Interdiction des sachets en plastique: Voici comment vous ferez vos courses vendredi

Interdiction des sachets en plastique: Voici comment vous ferez vos courses vendredi

A partir du 1er juillet, les sacs en plastique à usage unique sont interdits dans tous les commerces. Voici les alternatives et comment se dérouleront dorénavant vos courses.

Le vendredi 1er juillet, le sac en plastique disparaîtra des commerces. Ces sachets à usage unique (d’une épaisseur inférieure à 50 microns) seront interdits dans tous les commerces de biens, de denrées et de services. Nous rappelons que les sacs poubelles, les sacs de congélation et les sacs à usage agricole ne sont pas interdits.

C’est la loi 77-15 qui interdit la fabrication, l’importation, l’exportation, la commercialisation et l’utilisation des sacs en plastique. Elle force ainsi les grandes surfaces comme les petits commerces à prendre le virage écologique et proposer de nouveaux contenants.

Les alternatives en grande surface

Les enseignes proposeront à partir de ce vendredi 1er juillet différents types de sacs réutilisables pour répondre aux besoins des consommateurs. C’est le cas chez Marjane, Carrefour-Label Vie, Acima ou encore Bim.

 Voici comment il faudra organiser ses courses dans les grandes surfaces. Le mieux est de se munir d'un cabas ou sac personnel. Sinon, vous en achèterez un à la caisse. Par contre, à l'intérieur du supermarché, différentes alternatives sont mises en place et les emballages (écologiques en principe, en tous les cas licites), seront gratuits:

-Pour les produits secs et les fruits et légumes: des sacs en papier seront disponibles gratuitement.

-Pour les produits humides, tels que le poisson, les olives, le fromage, différentes solutions existent telles que les barquettes, le papier glacé ou paraffiné et le papier aluminium. Il est à noter que pour le poisson, le film alimentaire n’est pas interdit. Ces différents emballages seront dans la plupart des cas mis gracieusement à la disposition des clients, selon les différents contacts que nous avons pris.

-Boucherie : Il faudra utiliser les barquettes alimentaires d’abord. Ce sera également gratuit.

-Vêtements: Les sachets en tissu ou en papier.

Ces emballages cités ci-dessus seront gratuits, mais à la caisse, si vous n’avez pas votre chariot, votre sac ou votre couffin, des sacs vous seront vendus, généralement en tissus et  réutilisables.

Chez Carrefour et Label Vie, deux types de sacs seront vendus en caisse: des sacs cabas à 7 DH, qui seront proposés à terme au prix de 5,20 DH, ainsi qu’un sac à 80 centimes pour les petites courses. 

Idem chez Acima. L’enseigne a décidé d’introduire des sacs réutilisables à 7 DH (passeront à 5 DH à terme) et un sac plus petit à 1 DH au niveau des caisses.

De son côté, Bim anticipe la loi en proposant depuis ce mercredi 29 juin des sacs en tissu, à 1 DH en caisse.

Chez l’épicier, il faut ramener son sac

La décision d’abolir les sacs en plastique aura également beaucoup d’impact sur les habitudes des consommateurs. Une nouvelle contrainte qui s’ajoute, car il va falloir toujours se rappeler de ramener son sac réutilisable chez l’épicier du coin.

Nous avons fait le tour de plusieurs épiciers. La conclusion est la suivante: La majorité écrasante n’a aucune idée sur les alternatives. Ils lâchent presque tous «Au consommateur de ramener son sac».

Au niveau des pharmacies, celles que nous avons interrogées utilisent toujours des sachets biodégradables (celui fait en amidon est interdit, tout comme tous les sacs réalisés en polymères naturels). Ils opteront à partir du 1er juillet pour des sachets en papier.

Du côté des magasins de vêtements, l’enseigne Marwa à titre d’exemple, remplacera les sacs en plastique par des sacs en papier, à compter du 1er juillet.

Le ministère de l’Industrie accompagne cette transition

La mise en place de la loi 77-15 ne doit pas surprendre. Contactée par notre rédaction, une source autorisée du ministère de l’Industrie nous explique que l’interdiction est préparée depuis 2009 et que les industriels ont commencé leur reconversion depuis 2013 et 2014.

Avant de prendre cette décision, le ministère a identifié plusieurs solutions pour la reconversion de l’industrie. «Les industriels qui réalisent plus de 30% de leur chiffre d’affaires en sacs interdits vont recevoir une subvention étatique représentant 50% des équipements de reconversion, plafonnée à 14 millions de DH par industriel», explique notre source.

Pour les industriels qui fabriquent des emballages non interdits, ils seront accompagnés de la même manière pour développer leur production ou leurs nouvelles lignes, jusqu’à 50% de leur investissement. La subvention est plafonnée à 9 MDH.

Quant à ceux qui réalisent moins de 30% de leur chiffre d’affaires en sacs interdits, ils peuvent également bénéficier à travers une procédure accélérée, du programme Imtiaz de Maroc PME

Le 30 Juin 2016
SOURCE WEB Par Médias 24

Les tags en relation

 

Les articles en relation

En vrac

En vrac

Malheureusement, nos investigations confirment ce dont les gens se plaignent depuis quelques semaines: c’est le bazar avec les sacs en plastique, un désordre...

Zéro mica: Superviser les alternatives

Zéro mica: Superviser les alternatives

Si la campagne « zéro mica » n’a pas été bien accompagnée par la plupart des citoyens marocains, ce n’est pas uniquement pour mauvais augure. On a att...