Préparation de la COP 22 et économie décarbonisée Le secteur privé renouvelle son engagement

Préparation de la COP 22 et économie décarbonisée Le secteur privé renouvelle son engagement

Salaheddine Mezouar, président de la COP 22 et ministre des Affaires étrangères, a réuni en fin de semaine dernière à Rabat des opérateurs économiques afin de leur présenter les opportunités de partenariat entre le public et le privé pour une économie sobre en carbone. Il a également été question de l'implication du secteur privé dans la préparation de la COP 22 prévue à Marrakech en novembre prochain.

«Nous comptons sur votre mobilisation à nos côtés pour réussir cet évènement d’envergure mondiale et vous invitons à faire de la COP 22 une étape importante du développement d’un Maroc émergeant», a déclaré Salaheddine Mezouar, président de la COP 22 et ministre des Affaires étrangères et de la coopération, lors de sa rencontre, la semaine écoulée à Rabat, avec les opérateurs économiques. Pour illustrer l'importance du partenariat public-privé, appellation qui désigne un ensemble de modalités de coopération entre les deux parties, Saïd Mouline, responsable du pôle éponyme au sein du comité de pilotage de la COP 22 de Marrakech, a donné l'exemple de la station solaire Noor d'Ouarzazate réalisée à 75% par des financements privés.

Lors du lancement, le 14 juin à Casablanca, de la «COP Academy», celui qui est également directeur de l'Agence de développement des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique avait estimé à 70% le taux d'intégration de cette centrale solaire dotée d'une capacité de 580 MW pour un investissement de 24 milliards de DH. Il dira également que dans le secteur de l'énergie éolienne, 19 groupements privés sont actuellement intéressés par des investissements au Maroc.

À ce sujet, Othman Benjelloun, le patron de BMCE Bank, a déclaré que «les banques marocaines ont, d’ores et déjà, intégré dans leur culture les nouvelles contraintes liées aux changements climatiques. Aujourd’hui, elles œuvrent à la décarbonisation de leurs actifs de manière à être conformes aux normes internationales», a-t-il dit, selon un communiqué de la COP 22. Pour décarboniser son économie, le Royaume s'est engagé, à l'horizon 2030, à réduire de 13% ses émissions de gaz à effet de serre pour un effort financier national de 10 milliards de dollars.

Ce plafond pourrait atteindre les 32% avec un appui financier international de 35 milliards de dollars qui pourrait provenir du Fonds vert pour le climat. «Nous avons la chance d’avoir au Maroc un secteur privé organisé. Ce dernier doit montrer au reste du monde qu’il a un rôle à jouer dans la lutte contre les changements climatiques et cela représente aussi un investissement», a déclaré Saïd Mouline.

Le 19 Juin 2016
SOURCE WEB Par Le Matin

 

Les tags en relation

 

Les articles en relation

1ères assises de la mobilité durable

1ères assises de la mobilité durable

A la veille de la COP22, L’ONCF a organisé, le 3 novembre 2016, les premières assises de la mobilité durable, sous le thème « Enjeux climatique : quel sy...

Ouverture de l’IGTM Marrakech

Ouverture de l’IGTM Marrakech

On peut dire que le Maroc a réussi l’organisation de l’IGTM à Marrakech, une première pour le pays. Certainement que l’autre réussite de COP 22 égale...