Délégations régionales du tourisme, késako ?

Délégations régionales du tourisme, késako ?

Inertie : si l'on devait choisir un mot pour qualifier l'action des délégations régionales du tourisme, l'heureux élu serait tout désigné. En place depuis plus de 50 ans maintenant, celles-ci, dépendantes du ministère du Tourisme et totalement autonomes vis-à-vis de l'ONMT, n'en finissent plus de susciter des interrogations quant au rôle qui leur est dévolu.

Outil de promotion ? de statistiques ? d'encadrement des investisseurs ? En réalité outil politique de décorum ministériel qui, à l'instar de leur tutelle, vivent leur propre vie végétative, en déconnexion totale des réalités économiques.

Alors que le secteur est fragilisé et n'arrive pas à avoir de visibilité sur le moyen terme peut-on encore se payer le luxe de faire vivre toute une armée mexicaine d'inutiles porte-serviettes ? La réforme de l'administration touristique, appelée des vœux de toute une profession, et davantage encore un sursaut de lucidité des intervenants est plus que jamais nécessaire. Coordination des actions entre les délégations et ONMT ; nomination d'un encadrement compétent et disposant du savoir-faire nécessaire à même de dynamiser leurs régions ; définition d'objectifs clairs pour les délégués avec publication systématique des résultats (et ce sans passer par le filtre déformant de la tutelle)... Les recettes pour rendre les délégations régionales du tourisme efficaces sont connues de tous ; la question est de savoir qui aura le courage de les mettre en place.

Le 17 Février 2016
SOURCE WEB Par La Vie Touristique

Les tags en relation

 

Les articles en relation

La FNAV renait de ses cendres

La FNAV renait de ses cendres

La Fédération Nationale des Agences de Voyages du Maroc a organisé une journée de réflexion sur les défis du tourisme le samedi 23 Avril dernier à l’h...

La CNT se réunit le 4 octobre

La CNT se réunit le 4 octobre

Au terme des travaux et cérémonie de présentation du groupe espagnol Planeta Formaton, tenue hier jeudi à Rabat, quelques membres de la CNT, et à leur têt...