Présidence de l'UE Janvier 2012 Copenhague prend les rênes

Présidence de l'UE    Janvier 2012 Copenhague prend les rênes

Publié le : 02.01.2012 | 06h20 «Le Danemark restera un figurant dans le jeu de pouvoir au sommet de la crise de l'euro». Le Danemark a pris le dimanche la présidence tournante du Conseil de l'Union européenne, avec pour ambition de conserver l'unité des 27, à un moment où l'Europe traverse une période difficile avec la crise de la zone euro. Copenhague veut privilégier la concertation à 27 pour résoudre la crise de la zone euro, et éviter les dissensions entre les 17 pays qui ont adopté la monnaie unique et les dix autres membres de l'Union. Défis géants pour un petit Etat Le Danemark, qui ne fait pas partie de la zone euro, s'efforcera «d'être un pont entre les 17 et les 27», a affirmé le Premier ministre danois Helle Thorning-Schmidt. «Plus que jamais, nous avons besoin de travailler ensemble au sein de l'Union européenne. Au cours de la présidence, la tâche du Danemark est de renforcer l'Union européenne dans une période difficile», a-t-elle indiqué. «Œuvrer de concert pour tenter de sortir de la crise économique et travailler ensemble» de manière déterminée à stimuler la croissance et la création de l'emploi, sont parmi les priorités de la présidence danoise, qui entend ainsi promouvoir une économie européenne «responsable» et «dynamique». Tous les Etats membres de l'Union européenne doivent s'employer à redresser leurs finances publiques et à entreprendre les réformes nécessaires. C'est à cette condition que les économies européennes retrouveront la confiance des marchés, sortiront de la crise et retrouveront le chemin de la croissance, estime la présidence danoise. Lors du dernier sommet européen du 9 décembre, d'importantes décisions pour le renforcement de la discipline budgétaire ont été prises dans le but de stabiliser l'économie. La présidence danoise va se focaliser sur la mise en œuvre de ces nouvelles règles bénéfiques aux finances publiques, à la croissance et à l'emploi en Europe. Elle travaillera également à renforcer la surveillance et la régulation du secteur financier pour prévenir de nouvelles crises à l'avenir. Copenhague tâchera aussi d'ouvrir de nouvelles opportunités commerciales pour les entreprises européennes, tant dans le cadre de l'OMC que par la négociation d'accords bilatéraux avec le Japon, le Canada, l'Inde et la Tunisie. Le programme danois porte également sur une meilleure intégration du marché unique, qui doit passer par le développement des infrastructures de transport européennes et la création d'un marché unique digital. Relancer la croissance Le Danemark veut également promouvoir une croissance verte et durable, avec l'objectif de créer la croissance sans dépenser ni d'énergie ni de ressources naturelles supplémentaires. Il mettra en œuvre une politique énergétique européenne ambitieuse à l'horizon 2050, en améliorant l'efficacité énergétique et en faisant plus largement appel aux énergies renouvelables. Enfin, la présidence danoise s'attachera à faire progresser des initiatives pour une «Europe plus sûre». Elle œuvrera à combattre plus efficacement la criminalité internationale et le terrorisme, et favorisera un véritable système d'asile européen commun et un renforcement de la coopération Schengen pour une meilleure gestion des contrôles aux frontières extérieures de l'Union. La présidence soutiendra aussi le renforcement de la politique étrangère et d'aide au développement de l'UE. «En œuvrant pour une Europe responsable, dynamique, verte et sûre, c'est une Union économiquement, socialement et environnementalement pérenne que la présidence appelle de ses vœux». C'est la septième fois que le Danemark, petit pays de 5,6 millions d'habitants, prend la présidence de l'Union européenne. Il succède à la Pologne pour six mois et précède le Chypre, qui prendra le relais à partir du 1er juillet 2012. SOURCE WEB Par MAP