Taroudant profitera mieux de ses eaux pluviales

Taroudant profitera mieux de ses eaux pluviales

Quatre douars situés au bassin Arghane pourront utiliser les eaux pluviales dans l’irrigation

L’empreinte en eau pouvant être compensée est estimée à environ 270.000 m3/an

Au lieu d’être débordé par les eaux à chaque fois qu’il pleut, le projet mis en place par l’agence du bassin hydraulique permettra aux petits ouvrages de déviation des eaux de pluies d’être stockées dans des bassins d’un volume allant de 30.000 m3 jusqu’à 70.000 m3. L’ensemble de cette opération devrait couvrir une superficie de 50 hectares  (Ph. L’Economiste)

Un projet pour l’utilisation des eaux pluviales dans la commune de Arazane, dans la province de Taroudant, sera bientôt mis en marche. Ce projet vient suite à une étude sur la valorisation des eaux pluviales au niveau du bassin hydraulique Arghane. Cette étude, qui a duré une année, a été menée en partenariat entre l’entreprise suisse Coop, l’Agence du bassin hydraulique SMD (ABHSMD), Agrotech, la GIZ et l’ORMVA. Elle vise l’apport d’un ensemble de techniques aux petits agriculteurs pour utiliser les eaux pluviales et économiser ainsi l’eau d’irrigation. Ce sont 35 agriculteurs, répartis sur quatre douars qui vont bénéficier de solutions techniques mises en œuvre dans la commune de Arazane. «La collecte des eaux pluviales et l’amélioration des pratiques d’irrigation, notamment par l’installation du système de goutte à goutte, vont concourir à améliorer les revenus de vie de la population concernée», assure Lahcen Kenny, directeur de Agrotech SMD. La province de Taroudant a un climat de steppe. Les précipitations sont faibles, et mal équilibrées, ce qui donne des périodes de très fortes pluies en décembre et des périodes très sèches le reste de l’année. D’une part les eaux pluviales ne sont pas exploitées dans la région en l’absence d’ouvrages spécifiques de rétention. Une petite partie rejoint les eaux souterraines mais la plus grande partie s’évapore. D’autre part, avec l’activité agricole intensifiée, les eaux souterraines ne sont pas renouvelées à la même vitesse que leur utilisation. Le manque de pratique durable de gestion des sols et de l’eau accentue les effets de surexploitation des eaux souterraines du bassin. Avec 250 à 300 mm de pluies par an, cette zone pourra désormais profiter de l’excédent des pluies. Il s’agit de petits ouvrages de déviation des eaux de pluies qui vont être stockées dans des bassins d’un volume allant de 30.000 m3 jusqu’à 70.000 m3. L’ensemble de cette opération devrait couvrir une superficie de 50 hectares. Mais le projet a également une approche sociale, puisqu’il vise aussi à sensibiliser la population locale aux bonnes pratiques en matière d’utilisation d’eau.

La collaboration de Coop Suisse intervient dans le cadre d’une volonté de compenser l’eau consommée pour la production des fruits et légumes exportés du Maroc. C’est à travers Aquasis Solutions, une organisation à but non lucratif, que Coop a pu déterminer les actions à mettre en œuvre. L’organisation a pu, dans un travail préliminaire, estimer l’empreinte de l’eau, organiser des ateliers participatifs à Agadir avec les acteurs locaux et les fournisseurs de Coop. Et enfin une étude de faisabilité afin d’évaluer les solutions possibles.

Pour la première phase du projet, un partenariat public-privé a été mis en place avec l’agence de coopération allemande GIZ, afin de collecter des fonds supplémentaires pour le projet. Aquasis Solutions, l’organisation partenaire de Coop prévoit de mettre en place un mécanisme financier innovant, sous la formule crédit eau, à l’aide d’autres fonds disponibles en Suisse, afin de garantir la durabilité de ce projet. Une deuxième phase du projet vise à mettre en œuvre un jardin de démonstration expérimentant des techniques novatrices et économes en eau pour la culture d’arganier et de plantes médicinales aromatiques sur une superficie de 1 à 2 hectares. En outre, 700 habitants devraient bénéficier d’un projet de traitement et de réutilisation des eaux usées.

Le projet de la Coop rentre dans le cadre du Schéma d’aménagement et de gestion intégrée de l’eau du bassin hydraulique Arghane, qui englobe plusieurs actions sur le moyen et long terme. Les axes d’intervention du schéma portent sur l’économie et la valorisation de l’eau, la mobilisation des eaux souterraines et superficielles, le développement et la recherche scientifique. «Le schéma vise à étendre un ensemble d’actions au niveau du bassin Arghane pour optimiser l’utilisation de l’eau, améliorer les revenus de la population et limiter ainsi l’exode rural sur le long terme», note Mhamed El Faskaoui, directeur général de l’ABHSMD. La première action du schéma directeur est de dispenser de l’eau potable aux 80.000 habitants répartis sur 7 douars ainsi que l’assainissement de cette eau. La mise en place d’ouvrages pour la protection des inondations ainsi que des points d’eau pour assurer l’abreuvage du cheptel.

Compenser l’eau marocaine

La société Coop suisse est une société coopérative (14 entreprises) opérant dans la grande distribution en Suisse. Afin d’atténuer les impacts de l’utilisation de l’eau dans l’agriculture sur l’environnement et les populations locales, Coop Suisse apporte son soutien via son équipe de développement durable ainsi que le Fonds Coop pour le développement durable. Ce projet de compensation se déroule dans le bassin versant oued Souss au niveau de Arghane, où sont situés les fournisseurs de Coop. Ainsi, l’empreinte de l’eau à compenser a été estimée à 275.000 m3 par an. Il s’agit de l’estimation de l’eau (souterraine) consommée dans l’irrigation des fruits et légumes exportés vers la Suisse par Coop. L’empreinte en eau pouvant être compensée par les infrastructures qui vont être installées a été estimée à environ 270.000 m3 par an. Des centaines de milliers de mètres cubes supplémentaires pourront être compensées par le projet si l’expérience est reproduite dans les douars avoisinants au niveau du bassin.

Le 06 Janvier 2016
SOURCE WEB Par L’économiste

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Inondations mortelles dans le Sud

Inondations mortelles dans le Sud

Les inondations provoquées par les fortes pluies qui se sont abattues ces derniers jours à Taroudant et Ouarzazate ont causé la mort de six personnes, selon ...

Morocco: Road trip to the Sahara

Morocco: Road trip to the Sahara

Go in search of an authentic Moroccan experience on a trip from Taroudant to the desert The empty road turns into a track that peters out into desert floor, ...

TAROUDANT ATTEND DE NOUVEAUX PROMOTEURS

TAROUDANT ATTEND DE NOUVEAUX PROMOTEURS

Si, par coup de coeur ou orientation professionnelle, vous avez déjà envisagé de devenir propriétaire à Taroudant, faites ici plus ample connaissance de so...