Zouitene est-il intègre ?

Zouitene est-il intègre ?

La saison estivale est propice à toutes les surprises, bonnes ou mauvaises, révélatrices ou calomnieuses, véridiques ou carton-pâte.

Habitués à toutes sortes de révélations, souvent trop tirées par les cheveux, les consommateurs des médias marocains sont sous le coup de scoops qui parfois ne le sont pas où fomentés pour faire le lit à des règlements de compte pas plus ou pour préparer à l’après-période électorale. Parfois on peine à vérifier des informations fuitées, fomentées et stéréotypées, qu’il faudrait mettre sous la loupe avant consommation. Le dérapage devient monnaie courante et ne peut que nuire. Rien n’est plus dans son jus.

La dernière en date est la sortie, devant l’hémicycle, d’un parlementaire de Fez, (ayant également des activités associatives le portant à solliciter, sans retour, le sponsoring de l’Office pour une course qu’il organise), annonçant que le Directeur général de l’ONMT, Abderrafia Zouitene, aurait loué un jet privé pour se rendre en France en compagnie de sa fille. Le montant de location aurait atteint les 500.000 DH, selon ce parlementaire qui criait contre la dilapidation des deniers publics. Alors qu’en fait, il s’agissait d’une somme émanant des caisses de l’association Esprit de Fez qu’il préside d’ailleurs. «L’information» fit alors tâche d’huile et constitua les choux gras d’une certaine presse que cette dernière relaya sur ses colonnes. Or, l’association est connue pour être bien structurée, avec son conseil d’administration, son trésorier et son comptable pour que le président n’en fasse qu’à sa tête et sans que personne de la dite association ne réagisse.

Normal, de nature paisible, Zouitene, depuis qu’il était à la RAM, n’est ni un homme à scandale, ni un habitué des calculs politico-politiciens, ni non plus parmi ceux qui versent dans les affaires douteuses.

Donnant, à maintes reprises, la preuve sur sa droiture dans la gestion des postes qui lui sont confiés, c’est une personne qui, de mémoire, n’a jamais versé dans l’opportunisme et l’exploitation de son poste pour avantager ses intérêts personnels. Bien au contraire, chaque action qu’il entreprend est souvent assimilée à du zèle insoupçonnable, proche du militantisme. Un historique tout à son honneur et qui ne date pas d’aujourd’hui, depuis qu’il était responsable de la compagnie nationale à Paris, où il s’est illustré auprès des TO et leaders d’opinion français, aux côtés d’autres forces vives du pays, en suscitant davantage leur intérêt pour notre pays comme destination privilégiée. A l’époque, cette nette progression était, en effet, le fruit d’un travail d’équipe réalisé par la RAM en collaboration avec l’ONMT, qu’il dirige actuellement, et les partenaires de la profession du tourisme français et marocains.

On ne peut que saluer chez lui ses prises de décision courageuses dans certains dossiers requérant son adhésion et le soutien de l’ONMT. Se refusant, en effet, la prise à partie dans tout compromis louche ou servant des intérêts mercantiles obscurs, son niet aura fait jaser plus d’un qui, sous le coup de la surprise, voyaient leur convoitise leur filer d’entre les doigts. Prise de position honorable d’un responsable doublé de valeurs citoyennes marquées dans les gênes. C’est aussi un dirigeant qui a su asseoir l’Office sur des logiques de gestion, basées sur la transparence comptable, rationnelle, sans dépassements ni privations quand il s’agit du bon fonctionnement de l’ONMT et de la défense de l’image du pays dans les marchés émetteurs.

Longtemps auparavant, on l’imagine mal, surtout après son rappel de son poste en France pour devenir auditeur et contrôleur de gestion au siège de la compagnie à Casablanca, tremper dans des malversations d’abus de pouvoir ou de quelconques détournements de fonds. En lui confiant ce poste sensible et stratégique au sein de la compagnie nationale, on le consacrait déjà dans son honnêteté et sa droiture.

On comprend tout aussi mal pourquoi les «révélations» du parlementaire avaient tardé toute une année pour être annoncées aujourd’hui, si ce n’est pour régler de vieux comptes ou pour faire le lit de commanditaires inconnus. En tout cas, elles ne sauraient, à notre avis, entamer la réputation de Zouitene, ni altérer ses valeurs professionnelles et humaines, ni fausser son crédit auprès de l’Office, de la communauté touristique nationale et étrangère, ni non plus auprès de ceux qui l’ont investi de leur pleine confiance.

Le 13 Juillet 2016
SOURCE WEB Par Tourisme Et Gastronomie

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Workshop Saidia

Workshop Saidia

SDS est, cette année encore, présente par son workshop avec Casablanca comme première escale avant de mettre le cap sur Fez. SDS a pu réussir son tour de...