernées et impliquées dans leur mise en oeuvre sur le terrain».

S'agissant de la coopération entre les missions, Hilale a indiqué que «notre conviction de l'utilité grandissante de cette approche nous a incité à organiser, lors de la présidence marocaine du Conseil de sécurité de l'Onu, en décembre 2012, un débat dédié spécialement à cette thématique». 

Un débat, a-t-il rappelé, qui a permis de «mettre en valeur tout le potentiel de cette coopération, d'identifier les difficultés à surmonter» et de relever que cet «outil a beaucoup d'avantages dans le contexte d'optimisation des ressources ainsi que pour combler les lacunes logistiques en cas de crise».

Cependant, a-t-il poursuivi, «il ne doit pas être considéré comme une solution durable aux nombreux problèmes structurels qui entravent l'efficacité du maintien de la paix».

 

12 juin 2014 –
SOURCE WEB Par MAP
Tags : L'ambassadeur du Maroc à l'Onu, Omar Hilale- L'attachement de mon pays au maintien de la paix est une constante qui ne s'est jamais démentie, et ce depuis son indépendance», a déclaré Omar Hilale- nouveaux défis- renforcer les opérations de maintien de la paix et de les rendre plus efficaces- Le Maroc participe depuis plus d'un demi-siècle avec plus de 60.000 personnels dans les opérations de maintien de la paix à travers le monde- Secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon- la présidence marocaine du Conseil de sécurité de l'Onu, en décembre 2012-