Diplomatie Le Gouvernement marocain décide de suspendre tout contact avec les institutions européennes

Diplomatie Le Gouvernement marocain décide de suspendre tout contact avec les institutions européennes

Tout contact est suspendu à l'exception des échanges au sujet du recours relatif à l'accord agricole.

Le Conseil du gouvernement a écouté un exposé détaillé sur les derniers développements du recours en annulation visant l'Accord agricole conclu entre le Royaume et l'UE.

Le Gouvernement marocain a décidé de suspendre tout contact avec les institutions européennes, à l'exception des échanges au sujet du recours relatif à l'accord agricole signé entre le Royaume du Maroc et l'Union Européenne.

«En attendant de recevoir les explications et les assurances nécessaires de la partie européenne, le Gouvernement a décidé de suspendre tout contact avec les institutions européennes, à l'exception des échanges attendus sur ce dossier», a indiqué le ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement, Mustapha El Khalfi, dans une déclaration lue lors d'un point de presse à l'issue de la réunion jeudi du Conseil de Gouvernement.

Le Conseil du gouvernement, qui a consacré une partie de ses travaux au développement des relations entre le Royaume du Maroc et l'Union Européenne, a écouté un exposé détaillé du ministre de l'Agriculture et de la Pêche Maritime et du ministre délégué auprès du ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, sur les derniers développements du recours en annulation visant l'Accord agricole conclu entre le Royaume et l'UE.

«A cet égard, le Gouvernement a réitéré son rejet total de l'arrêt du Tribunal de l'Union européenne du 10 décembre 2015. Le Gouvernement a dénoncé le caractère hautement politique de cette décision, ses arguments infondés, sa logique biaisée et ses conclusions contraires au Droit international et en désaccord avec les résolutions du Conseil de Sécurité de l'ONU», a indiqué M. El Khalfi.

«Tout en prenant note de la réaction rapide et unanime du Conseil de l'UE contre cet arrêt, le Gouvernement exprime sa profonde déception à l'égard de la gestion opaque que certains services de l'UE ont faite de cette question», a ajouté le ministre. «En effet, après un début de coopération prometteur, l'interaction régulière, transparente et intense promise au Maroc par les hautes autorités européennes sur ce dossier, a donné lieu à une attitude déloyale qui fait peu de cas du respect nécessaire entre partenaires», a déploré le ministre. «Comme le Maroc l'a toujours démontré sur des questions importantes pour l'Europe, l'esprit authentique de partenariat exige écoute, partage, solidarité et respect mutuel en toutes circonstances», a souligné M. El Khalfi.

«Le Maroc ne saurait accepter d'être traité en simple objet d'une procédure judiciaire, ni réduit à être balloté entre les différents services et institutions de l'UE. La poursuite d'une telle attitude risque de compromettre durablement la confiance mutuelle et la pérennité du Partenariat», a affirmé le ministre de la communication, porte-parole du Gouvernement.

Tout en assurant que «le Royaume est en droit d'exiger de l'UE une interaction loyale et responsable, dans les prochaines phases de la procédure», M. El Khalfi a fait savoir qu'un «comité interministériel, composé des ministères des Affaires étrangères et de la Coopération, de l'Intérieur et de l'Agriculture et de la Pêche Maritime, a été créé pour suivre de près le développement de ce dossier et proposer, le cas échéant, les mesures appropriées qu'il y aurait lieu de prendre pour préserver les intérêts nationaux légitimes».

«En partenaire engagé mais attaché à ses droits, le Royaume du Maroc exhorte l'Union européenne à prendre ses responsabilités, pour préserver une relation réellement solidaire, équilibrée et sereine, fidèle à la construction laborieuse réalisée depuis près de 50 ans, et attachée au socle de valeurs communes et d'intérêts mutuels», a souligné M. El Khalfi, ajoutant que «cette position a été notifiée par Monsieur le Chef du Gouvernement à l'Ambassadeur de l'Union européenne à Rabat».

Le 25 Février 2016
SOURCE WEB Par Le Matin

 

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Les patrons français en force au Maroc

Les patrons français en force au Maroc

La France veut redevenir le premier partenaire commercial du Maroc, place que l’Espagne lui a ravie. Le Mouvement des entreprises de France (MEDEF) conduira e...

Chômage

Chômage

Par Nadia SALAH Avec 1,2 million de chômeurs déclarés en tant que tels, un autre million de personnes sous-employées et à peu près autant qui travaille...