TOURISME AGADIR LES PROFESSIONNELS RECLAMENT DU CONCRET

TOURISME AGADIR LES PROFESSIONNELS RECLAMENT DU CONCRET

PLUS DE MOYENS FINANCIERS POUR UN PLAN DE RELANCE POUR LA DESTINATION DES ACTIONS CIBLEES A COURT TERME POUR DES «QUICK WINS» La priorité du ministre du Tourisme est de préserver les parts de marché déjà acquises mais aussi se préparer à la reprise par des investissements pour renforcer la qualité du produit Lahcen Haddad, le nouveau ministre du Tourisme, était très attendu lundi dernier à Agadir. Normal, la destination est en crise, il faut le reconnaître, et les professionnels passent par une période vraiment difficile. Aussi ont-ils besoin d’un soutien institutionnel fort pour renverser la tendance. Pour ce faire, le Conseil régional du tourisme Souss-Massa-Draâ a préparé un plan de relance déjà présenté à l’ONMT. C’était l’occasion hier de le remettre sur le tapis. La feuille de route englobe le volet promotion et transport aérien et se décline en plusieurs actions, à savoir des opérations de co-marketing, des campagnes de communication sur plusieurs marchés émetteurs, sans oublier des éductours d’agents de voyages et de journalistes étrangers. Ce programme qui se veut triennal nécessite une enveloppe de 689 millions de DH pour la période 2012/2014, a souligné Abderrahim Oummani, président du Conseil régional du tourisme du Souss-Massa-Draâ. Si la promotion est indispensable, difficile cependant de trouver les moyens financiers nécessaires. Le budget annuel de promotion de l’ONMT pour la destination Maroc, inscrit dans la loi de Finances, est de 300 millions de DH avec la possibilité d’engager 250 millions de DH supplémentaires. Aussi, les ressources sont limitées et les destinations touristiques dans le Royaume sont nombreuses à accompagner surtout qu’aucune localité n’échappe à la crise. Pour Lahcen Haddad, il faut optimiser le budget à travers des actions ciblées à court terme à même d’apporter au secteur des “quick wins’’. En ces temps de crise, le plus important est de maintenir les parts de marchés traditionnels. Mais aussi se préparer à la reprise par des investissements pour renforcer la qualité du produit. Des solutions pour le développement de l’aérien sont aussi à trouver car par rapport à 2011 une quinzaine de vols point à point reliant la station balnéaire aux marchés émetteurs ont été supprimés. Pour le ministre du Tourisme, ce dossier est aussi une priorité. Il prévoit d’ailleurs une rencontre avec le ministre du Transport à cet effet dès cette semaine. L’objectif est bien sûr de trouver des issues aux problèmes de l’aérien qui freinent le développement des destinations et pas seulement celle d’Agadir. Il envisage aussi des meetings avec les professionnels pour approfondir les discussions sur la Vision 2020. L’objectif est de travailler dans le cadre d’une synergie, incontournable pour redresser la barre. SOURCE WEB Par Malika ALAMI L’Economiste