Les 10 businesswomen marocaines influentes

Les 10 businesswomen marocaines influentes

Le monde du business est un club fermé où les hommes règnent en maîtres. C’est ce que met en exergue le dernier rapport du Forum économique mondial sur le “Global Gender Gap”, qui classe le Maroc 135e sur 142 pays concernant l’implication de la femme dans le secteur économique.

Cependant, des Marocaines arrivent à se démarquer en étant à la tête d’entreprises au capital colossal ou encore d’institutions économiques d’importance primordiale.

Voici leurs portraits express.

Meriem Bensalah Chaqroun - Taille patron

bensaleh

A 51 ans, Meriem Bensalah Chaqroun est l’une des femmes d’affaires les plus puissantes du pays. Titulaire d’un MBA à l’université de Dallas, elle est la patronne de la société Les Eaux Minérales d’Oulmès, leader de la production, la commercialisation et la distribution d’eaux minérales au Maroc. La compagnie a réalisé en 2013 un chiffre d’affaires de 1,2 milliards de dirhams et emploie plus de 2000 salariés répartis sur l’ensemble du royaume.

Meriem Bensalah est l’une des héritières de Holmarcom Group, l’un des groupes industriels, commerciaux et financiers les plus importants du royaume. Elle est également la première femme marocaine à la tête de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM). Ce qui fait d’elle la patronne de tous les patrons marocains.

Salwa Idrissi Akhannouch - En toute franchise

akhnouch

La reine des franchises au Maroc, c’est elle. Salwa Akhannouch n’est pas seulement l’épouse d’Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et richissime patron d’Akwa Group, mais une femme d’affaires qui a su faire son chemin "indépendamment de son mari", aime-t-elle à préciser.

En quelques années, elle a introduit au Maroc, à travers son groupe Aksal une douzaine de franchises textiles mondialement connues dont Zara, Bershka ou encore GAP. Elle est aussi à l’origine de la création du plus grand mall d’Afrique: le Morocco mall, qui à lui seul, réalise 5 milliards de dirhams de chiffre d’affaires par an.

Saida Karim Lamrani - Elle roule des mécaniques

saida

Fille de l’ancien Premier ministre Mohammed Karim Lamrani, elle a su faire fructifier son héritage. Vice-présidente déléguée du holding familial Safari, elle tient aussi les rênes de Smeia, 13e plus grand groupe du Maroc, dont le chiffre d’affaires s’élève à plus de 1.4 milliards de dirhams et qui importe les marques BMW et Land Rover.

Ancienne vice-présidente de la CGEM, elle est actuellement coprésidente du club des chefs d’entreprises France-Maroc. Saida Karim Lamrani a également été décorée par la France Chevalier de l’ordre de la Légion d’honneur.

Nezha Hayat - Voix au chapitre

nezha-hayat

Diplômée de l’ESSEC, Nezha Hayat est membre du directoire de la Société Générale Maroc et a fondé le Club des femmes administrateurs au Maroc. Elle milite pour qu’il y ait plus de femmes dans les conseils d’administration des entreprises. La moitié des sociétés cotées dans le royaume ne comptent, en effet, aucune femme dans leur conseil d’administration.

Rachida Benabdallah - Elle marche avec assurance

benabdelah

Polytechnicienne, l’épouse de Mohamed Benchaaboune, président de la Banque centrale populaire (BCP) est une spécialiste de la monétique. Elle a en effet su fédérer les banques autour d’un système monétique commun. C’est également grâce à cette surdouée des chiffres que l’on peut payer par Internet au Maroc.

Ghita Lahlou El Yaacoubi- La centralienne au top

ghita-lahlou

Diplômée de Centrale Paris, elle a débuté sa carrière professionnelle chez Arthur Andersen, avant de rejoindre Altair puis le groupe ONA. Elle a ensuite intégré le holding Saham Group dont le PDG n’est autre que Moulay Hafid Elalamy, actuel ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique.

Malgré la réorganisation du groupe en mai dernier, Ghita Lahlou ne perd pas son influence au sein de Saham où elle hérite du pôle offshoring et du pôle santé. Elle est aussi à la tête de la toute nouvelle Ecole centrale de Casablanca.

Rita Maria Zniber - La reine de la vigne

maria

Rita Maria Zniber est depuis avril 2014 à la tête de Diana Holding. Le groupe fondé par son époux Brahim Zniber, premier viticulteur du royaume est au 7ème rang des groupes les plus importants du Maroc. Il réalise un chiffre d’affaires de 3 milliards de dirhams et génère plus de 6500 emplois directs.

Sous l’impulsion de Rita Maria Zniber, le groupe est entré dans le capital du groupe de spiritueux français Belvédère à hauteur de 13,14%, devenant ainsi l’actionnaire de référence. Ambitieuse, elle compte faire de Diana Holding un acteur mondial de la production de vins et de spiritueux.

Fatine Layt - La musicienne des finances

fatiha

Cette franco-marocaine au parcours atypique semble réussir dans tout ce qu’elle entreprend. Du monde de la littérature et de la musique à celui de la finance, Fatine Layt a su se démarquer jusqu’à faire partie de la délégation accompagnant François Hollande lors de sa dernière visite au Maroc.

Après avoir créé trois entreprises, enseigné les sciences politiques et mené une carrière de musicienne, cette wonderwoman de 47 ans est actuellement à la tête d’une banque d’affaires privée en France : Oddo Corporate Finance créée en 1979 au capital social de 9 millions d’euros.

Le fonds d’investissement gère un portefeuille de plus d’une dizaine de multinationales tel le groupe LVMH, géant de l’industrie du luxe. Elle est de surcroît engagée sur le plan social et artistique à travers des actions de mécénat comme le théâtre des Bouffes du Nord.

Souad Benbachir - A la bourse à la vie

souad

Après avoir décroché son diplôme de l’Essec en 1993, elle rejoint Goldman Sachs à Londres, avant d’intégrer la banque d’affaire CFG group où elle occupe actuellement le poste d’Administrateur directeur général. Elle est membre du directoire de Risma, filiale marocaine d’Accor, patronne du fonds touristique T Capital et siège à l’International Advisory Board de l’Essec.

Nadia Kettani - Law and order

nadia-kattani

Cette avocate d’affaires est classée par le magazine Forbes parmi les femmes les plus puissantes du monde arabe. Elle codirige le cabinet Kettani Law Firm et est membre de l’Union internationale des avocats. Elle a notamment conseillé les prêteurs internationaux de la centrale électrique de Jorf Lasfar et accompagné le groupe français Vivendi dans la vente de Maroc Télécom.

Le 27 Août 2016
SOURCE WEB Par huffpostmaghreb

Les tags en relation

 

Les articles en relation