CES Faire de la culture un levier d'inclusion des jeunes

CES    Faire de la culture un levier d'inclusion des jeunes

Publié le : 29.01.2012 | 08h14 Le Conseil économique et social (CES) tiendra sa 11e session ordinaire le à Rabat, qui sera consacrée à la présentation et la discussion du projet de rapport sur «l'inclusion des jeunes par la culture». La 10e session du CES, tenue fin décembre dernier, avait été consacrée à l'adoption du projet de rapport sur «l'emploi des jeunes», la présentation et à la discussion du projet de rapport sur «la conjoncture économique, sociale et environnementale» et à la présentation du projet de budget du Conseil au titre de l'année 2012 Démarche participative Le Maroc a un besoin «urgent» d'une nouvelle vision de la question de la jeunesse et d'une revalorisation de la culture en en faisant l'une des dimensions centrales de toutes les politiques publiques, souligne le Conseil économique et social (CES) dans un rapport sur l'inclusion des jeunes par la culture, présenté vendredi à Rabat. Le Conseil vise, à travers ce rapport, à mettre en lumière les transformations marquantes de la pratique culturelle chez les jeunes, notamment en termes d'extension de l'usage des nouvelles technologies de l'information permettant l'accès à une offre culturelle plurielle, tout en acquérant une autonomie par rapport aux sources traditionnelles de production et de diffusion de la culture. Cette étude, élaborée par la commission permanente chargée des affaires de la culture et des nouvelles technologies au sein du Conseil, montre qu'il y a consensus chez la jeunesse marocaine par rapport à l'absence d'une vision globale et intégrée de la culture à même de valoriser le patrimoine culturel du pays dans sa diversité et sa richesse, de développer un projet fédérateur capable de mobiliser le potentiel créatif et artistique. Pour faire de la culture un levier d'inclusion des jeunes, le Conseil économique et social préconise deux axes stratégiques, à savoir la reconsidération de la place de la culture dans la conscience collective et le projet de société, et l'adoption de mesures institutionnelles et opérationnelles pour faire de l'inclusion des jeunes par la culture un fondement des politiques sectorielles. S'agissant du premier axe, le CES appelle au développement d'un projet culturel national qui considère la culture comme étant une question stratégique à même de contribuer au développement du pays, d'immuniser l'identité nationale dans sa diversité et de renforcer la confiance en soi et l'interaction active avec le reste du monde. Le rapport souligne, dans ce cadre, la nécessité d'impliquer l'ensemble des acteurs institutionnels et sociaux dans une démarche participative par l'activation des institutions prévues par la nouvelle Constitution ainsi que le Conseil national des langues et de la culture marocaine, outre l'établissement d'une Charte nationale pour la protection du patrimoine matériel et immatériel. Pour le deuxième axe, le Conseil émet une multitude de propositions, dont la programmation, dans le cadre de la loi sur l'urbanisme, d'infrastructures et équipements culturels nécessaires tant au niveau national ou régional qu'au niveau local ainsi que la sauvegarde des lieux de mémoire pour en faire des espaces culturels ouverts aux jeunes. Dans le cadre de la régionalisation élargie, le CES appelle à établir de passerelles entre la culture, la jeunesse et le développement régional et local, prenant appui sur les spécificités culturelles et linguistiques des différentes régions du territoire national. Le rapport du Conseil économique et social sur l'inclusion de la jeunesse par la culture a, en outre, recommandé l'accélération de la mise en œuvre de la Constitution dans son volet relatif à la création du Conseil consultatif de la jeunesse et de l'action associative, pour qu'il puisse constituer le cadre institutionnel de travail dans le domaine de la culture et de la jeunesse et ainsi réguler les actions des différents intervenants dans ces deux secteurs. SOURCE WEB Par Par MAP Le Matin