CNT CORPS UNI POUR CAUSE UNIQUE

CNT  CORPS UNI POUR CAUSE UNIQUE

Quoique l’on en dise, les 11èmes Assises du Tourisme ont eu le mérite de susciter une prise de conscience chez les professionnels et qui, succès ou pas, ont été co-organisées par le ministère du Tourisme et la CNT.

On se rappelle la sortie médiatique de Lahcen Haddad, au lendemain des Assises, et qui avait fini par mettre le feu aux poudres. En déclarant que la CNT était en mal de leadership, le ministre visait, vraisemblablement, l’ANIT qui, tout en siégeant à la confédération, se permet des sorties, qui parfois dérangent. Une sorte de pouvoir dans le pouvoir, selon un membre de la CNT, et qui peut en dire long sur les intentions animant certains des membres de l’ANIT. Un dérapage que la CNT voit d’un mauvais œil car nuisant aux relations du ministère avec le corps professionnel. La conférence de presse organisée par l’ANIT, à la veille des assises, et à laquelle assistait le président de la CNT parmi l’assistance, en dit long sur le regard -qualifié de réducteur par certains-, porté par les membres de l’ANIT à l’égard de la CNT.

Or, avant la tenue des Assises, la CNT, y compris l’ANIT, avait été reçue par Abdelilah Benkirane, en présence de plusieurs ministres intervenant directement ou indirectement dans le secteur touristique. Tout avait été dit et déballé alors, pour que l’ANIT monte ensuite au créneau. Comportement que les professionnels n’arrivaient pas à s’expliquer.

D’ailleurs, on raconte que les deux réunions de la CNT à Casablanca et à Marrakech ont abordé le problème pour en statuer prochainement. Mieux, la CNT serait sur le point d’étudier la création d’une cellule de communication habilitée à devenir son porte-voix par lequel toute information et déclaration seraient transitées. L’objectif consiste, entre autres, à mettre un frein aux déclarations délibérées adossées, malgré elle, à la confédération.

Les professionnels voient en cette attitude soudaine émanant de certains membres de l’ANIT une quête du Graal permettant à celle-ci de s’octroyer le droit de puissance, pour ne pas dire de contrôle, sur les structures de la CNT.

Consciente plus que jamais de son rôle moteur et corporatif, la CNT entend remettre les pendules à l’heure en procédant à une mise à jour parcimonieuse de son fonctionnement avec, bien sûr, attache déterminée à ses fondements premiers: un corps uni pour une cause unique dans le développement du tourisme marocain.

Ainsi, lors de la dernière réunion tenue à Marrakech, le bureau de la CNT a procédé à la mise en place d’une commission, où siègent les 5 fédérations: FNIH, FNAVM, ANIT, FNTT, et ALASCAM, représentées chacune par son président en plus d’un expert. La commission serait donc compsée de 10 membres en plus de la présidence qui a été confiée à Fouad Chraibi. Ce dernier  aurait déjà envoyé une correspondance aux présidents des Fédérations, les invitant a se réunir le Mardi 11 novembre avec comme ordre du jour, la proposition d’un candidat sur lequel les différentes parties devraient se mettre d’accord. Une sorte de consensus qui cautionne un président à même d’assurer l’équilibre. Une première lecture du courrier envoyé par le président de la commission, laisse entrevoir le projet de quête d’un nouveau président.

Pour ce qui est de la réélection  de l‘actuel président Ali Ghannam, ce dernier aurait affirmé, lors de la réunion de la CNT à Marrakech, son intention de ne pas se porter candidat pour un second mandat, au cas où les membres de la confédération se seraient mis d’accord pour la présentation d’un candidat unique, dans une démarche de consensus. Consensus qui plaide en faveur de l’esprit démocratique des membres de la CNT.

C’est pour dire, finalement, que la période post Assises a eu le mérite d’éclairer la voie à la CNT, de traiter les questions du secteur avec plus de clairvoyance et de détermination. Elle lui a surtout permis de prendre conscience des véritables enjeux de son existence et de son fonctionnement. A la bonne heure, il était temps. Rendez-vous est donc pris pour le 23 décembre prochain pour l’élection du nouveau Bureau et pour une nouvelle feuille de route qu’on dit plus prometteuse.

Oui, le corps professionnel a hâte de voir la CNT se doter de tous les moyens efficients, à même de parfaire sa mission corporative. A commencer par le volet communication qui devrait être davantage renforcé par les outils qu’il faudrait et les moyens humains indispensables, susceptibles de hisser son rendu, à l’image des fédérations professionnelles étrangères pesant de tout leur poids dans les grandes décisions du secteur.

11 Novembre 2014

SOURCE WEB Par Tourisme et Gastronomie

Tags : On se rappelle la sortie médiatique de Lahcen Haddad, au lendemain des Assises, et qui avait fini par mettre le feu aux poudres. En déclarant que la CNT était en mal de leadership, le ministre visait, vraisemblablement, l’ANIT qui, tout en siégeant à la confédération, se permet des sorties, qui parfois dérangent- avant la tenue des Assises, la CNT, y compris l’ANIT, avait été reçue par Abdelilah Benkirane- la CNT serait sur le point d’étudier la création d’une cellule de communication habilitée à devenir son porte-voix- Les professionnels voient en cette attitude soudaine émanant de certains membres de l’ANIT une quête du Graal- la CNT entend remettre les pendules à l’heure- développement du tourisme marocain- la période post Assises a eu le mérite d’éclairer la voie à la CNT, de traiter les questions du secteur avec plus de clairvoyance et de détermination- Rendez-vous est donc pris pour le 23 décembre prochain pour l’élection du nouveau Bureau et pour une nouvelle feuille de route-