Le PJD s'attaque à la darija

Le PJD s'attaque à la darija

Le PJD s'est soulevé, dans un communiqué publié le 22 février, contre ce qu'il appelle "la dialectisation de l'enseignement".
Le parti a appelé à garder le système éducatif "au dessus des considérations catégorielles, des surenchères politiques et des intérêts élitistes".

 Là où se précisent les craintes du parti, c'est lorsqu'il appelle à conserver l'arabe comme "langue de l'enseignement à tous les niveaux, et développer la langue amazighe pour qu'elle ait sa place dans le système éducatif, considérant cela comme une nécessité nationale et une exigence constitutionnelle, (...) en refusant les différentes invitations à darijiser l'éducation".
La sortie du PJD coïncide avec la finalisation du rapport du Conseil supérieur de l'éducation, qui comporte, parmi les recommandations adressées au Roi, l'adoption de la langue maternelle --darija ou amazigh, selon les cas-- comme langue d'enseignement du préscolaire.
Une recommandation qui a suscité l'ire du chef du gouvernement, qui a déclaré que "l'intégration de la darija dans les manuels scolaires est une ligne rouge à ne pas franchir", et que "n'importe quelle tentative d’insérer cette proposition dans le rapport qui va être soumis au Roi" doit être contrée.
Dans la pratique, nul besoin de recommandation du CSE pour franchir ce pas: l'enseignement du préscolaire se fait, en effet, en darija ou en amazighe, pour la simple raison que les enfants ayant tout juste intégré le système éducatif sont bien incapables de disserter en arabe classique. La volonté du CSE d'officialiser une 'réalité du terrain' est bien louable. L'idéologisation de la question parle PJD relève, en revanche, d'une volonté de se voiler la face.
Le Maroc est-il condamné à rester l’un des rares pays au monde où l’enseignement se fait dans une langue qui n’est pas la langue maternelle de l’enfant? Et où la langue maternelle et langue nationale est considérée, par ses propres ressortissants, par une partie de ses intellectuels et hommes politiques, comme une sous-langue?
25 Février 2015
SOURCE WEB Par Medis24

Tags : dialectisation de l'enseignement- conserver l'arabe comme langue de l'enseignement à tous les niveaux- développer la langue amazighe pour qu'elle ait sa place dans le système éducatif- refuser les différentes invitations à darijiser l'éducation-finalisation du rapport du Conseil supérieur de l'éducation, qui comporte, parmi les recommandations adressées au Roi, l'adoption de la langue maternelle --darija ou amazigh, selon les cas-- comme langue d'enseignement du préscolaire- La volonté du CSE d'officialiser une 'réalité du terrain' est bien louable- la langue maternelle et langue nationale est considérée, par ses propres ressortissants, par une partie de ses intellectuels et hommes politiques, comme une sous langue-