Voici la destination de vacances la moins chère au Maroc

Voici la destination de vacances la moins chère au Maroc

D’après une comparaison de prix du site marocain Avito, Essaouira est de loin la ville la moins chère pour les futurs vacanciers.

La location dans l’ancienne Mogador avoisine les 275 dirhams, prix qui bat à plate couture les autres destinations estivales marocaines.

Si certains Marocains partent à l’étranger pour profiter d’autres cultures, d’autres préfèrent rester dans le royaume et bénéficier de ses 3500 kilomètres de côtes et de plages de rêve. Six kilomètres appartiennent à la petite ville d’Essaouira.

essaouira

Prix imbattable

Site magique, la ville portuaire offre une destination à un prix abordable. C’est ce qu’a démontré le site d’annonces marocain Avito dans une étude comparative où il présente la ville d’Essaouira comme la destination la moins chère comparée à d’autres villes prisées durant l’été comme Tétouan, M’diq ou encore Oualidia.

Selon la même source, l’ancienne Mogador peut accueillir les petits budgets pour profiter des vacances au tarif incroyable de 275 dirhams, contrairement aux autres destinations dont les prix commencent à partir de 775 dirhams.

Plage, médina et culture

Après cette bonne nouvelle, la perle de l’Atlantique séduira encore plus les personnes avides de vacances, de beaux paysages et d’activités estivales. Qui dit Essaouira, dit plage, médina et culture ! En effet, la ville séduit tous les artistes et les voyageurs férus d’histoire par ses multiples galeries d’art, ses remparts et ses ruelles colorées.

Remparts du XVIIIe et médina inscrite au patrimoine de l’Unesco

rempart-essaouira

Ses remparts face à l’océan donne à Essaouira des allures de Saint-Malo marocain et le hasard n’y est pour rien. En effet, c’est Théodore Cornut, un architecte français, grand admirateur de Vauban, qui a conçu les plans de la ville au 18e siècle. Derrière ses hautes murailles, se cache la médina inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco.

Artisanat original et unique

La ville offre aussi un souffle d’authenticité à travers ses boutiques artisanales reconnues à l’international. Les touristes pourront y trouver plusieurs genres de sacs, de babouches ou de bijoux uniquement confectionnés dans la ville, emplettes originales et uniques.

Exemple de tolérance religieuse

Essaouira est le genre de villes où l’accueil est chaleureux. Ses ruelles regorgent d’histoire et de culture, notamment ses anciens quartiers tels le mellah qui rappelle que cette terre était un véritable exemple de tolérance religieuse.

Gastronomie

Les longues marches de découverte donnent faim et c’est tant mieux, car à Essaouira les spécialités de poisson sont diverses, délicieuses et peu chères. Fans de sardines grillées, de succulents tajines et d’épices ? Vous serez servis ! Sans oublier l’huile d’argan de qualité vendue moins cher dans cette région qu’ailleurs et qui fait la fierté des habitants de la ville portuaire.

péche-essaouira

Musique

Les amateurs de musique seront tout aussi gâtés. Essaouira accueille plusieurs artistes qui se produisent dans des cafés et des riads,

et entraînent les vacanciers au son des rythmes des guembris, des gangas et des crotales. La ville sait aussi se convertir en une parfaite destination électronique où les fêtes endiablées risquent d’être inoubliables.

Surf, windsurf et kitesurf

Et enfin, petit conseil pour les amateurs de sports aquatiques, les plages de Sidi Kaouki et de Moulay Bouzerktoun, situées à une trentaine de kilomètres de la ville, sont de véritables destinations de choix pour les amateurs de surf, windsurf et kitesurf.

essaouira-plage

Le 03 Août 2016
SOURCE WEB Par Le Site Info

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Les Nuits Photographiques d'Essaouira

Les Nuits Photographiques d'Essaouira

Les Nuits Photographiques d'Essaouira reviennent du 3 au 6 octobre 2019. Un festival unique au Maroc qui offre un tremplin pour les jeunes talents de la vil...

Sans vergogne

Sans vergogne

Arrêtons de nous raconter des histoires sur le chômage. En dehors d’une année sous les drapeaux, il n’y a que deux manières de «fabriquer du travail» ...