Sahara marocain Chaque documentaire réalisé servira la défense de l’intégrité territoriale

Sahara marocain Chaque documentaire réalisé servira la défense de l’intégrité territoriale

La chercheure libanaise Rowaida Meroua a insisté sur l’encouragement de la production des œuvres cinématographiques et des documentaires pour contribuer à donner une image réelle sur la question du Sahara marocain. Ph : yabiladi.com

Rowaida Meroua s’exprimait lors d’une conférence internationale sur «Le cinéma et la question du Sahara marocain» initiée par l’USMBA de Fès en collaboration avec plusieurs partenaires.

Chaque documentaire réalisé sur le Sahara servira la défense de l’intégrité territoriale du Maroc plus que des dizaines de conférences, de congrès et d’articles, a affirmé la réalisatrice libanaise de films documentaires et spécialiste du Sahara marocain, Rowaida Meroua.

S’exprimant, lundi à Fès, lors d'une conférence internationale sur «Le cinéma et la question du Sahara marocain» initiée par l’Université Sidi Mohammed Ben Abdellah de Fès en collaboration avec plusieurs partenaires, la chercheure libanaise a insisté sur l’encouragement de la production des œuvres cinématographiques et des documentaires pour contribuer à donner une image réelle sur la question du Sahara marocain.

«Une meilleure promotion et commercialisation des films documentaires en la matière lors des festivals internationaux et leurs diffusion sur des chaines nationales et étrangères contrecarraient indubitablement la propagande médiatique sur la question du Sahara marocain», a-t-elle poursuivi, tout insistant sur la nécessité de faciliter le financement et l’accès des professionnels aux archives pour la réalisation des œuvres cinématographiques.

La réalisatrice libanaise qui a abordé la thématique «des films cinématographiques et des documentaires dans le traitement des conflits politiques et les droits de l’Homme : entraves et réalisations – cas du Sahara Marocain», a mis en avant les avancées réalisées par le cinéma marocain tels des cas du retour de certains marocains séquestrés à Tindouf et les supplices et le blocus qu’endurent les détenus politiques dans les camps de la honte.

Elle a, aussi, fait savoir que cette rencontre vise à mettre en valeur l'initiative d'autonomie marocaine dans les provinces du Sud et d'éclairer l'opinion publique sur les contre-vérités véhiculées par certains pays et organisations non gouvernementales internationales qui présentent une situation erronée sur la question du Sahara marocain».

La chercheure libanaise a, de même, fait observer que les tortionnaires du polisario donnent actuellement des conférences dans nombreux pays étrangers dans le domaine des droits de l’Homme, appelant à entamer des procédures judiciaires pour traduire les séparatistes devant la Cour pénale internationale pour les atrocités et les crimes commises contre l’humanité.

De son cote, l’expert de l’économie sociale , Abdelaziz Eroumani , a mis en valeur le nouveau modèle de développement des provinces du Sud qui mobilise une enveloppe budgétaire de l’ordre de 77 milliards de dirhams tout en insistant sur l’accélération des investissements dans ces provinces dans les divers domaines socio-économiques.

Abdelaziz Eroumani a, aussi, plaidé pour le soutien des ONG et des associations pour mieux défendre la cause nationale à l’échelle nationale et internationale.

Le chercheur dans le domaine des médias, Hicham El Mekki, a recommandé la mise en place d'une programmation télévisuelle fixe portant sur la question du Sahara marocain et le lancement des festivals nationaux et internationaux en la matière.

Le chercheur marocain à l’Université de Lodz en Grande-Bretagne, Jamal Bahmad , a quant à lui, mis l’accent sur l’importance du rôle du cinéma dans la défense de la marocanité du Sahara citant dans ce cadre le film «Frontieras» de la réalisatrice marocaine Farida Belyazid, dédié à la question du Sahara marocain.  

Le 10 Mai 2016
SOURCE WEB Par LE MATIN

 

Les tags en relation

 

Les articles en relation