Une vision stratégique pour le sauvetage de l’école

Une vision stratégique pour le sauvetage de l’école

Une loi-cadre pour décliner les politiques publiques
Equité et égalité des chances: les mots d’ordre
Objectif, élever la qualité du système éducatif

LE chantier est titanesque et Omar Azziman s’y prépare méthodiquement pour le mener à bon port. Pour cela, il veut une mobilisation générale pour placer l’école marocaine au cœur des préoccupations de toute la société. Une vision stratégique élaborée de manière participative, adoptée par le Conseil supérieur de l’enseignement et validée par le Souverain. D’ailleurs, il n’est pas exclu que le discours du Trône de cette semaine aborde ce chantier décisif pour le Maroc de demain. En tout cas, le discours royal du 20 août 2013 avait établi un premier état des lieux des difficultés que connaît le secteur de l’éducation nationale dans son ensemble. Il avait également invité les acteurs à marquer une «halte» et à procéder à «un examen de conscience» sur la question de l’école. C’est ce qu’a entrepris le président du Conseil supérieur, en commençant par engager une évaluation de la Charte d’éducation et de formation de 2000 à 2013. Ce travail, mené par l’Instance nationale d’évaluation dirigée par Rahma Bourquia, a abouti au diagnostic d’un échec. Outre que le secteur est budgétivore, les dysfonctionnements constatés sont multiples comme la mauvaise gouvernance, le déficit linguistique des élèves.

Certes, la Charte d’éducation et de formation avait réalisé des acquis, mais elle devait notamment  relever le défi de la professionnalisation et de l’employabilité, affronter le risque numérique et accompagner la mutation du métier d’enseignant. Après ce travail d’audit, est venue l’étape de la construction, laborieuse, d’une vision stratégique, avec un mode d’emploi et un calendrier de mise en œuvre pour réussir l’école marocaine. En effet, cette vision sera déclinée dans une loi-cadre qui devra constituer un contrat national engageant l’ensemble des intervenants dans la mise en œuvre et le suivi régulier de son parcours et de ses réalisations. Elle permettra aussi au gouvernement de se l’approprier et de la traduire en politiques publiques. Au niveau du calendrier, le Conseil a opté pour une période de 15 ans. D’ailleurs, Omar Azziman considère que «cette période est suffisante pour obtenir des résultats significatifs, faire des évaluations fiables et améliorer durablement la qualité de l’école». Selon un document du Conseil, il s’agit d’asseoir une «école nouvelle, portée par trois grands fondements: l’équité et l’égalité des chances, la qualité pour tous et la promotion de l’individu et la société». En outre, 2015-2030 sera proclamée «une période de mobilisation nationale pour le renouveau de l’école marocaine». De ce fait, elle devrait, en tant que priorité nationale, bénéficier de l’intérêt et du soutien de toutes les parties prenantes.

2015-2030 sera proclamée «une période de mobilisation nationale pour le renouveau de l’école marocaine».

De ce fait, elle devrait, en tant que priorité nationale, bénéficier de l’intérêt et du soutien de toutes les parties prenantes

Selon cette vision, les objectifs du changement visent le passage de «la logique de la transmission linéaire du savoir et de la mémorisation à une logique de l’apprentissage, du développement du sens de la critique, de la construction du projet personnel, de l’acquisition des langues, des connaissances et des compétences, des valeurs et des technologies numériques», selon un document du Conseil. La finalité de ce travail est d’élever la qualité, selon un référentiel national à construire, pour aboutir à une école attractive, utile et à même de remplir pleinement les missions définies dans cette vision stratégique. Ainsi, le Conseil propose un ensemble de mesures de changement qui concernent les acteurs pédagogiques dans leur diversité, les programmes et les formations, la gouvernance du système éducatif et l’amélioration du niveau de la recherche scientifique et technique et de l’innovation. C’est le cas de la rénovation des métiers de l’enseignement, de la formation et de la gestion. C’est un préalable pour l’amélioration de la qualité. Le Conseil recommande aussi d’introduire des changements structurels sur l’organisation actuelle des étapes et cycles de l’enseignement pour instituer des parcours plus cohérents. Ainsi, il s’agira d’intégrer le préscolaire au primaire en lui rattachant également l’enseignement collégial. L’objectif est de créer un enseignement obligatoire cohérent et complet.

Les langues de la discorde

L’autre pavé de la vision porte sur une bonne maîtrise des langues. Ainsi, le Conseil considère que les langues représentent un levier principal de la qualité de l’éducation et de la formation. Cependant, le statut de chaque langue présente à l’école doit être déterminé clairement. Le Conseil recommande une nouvelle architecture linguistique, fondée sur le plurilinguisme et l’alternance des langues. Il s’agira de faire bénéficier équitablement les apprenants de trois langues dans l’enseignement préscolaire et primaire. Il s’agit de l’arabe comme langue principale, l’amazigh comme langue de communication et le français comme langue d’ouverture. L’anglais sera introduit en première année du collège et en quatrième année du primaire à l’horizon 2025. Une troisième langue étrangère sera introduite en première année du lycée comme l’espagnol notamment. Le Conseil insiste sur la diversification des langues d’enseignement en introduisant progressivement l’alternance linguistique en les pratiquant dans l’enseignement de certains contenus ou modules. C’est ainsi que le français pourra être partiellement langue d’enseignement au lycée à court terme et au collège à moyen terme. L’anglais pourra aussi le devenir au lycée à moyen terme.

Le 27 Juillet 2015

SOURCE WEB Par  L’économiste

Tags : Omar Azziman- une mobilisation générale pour placer l’école marocaine au cœur des préoccupations de toute la société- Une vision stratégique élaborée de manière participative, adoptée par le Conseil supérieur de l’enseignement et validée par le Souverain- la Charte d’éducation et de formation- le défi de la professionnalisation et de l’employabilité– vision sera déclinée dans une loi cadre qui devra constituer un contrat national engageant l’ensemble des intervenants dans la mise en œuvre et le suivi régulier de son parcours et de ses réalisations-2015 2030 sera proclamée une période de mobilisation nationale pour le renouveau de l’école marocaine-le Conseil propose un ensemble de mesures de changement qui concernent les acteurs pédagogiques dans leur diversité, les programmes et les formations, la gouvernance du système éducatif et l’amélioration du niveau de la recherche scientifique et technique et de l’innovation- le Conseil considère que les langues représentent un levier principal de la qualité de l’éducation et de la formation- Le Conseil insiste sur la diversification des langues d’enseignement en introduisant progressivement l’alternance linguistique-