Un océanoparc en projet à Tan Tan

Un océanoparc en projet à Tan Tan

Estimé à 200 millions de DH, il s’étalera sur 50 ha Valorisation des produits de la mer, aquaculture, énergies renouvelables marines Le projet devrait être opérationnel dans 2 ans L’océanoparc s’étendra sur une superficie initiale de 52 hectares à 10 km au sud du port de Tan Tan et 30 km de l’aéroport de Tan Tan/ Hormis l’aspect technique destiné à valoriser les ressources marines, ce projet comprend également une aire résidentielle qui s’étale sur 20 ha Les premiers contours de l’océanopole de Tan Tan commencent à se profiler. Il s’agit de l’implantation d’un océanoparc, un projet d’envergure qui réunira tous les professionnels de la pêche de la région (cf. www.leconomiste.com). Cet investissement qui avoisine les 200 millions de DH s’étendra sur une superficie de 52 hectares à 10 km au sud du port de Tan Tan et 30 km de l’aéroport de la ville. L’objectif de l’océanoparc est de permettre une valorisation des produits de la mer, ainsi qu’offrir des conditions favorables à l’accueil de compétences dans un cadre respectueux de l’environnement. Ce sera donc une plateforme technologique et éducative dédiée à la mise en valeur des ressources marines adossée à une infrastructure d’accueil attractive. Cette dernière sera en effet dotée de composantes résidentielles et ludiques étendues sur une zone d’activité éco-industrielle de 50 hectares supplémentaires, spécialisée dans les énergies renouvelables marines En termes d’organisation spatiale, la plateforme technologique et éducative abritera sur une superficie de près de 20 hectares, trois ensembles. Il s’agit tout d’abord d’une composante dédiée à l’aquaculture et mise en valeur des ressources marines. Elle sera dotée d’une écloserie versatile, de viviers géniteurs, d’une nourricière, de bassins de grossissement, d’étangs de polyculture, d’un atelier de valorisation ainsi que d’un laboratoire bio sécurisé, d’installations techniques et d’ingénierie, précisent les promoteurs du projet. La plateforme technologique sera aussi composée d’un ensemble «technologies vertes» pour le volet biotechnologies et énergies renouvelables marines. Il comprendra une structure de captage technologique et d’incubation avec algo-thèque et photo bio réacteur de micro algues, bassins de concentration et de culture extensive. Sans oublier un centre de développement technique éco-industriel. La troisième composante concerne enfin le capital humain. Ainsi pour le volet éducation thématique et formation spécialisée, une structure éducative et de formation professionnelle est au programme au sein d’un campus avec une école internationale et un centre de conférence polyvalent entre autres. Pour le volet résidentiel, le projet prévoit la construction de villas individuelles de plain pied et de résidences semi collectives à faible élévation. Ciblant aussi bien la clientèle nationale qu’internationale, cet ensemble résidentiel sera aménagé dans un souci de respect de l’environnement en terme de matériaux et normes de construction, est-il indiqué. Il sera commercialisé en tant que vecteur de financement complémentaire du parc éco-industriel. Cluster Créé en janvier 2010, l’Océanopôle Tan-Tan regroupe 29 acteurs du secteur de la mer ainsi que l’université Ibn Zohr d’Agadir. C’est en fait un cluster labellisé qui bénéficie d’un contrat-programme avec l’Etat. Il opère dans les domaines de l’exploitation et la valorisation des ressources halieutiques et biologiques marines, l’ingénierie, maintenance, logistique et services dans les domaines naval et portuaire, les technologies marines et l’exploitation des ressources énergétiques marines. Pour rappel, l’Océanopôle de Tan Tan a conclu une convention de partenariat avec les pôles français «Mer Bretagne» (ouest) et «Mer Province Alpes-Côte d’Azur» (PACA, Sud) en septembre dernier. SOURCE WEB Par Malika ALAMI