Tanger-Med et la logistique: les 13 points à retenir

Tanger-Med et la logistique: les 13 points à retenir

TMSA a réuni ses clients, partenaires et usagers pour son premier Tangier Logistics Day, un vaste échange d’idées professionnel sur la logistique.  La vingtaine d’interventions devrait aboutir à des pistes de réforme et d’amélioration du service.

Depuis sa mise en œuvre en 2007, le port de Tanger-Med a beaucoup apporté à l’économie régionale et nationale. Il a lout d’abord  contribué de façon décisive à une meilleure logistique commerciale à l’import et à l’export. Il a ensuite constitué un atout majeur pour attirer d’importants investisseurs (ex: Renault) et distributeurs (ex: Décathlon).

Mais dans la course à l’investissement, à l’emploi et aux profits, le répit n’existe pas. D’où les conditions, pistes et réflexions énoncées jeudi 28 janvier, pour continuer d’améliorer performances et compétitivité du port et de ses clients.

1.       Indicateurs de performances. C’est l’annonce effectuée par Najlaa Douiri, la directrice générale de l’autorité portuaire de Tanger-Med. Ces indicateurs concernent tout ce qui est mesurable et susceptible d’améliorer les flux: ponctualité, rythme de disponibilité des scanners et des agents de contrôle et temps d’attente. Fin 2016, une zone export exclusive sera fin prête: «Elle fera passer le temps d’attente de quatre à deux heures», indique Mme Douiri.

2.       Tanger-Med Port Cluster. «La grappe» doit réunir la communauté des affaires, les associations professionnelles, les responsables du port et les intervenants administratifs. Objectif: participer à toute initiative permettant de fluidifier le trafic avec efficacité et sécurité.

3.       Port Net. L’idée du Tanger-Med Port Cluster rejoint l’idée plus concrète du projet Port Net. Ce réseau doit regrouper 17.600 utilisateurs: importateurs, banques, transitaires, agents maritimes, opérateurs de manutention et organismes de contrôle.

4.       La paix sociale. «Depuis la crise de 2012, nous sommes redevenus les meilleurs». Intervenant au nom d’APM Terminals, Mohamed Assid Houbane a exprimé sa satisfaction sur le développement des affaires de sa compagnie sur Tanger-Med. Mais il n’a pas résisté à la nécessité de rappeler les dégâts causés par la crise sociale de 2012, qui avait fait chuter le trafic de plus de moitié durant près de deux mois.

5.       24/24. Désormais, le port travaille en 24/24 à l’export. Les douanes s’adaptent, les transporteurs et les transitaires aussi, ainsi que l’ensemble des services portuaires.

6.       1er janvier 2017. Devenu un port leader en peu d’années, Tanger-Med fait l’objet de toutes les attentions. Le représentant des douanes marocaines a rappelé la date du 1er janvier 2017 pour «une dématérialisation effective du processus de dédouanement à Tanger-Med, y compris la procédure de caution bancaire».

7.       AMDL. Le DG de l’Agence marocaine de développement de la logistique, Younès Tazi, a déploré «la rareté des offres intermodales» avant de présenter les plateformes logistiques existantes ou en cours de création à Tanger, Fès (Ras el Ma), Rabat (Ameur), Casablanca (Zénata), Agadir (Ait Melloul), Dakhla (Atlantique) et Marrakech (Tamensourt).

8.       Chacune de ces plateformes abritera un truck center, des silos à céréales, un port sec, des zones PME-PMI et des entrepôts. 2016 devrait voir la tenue des premiers Moroccan Logistics Awards.

9.       Volumes. Et si le prix de la traversée du détroit était cher et le coût de la logistique avec, tout simplement parce que les volumes au départ du Maroc restent faibles? Traverser le détroit coûte 400 euros pour un semi-remorque en 2015, contre près de 550 euros il y a cinq ans. En 2015, 235.000 camions TIR ont traversé le détroit, lorsque 700.000 camions l’ont fait entre Dunkerque et Douvres et 1,6 million entre Calais et Douvres. Traverser la Manche coûte deux fois moins cher que faire Tanger-Algésiras.

10.   Quatre minutes, le record à battre. Du coup, même si traverser la Manche est deux fois plus long, cela coûte pratiquement deux fois moins cher. A moins que ce ne soit parce qu’au port de Dunkerque, «93% des déclarations en douane sont traitées en moins de … quatre minutes». Cette déclaration d’un responsable des douanes françaises n’a pas manqué de faire réagir la salle.

11.   Consolidation logistique. La question de l’amélioration constante de l’organisation logistique autour de Tanger-Med , de la TFZ et de la TAC (Tanger Automotive City) n’est pas récente. Avant fin 2016, une plateforme logistique automobile dédiée sera opérationnelle à Melloussa. Ford et PSA Peugeot-Citroën y feront leur «marché», en pièces détachées et Renault y trouvera un entrepôt supplémentaire. C’est vers cette plateforme que les sous-traitants du secteur automobile enverront leur production, avant que celle-ci n’aille vers les usines Renault (Tanger, mais aussi Brésil, Colombie, Inde et Russie), Ford (Valence, Espagne) ou Peugeot-Citroën (Vigo). L’automobile constitue 70% de la valeur des exportations au départ de Tanger-Med.

12.   Décathlon. L’équipementier sportif français a choisi Tanger-Med pour stocker sa marchandise avant de l’expédier vers Tunis, Dakar, Accra ou Johannesburg. L’atout de la connectivité internationale avec les ports méditerranéens et africains est souvent mis en relief au sujet de Tanger-Med.

13.   Frio Puerto. L’espagnol spécialiste du transport du frais, du surgelé et du congelé arrive à respecter la chaîne en utilisant Tanger-Med comme hub. La mise en place de la plateforme de consolidation logistique pour l’automobile, les choix de Décathlon et de Frio Puerto illustrent le dynamisme du projet Tanger-Med.

Le 01 Février 2016
SOURCE WEB Par Médias 24

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Boeing : All in sur le Maroc

Boeing : All in sur le Maroc

L'arrivée de Boeing au Maroc donne à l'industrie aéronautique une locomotive qui devrait positionner durablement la plateforme comme la supply chain ...