Tourisme FNAVM une feuille de route chargée

Tourisme  FNAVM     une feuille de route chargée

Publié le : 18.01.2012 | 15h54 Khalil Majdi vient de remporter les élections à la tête de la FNAVM, héritant d'une organisation minée par les divisions. Une feuille de route bien chargée attend son mandat. La FNAVM (Fédération nationale des agences de voyages au Maroc) a élu, le 14 janvier dernier, son nouveau président. Khalil Majdi, porté par ses pairs à la tête de la corporation des voyagistes, n'est autre que le président de l'ARAVM (Association régionale des agences de voyages de Marrakech). Il a remporté les élections au coude-à-coude, avec 55 voix en sa faveur contre 50 voix pour son concurrent Omar Sabri. Un troisième candidat était en lice, Amal Karioun, mais il s'est retiré de la course à la dernière minute. Il faut dire d'emblée que le nouveau président a bien du pain sur la planche. Héritant d'une fédération minée par les divisions, il ambitionne de redorer l'image de cette institution en entamant une refonte de ses statuts tout en intégrant évidemment la Vision 2020 et en prenant en considération l'ensemble des métiers du voyage. Dans cette optique, s'impose avec urgence la réorganisation du secteur de la distribution du voyage religieux, qui représente une activité vitale pour un grand nombre d'agences de voyages dans le Royaume. Autrement dit, le cœur de métier de plus de 30% des membres de la fédération est incarné, par la force des choses, par les activités annuelles du Haj et celles saisonnières de la Omra. Selon un voyagiste, «la FNAVM se doit de se doter de toutes les ressources humaines et financières nécessaires pour répondre aux attentes de ses membres. Ceux-ci doivent être sélectionnés sur la base de critères objectifs pour être labellisés à moyen terme». En somme, la FNAVM est appelée à jouer un rôle de force de proposition et de partenaire privilégié dans la stratégie touristique nationale (Vision 2020), notamment en ce qui concerne l'effort marketing et la commercialisation de la palette des produits touristiques. Repères Questions à : Khalil Majdi, • président de la FNAVM «Les agences de voyages seront regroupées dans des collèges par métier» • Quelles sont vos priorités à la tête de la FNAVM ? Il y a des priorités et des urgences. La première étape consiste dans la restructuration de la fédération et la refonte des statuts dans la mesure où la structure actuelle ne répond ni aux objectifs de la Vision 2020, ni aux aspirations des membres. Il est ainsi question de renforcer les prérogatives du président de la FNAVM tout en mettant des garde-fous pour éviter les dérapages comme cela était le cas auparavant, ce qui entravait la gestion et les prises de décisions. Il va falloir aussi développer des partenariats avec les différents acteurs du secteur, notamment le ministère du Tourisme, l'Office national Marocain du Tourisme, la Fédération nationale du Tourisme, etc. • Quid de la loi régissant les agences de voyages ? Le nouveau bureau devra, en effet, se pencher sur cette loi qui régit les agences de voyages et renforcer la représentativité de la fédération en créant notamment des collèges par métiers. Notre profession en regroupe, en effet, plusieurs (le tourisme d'affaires, le tout operating, etc). Il s'agit donc de regrouper les agences dans des collèges par métier, en l'occurrence le réceptif, le tourisme d'affaires, le tourisme religieux… En tout, il y aura trois ou quatre collèges avec chacun des membres qui développeront l'activité. Pour ne citer que le tourisme religieux, on devrait avoir près de 250 agences de voyages, ce qui représente près de 35% de l'ensemble des agences, qui sont 700 à opérer aujourd'hui. Parmi les points essentiels qui devraient être abordés dans ce collège, les critères d'attribution des quotas pour l'opération de Haj. • Et quelle serait la prochaine étape ? Dès la semaine prochaine, le bureau de la fédération sera constitué puis on procèdera au lancement du programme final. Une Assemblée générale extraordinaire sera également provoquée afin de valider la refonte des statuts. SOURCE WEB Par Nadia Benyouref | LE MATIN