MAMI BOUCIF, PRÉSIDENT DU CONSEIL DE LA RÉGION OUED EDDAHAB LAGOUIRA L’AVENIR EST AU SUD

MAMI BOUCIF, PRÉSIDENT DU CONSEIL DE LA RÉGION OUED EDDAHAB LAGOUIRA    L’AVENIR EST AU SUD

Depuis que la région a réintégré le giron de la patrie, l’Etat n’a ménagé aucun effort pour en faire l’une des plus belles destinations touristiques dotée d’infrastructures portuaires, routes, aéroport, connexions téléphoniques et internet, aménagement d’espaces de loisirs, etc. En fait, tout est mis en place pour garantir au visiteur le maximum de confort.

Mami Boucif, président du Conseil de la Région Oued Eddahab Lagouira, a bien voulu  nous donner des précisions en répondant à nos questions.

Depuis son retour à la mère patrie, la région d’Oued Eddahab Lagouira, notamment sa métropole Dakhla, a connu de nombreuses réalisations nées de la volonté des autorités d’en faire d une destination touristique exemplaire. Pouvez-vous nous faire un bilan d’étape?

Naturellement, Dakhla est, aujourd’hui, une destination particulièrement convoitée du fait du potentiel dont elle dispose dans le domaine touristique. Mais aussi du fait des efforts déployés par les autorités pour assurer  un climat favorable au développement du tourisme, en général, et les sports nautiques, en particulier, tel que le wind, le keat et le jet ski. Ce qui en fait une destination très prisée au même titre que les destinations classiques des adeptes de ces sports que sont Hawaï et le sud de l’Espagne, par exemple. Ce succès est le fruit des efforts déployés par  l’Etat, mais aussi et surtout du fait du climat de stabilité et de paix qui caractérise la région et qui est essentiel  pour tout développement. Toutefois étant donné les mesures que nous ne cessons de prendre pour encourager ce genre de sports, nous sommes certains du succès progressif de la destination Dakhla et de son  rôle grandissant dans le développement du tourisme, à caractère écologique, notamment.

 Comment se décline votre stratégie de développement pour attirer de plus en plus d’investisseurs dans le domaine touristique?

Notre institution s’active dans plusieurs domaines destinés à encourager divers types d’investissements dont, particulièrement,  celui de construire et de garantir le maximum  d’infrastructures d’équipement possibles. A titre d’exemple, la ville de Dakhla dispose, aujourd’hui, d’un aéroport moderne pouvant accueillir plus de 300.000 passagers par an, de même que la région compte plusieurs ports, une gare routière moderne et un important réseau routier. Toujours dans le cadre du développement du tourisme, le conseil de la région a signé plusieurs conventions avec certains de nos partenaires, au titre desquelles une ligne assurant un vol régulier quotidien et à des tarifs compétitifs entre Dakhla, Casa et Agadir et deux vols hebdomadaires Dakhla – Las Palmas qui est considérée comme une plaque tournante du tourisme mondial, et ce, afin d’encourager les visiteurs à se rendre à Dakhla. Il y a également la mise à disposition des investisseurs éventuels  d’un portefeuille foncier et des incitations fiscales.

Il est évident que les festivals sont l’un des meilleurs moyens  d’animer la région et de mettre son potentiel en valeur. N’envisagez-vous pas la multiplication des festivals ?

Les festivals ont plusieurs rôles dont le plus important est de faire découvrir le potentiel de la région et sa mise en valeur. En réalité, le conseil de la région avait œuvré, en collaboration avec plusieurs partenaires pour la mise sur pied d’un grand festival qui avait permis de faire découvrir la région et de mettre en valeur toutes ses potentialités culturelles et touristiques.  Il s’agit du festival «Mer et Désert», grâce auquel on a réussi à drainer de nombreux visiteurs. Le festival est l’occasion pour plusieurs troupes musicales locales de se faire connaître. Malheureusement, il avait été suspendu pour des raisons indépendantes de notre volonté. Mais cette suspension était momentanée et le festival sera reconduit pour jouer le rôle pour lequel il avait été initié. La région abrite plusieurs autres manifestations culturelles et économiques dont la plus proche est le festival international cinématographique prévu du 7 au 13 novembre courant.

La communication est le meilleur moyen de développer le tourisme. Dakhla dispose de plusieurs ports. Ne pensez-vous pas qu’une liaison maritime avec les Iles Canaries  encouragerait plus de visiteurs à y venir?

Il est évident qu’une ligne maritime serait un plus pour le développement commercial et touristique avec les voisins. D’ailleurs, il y a toujours eu, au moins, une ligne entre les Iles Canaries et Dakhla qui permettait toutes sortes d’importations de marchandises qui étaient distribuées, aussi bien au sud qu’au nord. Ces lignes ont été suspendues du fait du développement du réseau routier qui assure le transport des marchandises dans les deux sens et à des prix plus compétitifs.

Il y a eu, dernièrement, une ligne qui a fonctionné pendant un certain temps avant d’être suspendue. J’ignore les raisons de cet arrêt. Mais la création prochaine d’une zone franche pour l’export justifiera nécessairement l’ouverture d’une ligne, sachant que Dakhla recèle d’importantes ressources halieutiques, leur exportation impliquera logiquement et impérativement l’ouverture de cette ligne.

10 novembre, 2014 at 16:25

SOURCE WEB Pat Tourisme et Gastronomie

Tags : Mami Boucif, président du Conseil de la Région Oued Eddahab Lagouira- la région d’Oued Eddahab Lagouira, notamment sa métropole Dakhla- climat favorable au développement du tourisme, en général, et les sports nautiques, en particulier, tel que le wind, le keat et le jet ski- stratégie de développement pour attirer de plus en plus d’investisseurs dans le domaine touristique- lignes aériennes assurant un vol régulier quotidien et à des tarifs compétitifs entre Dakhla, Casa et Agadir et deux vols hebdomadaires Dakhla Las Palmas- mise à disposition des investisseurs éventuels  d’un portefeuille foncier et des incitations fiscales- Dakhla recèle d’importantes ressources halieutiques-