Notre choix de nous installer à Tata, Région Guelmim Es Smara, Sud Maroc

Notre choix de nous installer à Tata, Région Guelmim Es Smara, Sud Maroc

Le choix de s’installer loin des aéroports, des grandes villes fut avant tout celui de retrouver les fondements mêmes de la réputation cultuelle et culturelle d’un Maroc dont la réputation d’accueil et de convivialité a largement dépassé ses frontières et que nous retrouvions de moins en moins en milieu citadin.

La recherche du développement et les contraintes de la globalisation font que la modernité exprimée dans les outils touristiques ou culturels offrent un nouveau visage, (nécessaire dans la recherche de l’expression que le Maroc voudrait se donner), ne serait ce que pour répondre aux exigences de l’économie en général d’une part, comme à celles des pourvoyeurs touristiques qui, à coups de statistiques, de définitions et exigences en logistiques finissent par l’imposer à tout un pays d’autre part.

La volonté d’expression des changements pour ce pays, mais aussi les obligations des mises à niveau amènent donc à une transformation éco sociétale obligée qui, pour ma part, a défini des adaptations à des modes et styles de vie qui font que, si le Maroc peut être assimilé à « l’un des plus beaux pays du monde », un dysfonctionnement sociétal fait que marocains ou étrangers ont du mal à se retrouver dans l’image offerte, à celle qui devrait naturellement se dégager:
- c’est en cela que personnellement j’ai fait le pari du petit investisseur d’aller rechercher en famille et en d’autres lieux que ceux citadins, les racines du Maroc que j’aime, permettant d’exprimer les critères plus culturels qu’économiques pour chercher à l’exprimer ainsi au travers d’activités touristiques,

- c’est en cela que mon choix m’amena à rechercher « qualité » plutôt que « quantité », « réalité » plutôt que « reconstitution en miniature d’images (dites d’Epinal) d’une société exprimée » refaçonnée mais non partagée, ni vécue, par les marocains, la société elle-même, comme par les touristes et/ou les invités accueillis.

En cela je ne fait pas une critique radicale des essais de la mise en place d’une économie touristique mais m’interroge sur le fait de vouloir créer celle ci en oubliant de façonner l’image et la réalité de ce que le Maroc a à vendre: que ce soit pour les nationaux et le tourisme interne, comme pour les touristes internationaux :

- l’originalité, l’identité marocaine !

M’installer à Tata et Tissint fut le choix de 38 années de vie au Maroc tout en considérant les transformations souhaitables d’une société mais en ne partageant pas forcément le manque de volonté et/ou de considération dans « la non mise en place de plans directeurs d’aménagements locaux ou territoriaux, comme citadins », apportant ainsi un manque flagrant d’orientation dans l’image que ce Maroc, pour ma part aurait du se donner.

Vivre dans ces régions reculées s’est aussi vouloir vivre autrement, en souhaitant offrir, non pas la nostalgie d’une époque « révolue », mais offrir un échange réel entre le touriste qui sera venu rencontrer l’autre, dans son espace, dans sa réalité, pour la richesse d’une volonté d’échange, de rencontre, d’un regard, d’un sourire et cela hors tout calcul commercial ou de rentabilité, pour le plaisir de voir que ce monde peut encore « épater » les plus nantis ! mais aussi pour considérer que ce changement peut aussi s’opérer autrement !

Avec notre chambre d’hôtes Dar Infiane, maison de charme, maison réhabilitée démontrant les définitions d’une vie oasienne, et qualité d’un habitat rural,

-avec notre Campement d’Akka Nait Sidi, bivouac établit au milieu de nulle part, où l’on peut entendre le silence ! et que Charles de Foucauld qualifia de « Paradis sur terre » !

-avec la Maison Akka Nait Sidi, Chez Lahcen, chambres d’hôtes avec laquelle on aura voulu définir des espaces à la fois modernes et traditionnels par la composantes des matériaux locaux qui la caractérise, nous n’avions pour ambition que de partager avec vous notre croyance en ces gens, en ces espaces et ces lieux d’histoire et de partage, hors du temps et des rabâchages dans une réalité sereine qu’il fait bon vivre et retrouver : où l’on peut pour un moment de vraies détentes et vacances, se remettre à rêver !

Sans ambition notre principal désir pour moi-même, Francine mon épouse, Simone pour le commercial, passionnée pour nos région de Guelmim Es Smara, Latifa comme Mohamed avec leurs équipes sera, avant toute chose, de partager cela avec vous en vous faisant découvrir, avec le sourire, cette autre réalité !

Patrick SIMON

Opérateur économique touristique

Région Guelmim Es Smara

Tags : racines du Maroc- Tata- Tissint - notre Maison d’hôtes Dar Infiane- chambre d’hôtes Dar Infiane- maison de charme- maison réhabilitée-Douar Indfiane- Campement d’Akka Nait Sidi- Bivouac Akka Nait Sidi- Maison Akka Nait Sidi, Chez Lahcen- chambres d’hôtes Akka Nait Sidi, Chez Lahcen- Charles de Foucauld-Dar Infiane et Latifa- Campement Akka nait Sidi et Mohamed-