Produits de l’artisanat Le label national «Morocco Handmade» bientôt mis en œuvre

Produits de l’artisanat Le label national «Morocco Handmade» bientôt mis en œuvre

Le ministère de l’Artisanat, de l’économie sociale et solidaire sélectionnera le 20 avril un consultant spécialisé pour lui confier le marché de réalisation d’une étude et l’assistance technique pour la mise en application du label national de l’artisanat. Objectifs, généraliser le droit d’octroi du label au profit des unités de production du secteur et accompagner l’entité centrale de gestion du label et les cellules territoriales de labellisation dans le processus de sa mise en œuvre.

C’est une bonne nouvelle pour le secteur de l’artisanat. Le ministère de l’Artisanat, de l’économie sociale et solidaire compte bientôt mettre en œuvre le label national de l’artisanat du Maroc «Morocco Handmade». Les services de Fatema Marouane sélectionneront en effet le 20 avril prochain un consultant spécialisé pour lui confier le marché de réalisation d’une étude et l’assistance technique pour la mise en application de ce label. Le ministère a réservé pour ce marché un budget de 3,8 millions de dirhams. La consultation, objet de l’appel d’offres, aura pour objectif de généraliser le droit d’octroi du label national de l’artisanat au profit des unités de production du secteur et accompagner l’entité centrale de gestion du label et les cellules territoriales de labellisation dans le processus de mise en œuvre du label. Selon le département de l’Artisanat, l’opération de sélection des unités de production sera ouverte aux mono-artisans, aux PME et aux coopératives à fort contenu culturel.

La consultation se décline en trois phases : la présélection des unités de production, la sélection finale de ces unités et l’audit et la certification des unités de production. La première phase consistera ainsi à préparer les outils et les critères de présélection des unités de production. Il s’agit ensuite d’organiser et prendre en charge des journées de formation dans toutes les régions du pays. L’objectif de la formation sera de sensibiliser et informer sur les processus de déroulement de l’opération de certification au label. Sur la base de la phase de présélection et du cahier de charges du label national, le consultant doit dans la deuxième phase arrêter les modalités du processus de sélection des unités de production. Concrètement, il devra élaborer un système de scoring à appliquer aux unités présélectionnées permettant de faire le classement des unités de production et traiter les dossiers des unités présélectionnées afin de les classer selon le système de scoring établi.

Au terme de cette phase, le consultant doit établir la liste finale des 300 unités de production avec une liste d’attente de 100 unités.

Enfin, dans la troisième phase, le consultant doit réaliser les opérations d’audit auprès des 300 unités de production sélectionnées et préparer le modèle de dossier d’audit à valider avec l’entité de gestion du label. Ce modèle sera généralisé pour chaque unité auditée avec notamment les recommandations pour l’améliorer

Il organisera, par ailleurs, une cérémonie de remise des certificats aux unités certifiées. «Dans l’objectif de promouvoir la qualité des produits de l’artisanat et de protéger le patrimoine artisanal marocain, le département de l’Artisanat a mis en place une stratégie de labellisation dans le secteur pour la création d’un panel de labels et de marques», affirme le ministère. Grâce à cette stratégie, le secteur dispose aujourd’hui de plusieurs labels et marques mis en place au profit des unités de production dans le secteur, soutenues par une marque ombrelle, le «Morocco Handmade».

Selon les services de Fatema Marouane, ce label national a été préconisé pour répondre au besoin de repositionnement de l’artisanat marocain et véhiculer l’image d’une qualité et d’une créativité uniques dans le monde. Selon leurs explications, d’un point de vue opérationnel, ce label national est pressenti comme étant un outil permettant une reconnaissance graduelle de l’engagement et de l’effort de l’artisan en lien avec les critères de qualité et d’authenticité qui sont proposés dans le cahier de charges du label.

Le 14 Mars 2016
SOURCE WEB Par Le M atin

 

Les tags en relation

 

Les articles en relation