Al-Haouz L’Université des jeunes parle des changements climatiques

Al-Haouz L’Université des jeunes parle des changements climatiques

Encadrés par des chercheurs universitaires, des spécialistes en environnement et des acteurs économiques, les jeunes ont pu examiner plusieurs questions inhérentes à la philosophie et à la dimension environnementale.

Le Centre de développement de la région de Tensift - Forum de Marrakech (CDRT) a organisé, du 8 au 10 avril, au Centre éducatif et culturel d’Aghbalou relevant de la province d’Al-Haouz, la 13e édition de l’Université des jeunes sur le thème «Les jeunes et la citoyenneté à la lumière des changements climatiques».

Initiée en partenariat avec le conseil de la ville de Marrakech, la Fondation allemande Friedrich Naumann et l’Institut de coopération internationale de la Confédération allemande pour l’éducation des adultes (DVV International), la 13e édition de l’Université des jeunes a réuni plus de 100 participants, dont des étudiants universitaires, des acteurs de la société civile et des militants de différents partis politiques. Cette rencontre, placée sous le mot d’ordre «Une jeunesse active… Un environnement équilibré», a permis à ces jeunes, qui étaient encadrés par des chercheurs universitaires, des spécialistes en environnement et des acteurs économiques, d’examiner plusieurs questions inhérentes aux défis du changement climatique, aux énergies renouvelables, au renforcement des capacités des jeunes en matière d’environnement, à la philosophie et à la dimension environnementale, aux politiques publiques en matière d’environnement et aux techniques d’évaluation dans le domaine de l’environnement.

«Cet événement revêt une importance particulière dans la mesure où il constitue une occasion idoine pour mettre l’accent sur les initiatives à prendre en vue de promouvoir la citoyenneté des jeunes au service d’un développement solide, durable et résilient, face aux effets néfastes attendus des changements climatiques», a souligné la ministre déléguée chargée de l’Environnement, Hakima El-Haïti, dans une allocution lue en son nom. Elle a relevé que cette université et les différentes sessions de sensibilisation contribueront fortement au développement d’une ingénierie verte susceptible de renforcer la prise de conscience et les capacités des jeunes face aux enjeux nationaux et globaux du développement durable et de la lutte contre le changement climatique.

La ministre a également fait observer que les questions d’environnement et de développement durable connaissent actuellement une dynamique sans précédent au niveau national, grâce à l’adoption récente de la loi-cadre portant Charte nationale de l’environnement et du développement durable, qui constitue la référence pour toutes les politiques publiques en la matière. Cette nouvelle dynamique, a-t-elle ajouté, s’est traduite par la préparation de la Stratégie nationale de développement durable, l’adoption d’un Plan d’investissement vert pour l’opérationnalisation de ladite stratégie et l’accélération des programmes de mise à niveau environnementale, notamment le Programme national d’assainissement liquide et le Programme national de gestion des déchets ménagers.

Dans le même ordre d’idées, le président du CDRT, Ahmed Chehbouni, a fait remarquer que son institution œuvrait à conscientiser la société civile pour qu’elle puisse contribuer, non seulement à l’évaluation de la résilience des écosystèmes et la sensibilisation des citoyens, mais aussi à la proposition de solutions susceptibles de concilier adaptation au changement climatique, préservation de l’environnement et promotion d’un développement durable. À ce titre, le CDRT a déjà piloté plusieurs chantiers de développement dans la région qui intègrent la dimension du changement climatique.

Le 14 Avril 2016
SOURCE WEB Par Le Matin

Les tags en relation

 

Les articles en relation