Jean-François Girault: Maroc-France, c'est "l'Esprit de Tanger"

Jean-François Girault: Maroc-France, c'est

Dans un entretien accordé à Conjoncture, l’ambassadeur français à Rabat souligne le "mouvement" en cours au Maroc et "l’Esprit de Tanger", qui marque les relations bilatérales.

En poste au Maroc depuis septembre 2015, l’ambassadeur Jean-François Girault "a voulu attendre quelques semaines avant de s’exprimer de manière plus complète sur les relations bilatérales", nous indique une source diplomatique française.

Diplomate chevronné, M. Girault a servi à Damas (2002-2006), Baghdad (2006-2009) et à la direction de l’Afrique du Nord et du Proche-Orient (2012-2015) au Quai d’Orsay. Le diplomatee a également occupé le poste de premier conseiller à l’ambassade de France à Téhéran, entre 1993 et 1996.

Dans l’entretien accordé à Conjoncture et publié sur le site Club France-Maroc, M. Girault note que "ce qui impressionne d’emblée, c’est le mouvement". L’ambassadeur est optimiste et séduit par la dynamique marocaine, à laquelle "les acteurs français prennent toute leur part", ne manque-t-il pas de noter. L’ambassadeur cite l’infrastructure, l’énergie, le développement durable, l’automobile et l’aéronautique, Tanger-Med ou l’arrivée prochaine de Peugeot à Kénitra.

Une très belle visite, exceptionnelle

"L’Esprit de Tanger" est également un thème qui revient avec force dans l’entretien accordé par l’ambassadeur. Arrivé au Maroc quelques jours avant la visite du président François Hollande à Tanger les 19 et 20 septembre derniers, M. Girault parle d’"une très belle visite d’amitié et de travail, dense, féconde, chaleureuse". Et d'ajouter: "Elle fut exceptionnelle."

Outre son côté officiel avec des accords novateurs sur le plan des énergies durables (Centre de formation) et des infrastructures (TGV, Tanger-Med), la visite avait été marquée par des moments plus informels, mais tout aussi importants: un déjeuner au soleil au cap Spartel, avec nombre d’invités des sociétés civiles et une "virée" du président Hollande et du Roi Mohammed VI dans les rues de Tanger le soir, avec une escorte de sécurité réduite au strict minimum.

Dans cet entretien, Jean-François Girault annonce la tenue en 2016 des premières Assises franco-marocaines de la coopération décentralisée. A l’automne 2015, des élections régionales se sont tenues au Maroc comme en France. Et dans les deux cas, les pouvoirs et les moyens des régions ont été étendus.

Interrogé sur les moyens que la France compte mettre en œuvre pour "regagner sa place de premier partenaire commercial du Maroc", l’ambassadeur Girault répond que "la France est de loin le premier partenaire économique du Maroc". Il rappelle l’importance des investissements français au Maroc, près de la moitié des IDE (Investissements étrangers), les 750 filiales et le fait que 34 des 40 entreprises françaises de l’indice boursier CAC 40 sont présentes au Maroc.

Le 09 Janvier 2016
SOURCE WEB Par Médias 24

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Le cout économique du blocage

Le cout économique du blocage

Ceux qui comparent le Maroc à l’Espagne oublient deux éléments. Le premier c’est que la décentralisation est réelle en Espagne et que le véritable age...