Aéronautique 2016, un gros tournant pour les équipementiers français

Aéronautique 2016, un gros tournant pour les équipementiers français

La montée des cadences de production de l'A350, le nouveau long-courrier d'Airbus, ne comble pas encore la baisse de celles de l'A330.

L’importante montée des cadences de production, en particulier dans les monocouloirs comme l'A320 d'Airbus ou le 737 de Boeing, ne profite pas dans l'immédiat aux équipementiers français. Les fournisseurs suivent un cycle d'activité décalé par rapport aux avionneurs.

Les équipementiers aéronautiques français s'attendent à une année «difficile», car ils doivent investir pour préparer la forte montée des cadences de production sans en bénéficier pour l'instant. C'est ce qu'ont déclaré hier des responsables du secteur, cités par Reuters. Les fournisseurs suivent un cycle d'activité décalé par rapport aux avionneurs, les nouveaux programmes n'ayant pas encore pris le relais des avions plus anciens dont la production baisse, a expliqué Emmanuel Viellard, responsable des équipementiers du Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas). «On a un léger creux alors que nous sommes en phase d'industrialisation, on est donc dans un contexte d'activité un peu moins florissant», a ajouté Viellard. La dynamique de croissance du secteur aéronautique n'a pas de raison de s'interrompre malgré les tensions géopolitiques ou les risques macroéconomiques, a souligné pour sa part Marwan Lahoud, responsable de la stratégie d'Airbus Group et président du Gifas. Mais la montée des cadences de production de l'A350, le nouveau long-courrier d'Airbus, ne comble pas encore la baisse de celles de l'A330, le plus ancien avion de même catégorie de l'avionneur européen, a indiqué de son côté à des journalistes Bertrand Lucereau, président du comité des PME au sein du Gifas.

Les fortes montées en cadence de production, en particulier dans les monocouloirs comme l'A320 d'Airbus ou le 737 de Boeing, seront sensibles chez les équipementiers en 2017, a-t-il également précisé. «Si on n'est pas prêts en termes de taille, cela va être un peu compliqué. 2016 est un gros tournant pour nous», a ajouté Bertrand Lucereau, président du fournisseur de pièces de rechange aéronautiques Secamic.

La consolidation des équipementiers aéronautiques de rangs 2 et 3 doit s'accélérer fortement pour que ceux-ci accroissent leur taille et amortir le recours désormais systématique des avionneurs aux doubles sources (deux fournisseurs sur chaque équipement), qui réduit l'activité des plus petits fournisseurs, a expliqué Bertrand Lucereau. Les PME du Gifas, qui emploient en moyenne entre 100 et 120 personnes pour un chiffre d'affaires annuel d'une quinzaine de millions d'euros, n'ont pas les moyens d'installer une partie de leur production dans des pays à faibles coûts, au contraire des établissements de taille intermédiaire.

Le 09 Janvier 2016
SOURCE WEB Par Le Matin

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Vignette auto, une application boiteuse

Vignette auto, une application boiteuse

Certains contribuables étrangers résident au Maroc ont eu droit à une mauvaise surprise lorsqu’ils ont voulu payer leur vignette auprès de la banque. L’...

Edito : Région de compétences

Edito : Région de compétences

La notion de patrimoine immatériel et de richesse globale prend tout son sens quand on parle de la communauté marocaine à l’étranger. Pendant des déce...

Démenti de Royal Air Maroc

Démenti de Royal Air Maroc

A la suite de la diffusion d’informations parues récemment dans la presse sur un classement des compagnies aériennes en matière d’indemnisation des clien...