Journée mondiale de l'enfance

Journée mondiale de l'enfance

Pour un monde digne à ses enfants Publié le : 19.11.2011 | 23h07 Célébration de la journée mondiale de l'enfance, une occasion pour les organismes, qui œuvrent dans le domaine de la protection des enfants, de faire le bilan de leurs actions. Le Maroc célèbre, à l'instar des autres pays du monde, le 20 novembre, le 22e anniversaire de la Journée mondiale de l'enfance qui a pour but de faire valoir la convention internationale des droits de l'enfant de 1989, ratifiée et adoptée par 192 pays afin de mettre leurs législations en conformité avec ce texte. Depuis la ratification de la Convention des droits de l'enfant en Juin 1999, le Maroc a accordé un intérêt particulier et stratégique à la question de l'enfance et sa protection. Cet intérêt marqué par l'engagement continu de la plus haute autorité du Royaume, du gouvernement et des composantes de la société civile, a suscité une dynamique qui vise l'amélioration de la situation et la garantie des droits élémentaires pour tous les enfants, particulièrement ceux qui vivent dans des situations difficiles et précaires. Dans cette optique, le but affiché est d'impliquer les enfants et les jeunes dans le processus d'élaboration du Plan d'action national pour l'enfant (Pane) qui doit être intégré dans le processus de démocratisation et de modernisation du Maroc. Le Plan d'action national pour l'enfant Le PANE traduit les engagements du Maroc à l'issue de la 27e session extraordinaire des Nations unies en mai 2002 à New York et le plan d'action «pour un monde digne de ses enfants». Son élaboration est le fruit d'une large concertation entre les secteurs gouvernementaux concernés et la société civile avec la participation des enfants. Dans une déclaration à la MAP, le directeur exécutif de l'Observatoire national des droits de l'enfant (ONDE), Saïd Raji, a souligné que «l'élaboration a débuté à partir de 2004 et deux ans de travail ont été nécessaires par souci que ce plan émane de la réalité tout en ayant des références assez solides» Il a ajouté que l'ONDE développe une approche participative pour impliquer tous les acteurs et toutes les forces agissantes dans le domaine de l'enfance comme les représentants de la société civile, les instances internationales et les enfants eux mêmes. La coordination du suivi et de l'évaluation par le Ministère du développement social, de la famille et de solidarité (MDSFS), a donné lieu à une évaluation d'abord en 2010, qui a permis de réviser les indicateurs et à une évaluation à mi-parcours pour la période 2006-2010, présentée le 25 mai 2011 au 13e congrès national des droits de l'enfant ainsi que les défis pour la deuxième phase 2011-2015. Selon Raji, la 13e édition du congrès national de l'enfant à Marrakech qui a eu pour thème «Nouvelle approche des programmes et services : pour une meilleure protection de l'enfant» a été l'occasion pour mettre en valeur la protection des enfants qui connaît quelques d difficultés de mise en œuvre due à la complexité de ce volet. La protection et les difficultés de son application Le PANE prévoit la mise en place de mécanismes de protection de l'enfant contre toutes les formes de violence, la création d'unité de protection, l'interdiction du travail des enfants de moins de 15 ans et leur insertion scolaire, l'amélioration des conditions de travail des enfants âgés de 15 à 18 ans, ainsi qu'une prise en charge des enfants délaissés, et notamment la réinsertion sociale des enfants de la rue. Pour Mme Tazi, directrice du centre de l'Association marocaine d'aide aux enfants en situation précaire (AMESIP) à Youssoufia, le travail de protection doit se faire sur le terrain. «L'AMESIP prend en charge les enfants de la rue et mène une enquête à travers ses éducateurs qui se déplacent aux lieux de résidence des enfants pour rencontrer leurs parents afin d'élaborer un diagnostic de la situation pour connaître au mieux les besoins de l'enfant et intervenir efficacement en sa faveur que ce soit sur le plan juridique ou sur le plan éducationnel et de l'enseignement», a souligné Mme Tazi. L'AMESIP, comme beaucoup d'autres associations actives de la société civile, prend en charge la scolarité des enfants jusqu'au baccalauréat et aide ceux qui n'ont pas été scolarisés à s'intégrer dès l'âge de 17 ans dans le marché du travail en les aidant à apprendre un métier. La mise en œuvre du plan d'action national dans son volet protection connaît certaines difficultés, malgré les acquis réalisés, dues à la complexité de la question et l'émergence de nouveaux fléaux, tels que la problématique de la drogue, la délinquance, la violence et l'échec scolaire qui exposent les enfants à diverses formes d'exploitation, de violence, de mauvais traitement et d'abus. Concernant les réalisations accomplies par le Maroc, Raji, s'est félicité des réalisations accomplies en comparaison avec d'autres pays, socialement et économiquement similaires au Maroc. Le Royaume s'est attaqué à un certain nombre de tabous parallèlement aux efforts consentis pour la sensibilisation des citoyens à la nécessité de protéger les enfants en général et particulièrement les plus vulnérables d'entre eux, a-t-il estimé. SOURCE WEB Par MAP