Financement de la Cop22. Mezouar sollicite le monde des affaires

Financement de la Cop22. Mezouar sollicite le monde des affaires

Le budget de la Cop22 est estimé à quelque 800-850 millions de DH, dont 300 MDH proviennent du budget de l’Etat. Le tissu économique est sollicité pour y contribuer.

Environ 70 grands pontes du monde économique sont conviés ce jeudi 16 juin à Rabat pour un méga ftour organisé par Salaheddine Mezouar. Objet de l’invitation: échanger autour de la Cop22, de l’état d’avancement de sa préparation, du suivi de la mise en œuvre de l’accord de Paris, du rôle des opérateurs dans la lutte contre les changements climatiques… mais aussi – et surtout- mener une opération de levée de fonds.

Selon une source au comité de pilotage de la COP22, «le budget global de l’événement est évalué à 800-850 millions de DH». 300 millions de DH ont été débloqués du budget de l’Etat. 200 MH sont espérés en provenance du secteur privé et le reste sera financé par l'extérieur.

Lors d’une rencontre tenue en avril 2016, certaines organisations internationales ont promis des dons (2 millions d’euros accordés par l’Union européenne qui pourrait verser 5 millions d’euros supplémentaires, 450.000 dollars par le FIDA et 2 millions d’euros versés éventuellement par le PNUD, si les pourparlers aboutissent).

"Les négociations sont toujours en cours. Mais le processus avance d’une manière très positive", s'est contenté de nous déclarer une source autorisée au comité de pilotage de la Cop22.

Othmane Benjelloun au Ftour de Mezouar: "Les banques oeuvrent à la décarbonisation de leurs actifs de manière à être conformes aux normes internationales"

Le Maroc n’est-il pas néanmoins en retard dans le processus de levée des fonds, sachant que nous sommes à moins de cinq mois de l’événement? "Les financements et les partenariats continuent à être signés jusqu’à la dernière minute. C’était le cas des précédentes Cop", tient à préciser la même source.

En dehors des bailleurs de fonds internationaux, où aller chercher les fonds qui manquent?  "La contribution purement financière n’est pas la plus importante. Des contributions en nature existent. Beaucoup d’entreprises sont déjà engagées, d’autres les rejoindront", répond ce membre du comité de pilotage.

La SNRT est à citer en exemple. Le groupe prévoit une contribution en services. "Elle est évaluée à  plusieurs dizaines de millions de DH", note notre interlocuteur.

Lors de la conférence climatique de novembre, le groupe SNRT assurera la partie "host brodcasting", c'est-à-dire tout le dispositif de captation et de retransmission en direct des travaux des différentes salles.

"C’est une fonction très lourde, sujette à un cahier des charges très précis des Nations-Unies. C’est une donation que fait la SNRT en matériel, en mobilisation et en ressources humaines…", ajoute notre source.

Dans le même esprit, des entreprises vont équiper le village Bab Ighli, à titre de donation, de moyens de déplacement, de voitures hybrides…

Quel rôle joueront les grands comptes dans le financement de la Cop22? On en saura plus dès les prochains jours.

Le 16 Juin 2016
SOURCE WEB Par Médias 24

 

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Espérer du

Espérer du "Regrexit"

LONDRES – Jusqu’à ce que les Britanniques décident de la quitter, le plus grand problème de l’Union européenne semblait être la crise des réfugiés,...