Vente aux enchères Cornette de Saint Cyr invite l’art marocain

Vente aux enchères Cornette de Saint Cyr invite l’art marocain

Vente exceptionnelle mettant en avant la création contemporaine marocaine le 27 octobre
Exposition des œuvres du 22 au 27 octobre à l’hôtel des ventes de l’Avenue Hoche
Œuvre sans titre de Jilali Gharbaoui faisant partie des tableaux qui passeront sous le marteau de la maison de vente aux enchères Cornette de Saint Cyr le 27 octobre à Paris

La création contemporaine marocaine est à nouveau à l’honneur dans la ville lumière avec une vente aux enchères exceptionnelle organisée par la maison parisienne Cornette de Saint Cyr en partenariat avec La Marocaine des arts. Les deux entités n’en sont pas à leur première collaboration, la dernière vente du 17 mai de la maison marocaine ayant eu lieu en présence de Maître Arnaud Cornette de Saint Cyr, commissaire priseur et co-directeur de la maison de ventes aux enchères éponyme. Cet événement arrive un an après l’inauguration de l’hôtel des ventes de l’avenue Hoche et fait écho aux évènements phares qui ont eu lieu à Paris l’automne dernier. Parmi ces derniers, l’exposition «Le Maroc Contemporain» présentée à l’Institut du monde arabe (IMA), «Le Maroc médiéval, un empire de l’Afrique à l’Espagne» qui s’est tenue au Louvre, et le 9e festival organisé par l’Institut des cultures de l’islam, qui avait pour thème le «Maroc, arts d’identité». Cette vente inédite mettra en avant la création contemporaine marocaine à travers des tableaux de grands noms tels que Jilali Gharbaoui, Miloud Labied, Farid Belkahia, Saad Ben Cheffaj ou encore Fouad Bellamine et Ahmed Drissi. Quant à la création féminine, elle sera représentée par la maîtresse de l’art naïf, Chaïbia. Cornette de Saint Cyr souhaite également mettre en relief les liens qui ont toujours existé entre les artistes marocains et leurs homologues internationaux. «Il est intéressant de noter comment de grands noms de la peinture européenne ont trouvé en partie leur inspiration dans l’art et le patrimoine marocain; tandis que les maîtres de la peinture marocaine ont trouvé leur inspiration en Occident: les deux cultures artistiques se rejoignent, se croisent, s’entremêlent pour se retrouver à notre plus grand bonheur dans un évènement qui fait honneur à l’art marocain», précise Salima Tazi Kettani, directrice générale de La Marocaine des arts. C’est pour cela que la maison parisienne réalisera un parallèle avec de grands maîtres de l’art international, notamment Poliakoff, Soulages, Hartung, Warhol et Basquiat. Cette vente permettra aux amateurs et collectionneurs de découvrir ou de redécouvrir la beauté de l’œuvre de ces artistes qui s’alimentent les uns les autres dans le but d’enrichir leur travail et de créer une interconnexion dans le domaine de la création.

Le 26 août 2015
SOURCE WEB Par L’économiste
Tags : Jilali Gharbaoui- Cornette de Saint Cyr- La création contemporaine marocaine- Maître Arnaud Cornette de Saint Cyr- Le Maroc médiéval- Jilali Gharbaoui, Miloud Labied, Farid Belkahia, Saad Ben Cheffaj ou encore Fouad Bellamine et Ahmed Drissi- la maîtresse de l’art naïf, Chaïbia- Tazi Kettani, directrice générale de La Marocaine des arts-